POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

samedi 23 avril 2011

Après Bayrou, Cahuzac met des claques aux jeunes !


Compte-rendu du Midi Libre, mais incomplet !




Reconnaissez-vous cet homme -de profil,
(c'est le parti-pris de la presse 'impertinente'...
Sud Ouest et 20 Minutes),
père de trois enfants ?





Monsieur le maire est "énergique" (sic !)...

"Trois mois après les violents heurts qui avaient secoué Villeneuve-sur-Lot (47), la tension regagne du terrain entre les jeunes de la ville [1] et les habitants. Vendredi après-midi, l’élu de la ville [2], appelé pour calmer les jeunes qui créent des «désordres de manière répétée dans la ville [3] », en a calmé l'un d'eux «plus énergiquement», selon ses propres termes, repris par le journal Sud Ouest.

Jérôme Cahuzac a expliqué avoir "asséné" deux claques à un jeune d’une vingtaine d’années après que ce dernier l'a tutoyé et lui a manqué de respect. Et pas immédiatement.

Revenu à la charge
Alors que Jérôme Cahuzac discutait calmement
avec l'un des groupes, un jeune plus âgé a commencé à l'agresser verbalement. « Je lui ai dit d'arrêter et que je voulais bien discuter avec lui mais après avoir terminé avec le groupe», explique le député-maire.

Quelques secondes plus tard, le jeune homme est revenu à la charge, cette fois-ci plus violemment. L'élu [sans appartenance politique ?] a ainsi « été obligé de le repousser» plus fermement. Ce n'est qu'à la troisième agression, plus «menaçante» que Jérôme Cahuzac a décoché les deux gifles. Un geste qui a eu pour effet de calmer instantanément le jeune homme qui a immédiatement « tourné les talons».
["Apologie de la violence" aurait-on fustigé en d'autre circonstances]

Le ras-le-bol des commerçants

[Malgré la politique de prévention de l'élu, probablement 'sans étiquette]
, l’incident est intervenu après une grogne des commerçants du quartier, explique Sud-Ouest. Les commerçants du centre-ville, « continuellement insultés par ces jeunes en bandes », ont appelé les policiers municipaux et Jérôme Cahuzac à agir.

Des mesures qui pourraient prendre du temps compte-tenu des moyens insuffisants en terme d’effectifs de la police, rappelle [ou commente] Sud-Ouest." [pour finir en beauté, dans la plus pure tradition partisane de la presse militante qui préconise
des effectifs supplémentaires pour apprendre le respect aux jeunes de 20 ans...]





De trois-quart,
au côté de Désirdavenir Royal
laquelle s'est fait mousser dans
une lutte contre la violence à l'école...
et le bizutage ! (1998)





Pour une fois, l'identité du violent n'est pas voilée


Le jeune n'est pas une personne: il n'a aucun nom; il est anonyme, par respect de son identité...
Aucune plainte n'a été portée contre le voyou.

Egalement présumé innocent et promis au sursis, si -par extraordinaire- un avocat mobilise et pousse une association à poursuivre en justice, l'auteur des violences est un européen. C'est de surcroît est sale blanc. Point final: Sud Ouest ne dispose pas d'autre information.

Point de détail de l'histoire

Jérôme Cahuzac est ...socialiste


Mais dans ce cas, la violence est vertueuse
. En revanche, qu'une ministre conseille à un jeune demandeur d'emploi d'éviter de porter sa casquette à l'envers est stigmatisant et qu'un adulte refuse de serrer la main tendue du Président, en ajoutant "Touche-moi pas, tu m'salis !" est légitime, mais qu'un socialiste ne supporte pas d'être tutoyé par un "d'jeun" éduqué par la FSU est insupportable: le Midi Libre commente d'ailleurs ainsi: "Le geste de Jérôme Cahuzac a lui été approuvé par de nombreux citoyens".

Qui est donc cet élu "local" ?



Lorsque la presse ne pratique pas l'auto-censure
et préfère la face au profil
cet photo de l'élu - local (?)-
vous rappelle quelqu'un.




Il est chirurgien dans l'implantation des cheveux !
Mais depuis le 24 février 2010, ce député est surtout président de la Commission des finances, de l'économie générale et du contrôle budgétaire de l'Assemblée Nationale choisi par le groupe socialiste, radical, citoyen et divers gauche >c'est-à-dire socialiste , depuis que Nicolas Sarkozy a fait aboutir sa réforme constitutionnelle qui donne davantage de pouvoirs au Parlement.
Mais sans doute pas en dehors et à ce point-là de violence...

A ses heures insolent, le quotidien socialiste Libération a volé au secours du teigneux

Le journal militant cite volontiers le camarade, sans commentaire impertinent: "Le député-maire de Villeneuve-sur-Lot, et président de la Commission des finances de l'Assemblée, estime que sa réaction a été "adaptée" et "proportionnée". Le ton est donné, partisan...

Aurélie Filippetti préconise la fessée pour le Parti socialiste: un sujet qui pourrait faire consensus !
Lien PaSidupes

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):