POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

jeudi 11 mai 2017

Le journaliste Patrick Cohen, laquais étrillé par un auditeur de France Inter

Que les auditeurs aient occasionnellement la parole est une chance, selon Cohen, et non un droit confisqué 

L'arrivée de Patrick Cohen sur Europe 1 à la rentrée irrite nombre d'auditeurs de France Inter...

Un jeu de chaises musicales entre soi. 

La saturation politique liée à la présidentielle libère la parole.  
Ce matin, dans le 7/9 de la radio publique, au lieu de poser une question à l'invité (Mounir Mahjoubi, proche d'Emmanuel Macron), l'arrogant animateur a donné la parole à Jean-Louis, un auditeur de Clermont-Ferrand, qui a préféré interpeller Patrick Cohen pour lui dire sa façon de penser. 

Le citoyen en colère a commencé par préciser qu'il est un fidèle de cette radio de service public (très marquée à gauche), puis l'auditeur a évoqué le départ annoncé de l'animateur de la matinale de France Inter (depuis 2010) pour Europe 1, station privée d'où il vient (2008-2010) et qui a besoin de polémiques pour redresser son audimat.
"Les auditeurs d'Europe 1 méritent mieux qu'un défenseur invétéré des pouvoirs quels qu'ils soient, comme vous êtes," a estimé ce porte-parole improvisé de l'opinion. 

En cause, la chronique du cireur de pompes dans la matinale du jour dédiée à Jean-Luc Mélenchon  à 7h43: "Vos tirades de ce matin contre Mélenchon et son équipe démontrent bien quels sont vos buts et pour qui vous travaillez".

L'auditeur insoumis a ensuite mis Léa Salamé dans le même panier

On ne peut plus les voir,
ni en peinture, ni sur les ondes
"Vous êtes toujours près des pouvoirs et des puissants. Je ne suis pas inquiet pour la suite. Madame [Léa] Salamé est sur la même ligne que vous, ils seront bien défendus tous ces gens". L'ex-chroniqueuse de Laurent Ruquier s'est en effet rendue indispensable en radio et en télévision et la cumularde va migrer d'Europe 1 sur ...France Inter. On prend les mêmes et on continue. Un mauvais signal à l'arrivée à l'Elysée d'Emmanuel Macron qui promet partout le "renouvellement". 

Le condescendant Patrick Cohen, plutôt séché, a tenté de se défendre, évoquant son objectivité, comme ses patrons revendiquent indépendance et liberté. Avant de sortir l'argument massu de la presse honnie : Je ne fais que poser des questions !
"C'est votre point de vue, cher auditeur," grinça Cohen. "Mais je n'ai fait aucune tirade particulière," nia le pleutre. Et de généraliser à l'ensemble de la profession: "On essaye de donner des informations et de mettre en perspective". Ce serait tout aussi crédible dans la bouche fétide d'un Laurent Mouchard-Joffrin.

Un auditeur de France Inter interpelle Patrick... par morandini


Le renouvellement de la classe médiatique reste à faire ...
Le chassé croisé de journalistes d'un organe de presse à un autre - en circuit fermé - est une insulte aux Français soumis aux reconversions.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):