POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

vendredi 6 janvier 2017

Valls, l'autocrate, se voit... "au coeur des progressistes"

Pour approcher la vérité, prendre les déclarations de Valls et les renverser

Le manipulateur est en effet très conscient de son "insincérité"

Manuel Valls se situe "au coeur des progressistes" 
L'ex-premier ministre a encore eu toutes les audaces à "L'Emission politique" sur France 2 jeudi soir, alors que, sur l'échiquier politique, les analystes le situent sur l'aile droite du Parti socialiste et qu'à la primaire de la gauche en vue de l'élection présidentielle il "assume" être le candidat d'"une République forte".

Interrogé sur la concurrence électorale de l'ancien banquier Emmanuel Macron, 
qui se présente hors primaire et se situe sur son créneaul'ex-premier ministre a dit compter sur la dynamique potentiellement créée en sa faveur par le scrutin interne de la fin janvier.

A ses yeux, "une primaire réussie", ce serait "beaucoup de monde les 22 et 29 janvier - je suis convaincu qu'il y aura plusieurs millions de Français -, des débats de qualité" et "un choix clair". Mais là où le bât blesse précisément, c'est que les militants se désintéressent de la primaire qui désignera un candidat socialiste battu d'avance, suite au désastre du quinquennat Hollande auquel Valls a pris part.

Un plagiat de mauvais augure...
"Je suis convaincu que si ces trois conditions sont réunies et si j'incarne cette République forte et cette France juste, il y aura une dynamique positive en faveur des progressistes", a-t-il assuré, en référence à son slogan de campagne modifié, copié-collé du slogan perdant de Ségolène Royal en 2007...

"Et moi je suis au coeur des progressistes, d'Emmanuel Macron jusqu'à Arnaud Montebourg ou Benoît Hamon", a estimé celui qui reste pour l'heure le favori des sondages, à environ deux semaines du premier tour, alors que stagnent Vincent Peillon et végète Arnaud Montebourg, mais que les sondages notent une montée en puissance de ... Benoît Hamon. 
Ce dernier, qui cherchait une place entre Yannick Jadot, candidat d'Europe Ecologie-Les Verts, et Jean-Luc Mélenchon, aurait fait un bond de 11 pointsdans le dernier sondage publié jeudi - avec 22% des intentions de vote- et talonnerait Arnaud Montebourg, crédité de 25%.
Le réseau de Hamon
Le Mouvement des Jeunes socialistes (MJS) – qu'il dirigea entre 1993 et 1995 -, l'UNEF – il aide les proches de Julien Dray et Jean-Luc Mélenchon à gagner le syndicat étudiant -, SOS Racisme, le Parti socialiste, le cabinet de Martine Aubry, ministre de l'Emploi sous Jospin… tout dans son parcours et son réseau portent la marque d'Henri Emmanuelli. Un défaut, a-t-il longtemps pensé, à l'heure où tous les candidats à la présidentielle semblent vouloir en finir avec le "système" socialiste décadent et où séduit un Macron issu de la société civile. "Beaucoup de gens ne me connaissent pas, et pour d'autres, j'ai une image pas très bonne d'apparatchik du PS", confiait-il encore il y a quelques semaines dans... Le Monde, journal officieux du PS. Mais ce réseau, construit pendant de longues années, peut aujourd'hui lui être utile pour rassembler derrière sa candidature.
Des débats télévisés entre les candidats à la primaire sont prévus les 12, 15 et 19 janvier. Une quatrième confrontation entre les deux finalistes est programmée le 25 janvier.

S'il est éliminé par les militants qui participeront à la primaire socialiste, Manuel Valls a fait savoir qu'il n'arrêtera pas la politique

"On ne se retire pas de la vie politique quand on a une passion comme la mienne pour servir les Français," a-t-il raconté sur France 2. "Mais je serais amené, bien évidemment, à tirer de nombreuses conséquences du choix que feront les électeurs", a-t-il promis.
Que sait-il faire d'autre, en effet ? A-t-il jamais exercé un métier dans la vraie vie ? Bien qu'il soit officiellement devenu membre du GODF le 26 avril 1989, la franc-maçonnerie n'est pas une profession. Ce fils de famille immigrée nantie n'a pas même eu besoin d'exercer un quelconque petit métier d'étudiants entre licence et baccalauréat, dont ses biographes ne font jamais état.

"Je suis candidat pour gagner", a insisté l'apparatchik. 
A 55 ans en 2017, Valls devrait suivre une formation qualifiante. Sa biographie le déclare titulaire d'une licence d'Histoire délivrée par le centre Tolbiac (en fait, le centre Pierre-Mendès-France, ci-contre, annexe de l'Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne - accueillant dès 1973 des étudiants de première et... deuxième années de licence en sciences humaines -  hébergée dans le 13e arrondissement de Paris) en 1986, à l'âge de... 24 ans (comme Benoît Hamon, éphémère ministre de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche avec une licence d'histoire accordée par l'université de Brest, sans précision de date),  mais ces bacs +3 demandent à être certifiés...

Bien que le centre Tolbiac soit situé à proximité de la station de métro Olympiades, Valls a ironisé face au conciliant David Pujadas: "ne me demandez pas de sauter les haies; je suis là pour convaincre". Après cinq années, comme ministre de l'Intérieur, puis comme premier ministre, il serait en effet grand temps de convaincre...

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):