POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

dimanche 8 janvier 2017

Primaire socialiste : voilà que Montebourg l'emporterait face à Valls au second tour

Le gommeux, 53%, serait passé devant l'hystérique, 47%

Les entreprises commerciales de sondages ne savent plus comment attirer l'attention du militant désintéressé

Après la belle et la brute, la semaine prochaine, le truand Hamon ?
Primaire: Montebourg l'emporterait face à Valls au second tour par 53% à 47% Manuel Valls arriverait en tête du premier tour de la primaire de gauche mais serait battu au second par Arnaud Montebourg, avec 53% des suffrages contre 47%, selon un sondage Kantar Sofres-OnePoint pour RTL, Le Figaro et LCI, publié dimanche. Et ça, c'est vendeur ?

Dans l'hypothèse d'un duel de second tour entre l'ancien premier ministre et Benoît Hamon, les deux sont donnés à égalité (50%-50% d'intentions de vote).

Au premier tour de cette primaire des 22 et 29 janvier, Manuel Valls serait en tête avec 36% des voix, devant Arnaud Montebourg (23%), le frondeur Benoît Hamon (21%), à deux points (rendez-vous la semaine prochaine), l'internationaliste Vincent Peillon (10%). Quant aux laissés pour comptes des media défenseurs d'une République exemplaire, Sylvia Pinel (6%), Jean-Luc Bennahmias et François de Rugy (2% chacun).

Ces chiffres sont rendus publics avant le premier débat télévisé jeudi entre les candidats

Ils proviennent des intentions de vote de 488 personnes tout à fait certaines de participer à la primaire, mais inconscient que les questions posées conduisaient à ce résultat. Sur tout l'échantillon interrogé, soit 8.011 personnes, 73% excluent de participer au scrutin. Ce sondage est donc fait pour les titiller.

Cependant, parmi les personnes tout à fait certaines d'aller voter, Manuel Valls ressort en tête des "souhaits" comme des "pronostics de victoire" à cette primaire initiée par le PS. 34% souhaitent qu'il l'emporte, et 41% pensent qu'il gagnera. Il détient toujours les moyens de l'Etat que ni Nanard Cazeneuve à Matignon, ni Pruno Le Roux à Beauvau ne lui refuse.

Enquête réalisée du 3 au 6 janvier... sur internet (avant la diffusion de la prestation de Peillon à l'émission de lynchage 'On n'est pas couché', les jeux du cirque de France 2), auprès d'un échantillon de 8.011 personnes inscrites sur les listes électorales, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.

Rappelons que la marge d'erreur ou la fluctuation des intentions peut entraîner un écart de 3 à 5%. A noter que l'AFP ne précise pas l'ampleur du retard de ses rivaux dans l'estimation qu'elle diffuse de leurs chances de victoire. Au lecteur de fouiller !

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):