POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

lundi 30 janvier 2017

Primaire socialiste de Hamon à la Présidentielle: deux petits tours et puis s'en va!

"On a vu l'élection d'un premier secrétaire du PS," a estimé Raffarin, au lendemain de la primaire socialiste

Hamon a proposé à Yannick Jadot et Jean-Luc Mélenchon de "construire ensemble une majorité gouvernementale cohérente et durable"

 sa proposition de dimanche, dès lundi matin sur BFMTV, l'écologiste rouge lui a recommandé de "s'émanciper" du PS pour se lancer avec EELV "dans la grande aventure écologiste et sociale". 
"Est-ce que Benoît Hamon va faire le nouveau François Hollande de la synthèse? (...) Et à ce moment-là, le PS qui dirige ce pays, qui a tourné le dos tous les jours à l'écologie, va le réduire, va le rabougrir et finalement ce ne sera qu'un candidat socialiste ? Ou est-ce que Benoît Hamon est prêt avec nous à la grande aventure," a-t-il interrogé.
Sur LCI, Mathieu Hanotin, le directeur de campagne de Benoît Hamon, a estimé que "le rassemblement" de la gauche s'adresse à l'électorat de gauche. "Le rassemblement c'est bien au-delà des acteurs institutionnels, politiques, qui ont fait le choix d'être candidats, ça s'adresse avant tout aux citoyens de gauche".

Christophe Castaner, député PS et soutien d'Emmanuel Macron, a expliqué sur LCI
que si certains députés socialistes souhaitent rejoindre "En Marche !" ils sont "les bienvenus" mais il n'y aura "pas de négociations, pas de négociations d'appareil, pas de promesses individuelles," a-t-il prévenu.



Richard Ferrand, secrétaire général du mouvement "En Marche !" était l'invité de la matinale de LCI ce matin pour confirmer que Macron travaille au rassemblement, mais qu'il ne lance aucun appel à Benoît Hamon.

Ce lundi matin sur LCI, Christophe Caresche, député PS proche de Manuel Valls, a avoué que le tournant politique qu'implique la victoire de Benoît Hamon "pose un certain nombre de problèmes à des responsables politiques, des députés qui ont été loyaux au président de la République pendant 5 ans" et qui ne se voient pas se renier. 
Selon lui, ils sont aujourd'hui plus proches "idéologiquement" d'Emmanuel Macron que de Benoît Hamon. "Nous avons un candidat qui n’assume pas ce que le Parti socialiste a fait pendant 5 ans et prend des orientations qui n’ont jamais été discutée au sein du parti comme le revenu universel."

Un premier sondage donne Hamon derrière Macron mais devant Mélenchon

Crédité de 13 à 15% d'intention de vote, Benoît Hamon ferait mieux que le leader de la France Insoumise. 
Mais moins bien qu'Emmanuel Macron.  Devant Mélenchon et Jadot dans les intentions de vote, Hamon est plus que jamais en position de réunir la gauche derrière-lui. 

L'ex-ministre de l'Economie de Hollande et Valls, Emmanuel Macron, qui arrive en troisième position dans les intentions de vote pour le premier tour de l'élection présidentielle, battrait le candidat de la droite François Fillon au second tour, selon un sondage Kantar-Sofres-Onepoint pour Le Figaro, RTL et LCI publié dimanche. 
Le candidat du mouvement "En marche!" l'emporterait, que ce soit face à l'ex-premier ministre (58-42) ou face à la présidente du Front national Marine Le Pen (65-35). 
Quant à lui, François Fillon l'emporterait face à la leader frontiste (60-40). Au premier tour, Marine Le Pen (25%) arriverait en tête des intentions de vote devant François Fillon (21%) et Emmanuel Macron (20%). 
Benoît Hamon, tout juste investi candidat du Parti socialiste contre Manuel Valls, est lui crédité de 13%. L'ex-ministre de l'Education devance le candidat de "La France insoumise" Jean-Luc Mélenchon (10%) et le président du MoDem François Bayrou (5%) qui n'a pas encore dit ses intentions pour l'élection. 
La présence ou l'absence du leader centriste ne changerait quasiment rien aux rapports de force: Benoît Hamon (15%), Jean-Luc Mélenchon (10%), Emmanuel Macron (21%), François Fillon (22%), et Marine Le Pen (25%). "Compte tenu des incertitudes et de l'instabilité actuelles, un second tour sans François Fillon n'est plus exclu, même si ce n'est pas le plus probable à ce stade", a déclaré Emmanuel Rivière de la Sofres. 

"Ce qui renforce la dynamique d'Emmanuel Macron, c'est surtout le 'Penelopegate'. C'est la dégringolade de François Fillon qui fait monter Emmanuel Macron, " sur des allégations concernant une pratique légale et largement répandue. 
Ainsi, le 3e personnage de l'Etat, Claude Bartolone a-t-il épousé sa salariée, attachée parlementaire à sa personne... 
Les électeurs de Marine Le Pen sont les plus sûrs de leur choix au premier tour (78%), devant ceux de François Fillon (61%), de Jean-Luc Mélenchon (56%), de Benoît Hamon (46%) et d'Emmanuel Macron (41%). 

Le sondage Kantar-Sofres-Onepoint a été réalisé en ligne les 26 et 27 février auprès d'un échantillon de 1.032 personnes inscrites sur les listes électorales représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):