POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mercredi 17 août 2016

Rixe de Cisco: une famille maghrébine aurait voulu "privatiser" la plage

"Une logique de caïdat," selon le procureur de la République de Bastia

"Une réaction grégaire [sic] à un comportement inadapté." 



A en croire le récit, mercredi 17 août, du procureur de la République de Bastia, c'est sans autre raison que  la situation a dégénéré samedi à Sisco (Haute-Corse), nécessitant néanmoins l'intervention d'une centaine de policiers. Cinq personnes avaient été légèrement blessées durant ces échauffourées er-communautaires. 

Cinq personnes ont été placées mercredi en garde à vue à la section de recherches de la gendarmerie de Borgo, près de Bastia, deux habitants de Sisco et trois frères "d'origine maghrébine" résidant aux alentours de Bastia, selon le Parquet, afin d'"établir l'intégralité des responsabilités".

Cette famille musulmane "a voulu s'approprier la plage", selon Nicolas Bessone, le procureur de la République de Bastia, ce qui a entraîné des affrontements avec des passants et des touristes "au cours de la journée" de samedi. Les enquêteurs ont quant à eux recueilli des témoignages contradictoires. C'est l'audition des gardés à vue qui devrait permettre de déterminer la responsabilité de chacun.


Rixe de Sisco: cinq suspects placés en garde à vue par BFMTV

Une riposte à l'interdiction de privatisation du parc aquatique des Pennes-Mirabeau, dans les Bouches-du-Rhône ? Dans cette hypothèse, il s'agirait d'une provocation musulmane aux habitants et un défi à l'ordre public républicain, en dépit de l'état d'urgence.

"A l'évidence, à l'origine des incidents se trouvent des membres de la famille maghrébine," estime le procureur de la République

Le procureur, Nicolas Bessonne, estime qu'ils ont voulu, dans une logique de caïdat, s'approprier la plage et la privatiser. Ils ont multiplié (...) des incidents avec un certain nombre de personnes: jets de pierre à proximité d'autres personnes pour les intimider, tensions très fortes, insultes, menaces."

Les "personnes d'origine maghrébine" ont provoqué une "altercation", qui a opposé  "un des jeunes du village et des membres masculins de cette famille", explique Nicolas Bessonne. "A partir de là, les versions sont diamétralement opposées."

VOIR et ENTENDRE le "jugement" de Salomon rendu par le procureur de Bastia qui parle de... "torts partagés" :


Un rassemblement de soutien organisé

Un rassemblement de soutien aux deux habitants de Sisco (Haute-Corse) interrogés par des gendarmes a été organisé mercredi devant le camp militaire Henri Martin de Borgo, à 20 kilomètres au sud de Bastia. 
Ils ont été remis en liberté dans la soirée...

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):