POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

dimanche 28 novembre 2010

Primaires socialistes: Duflot juge les trois conspirateurs PS

La patronne des Verts dénonce ses partenaires socialistes
Duflot cherche le projet des comploteurs

Alors que les socialistes n'en finissent plus de se déchirer autour du "pacte" secret de Marrakech entre Martine Aubry, Dominique Strauss-Kahn et Désirdavenir Royal - dont celle-ci se désolidarise - , la secrétaire nationale des Verts se dit agacée par ces partenaires de gauche.
Invitée de Canal + dimanche 28 novembre, Cécile Duflot s'est crue autorisée à parler au nom des Français et a estimé que « dans la situation qu'on vit, les électeurs, les électrices, les habitants de ce pays en ont aussi un peu ras-le-bol du concours de beauté. »

Duflot juge sévèrement le spectacle socialiste

Questionnée sur sa propre préférence au sein du trio, elle a expliqué - dans son français oral qui, selon elle, fait sans doute populo - ne pas en avoir : "tous les épisodes qu'on vit aujourd'hui, dans quelques mois ça apparaîtra comme totalement inexistant, c'est [ce sont] des péripéties."

Interrogée à dessein sur la candidature écologiste pour 2012, Cécile Duflot a réaffirmé son soutien à l'ex-magistrate Eva Joly. "C'est pas [ce n'est pas ] parce qu'elle est ma copine, mais oui c'est une bonne candidate !", a-t-elle estimé en toute impartialité, répétant au passage qu'elle-même ne comptait pas être candidate. "C'est pas [ce n'est pas] à l'ordre du jour, c'est 'non', si vous voulez oui ou non".





Duflot cherche le projet des comploteurs





1605 - Guy Fawkes regrette amèrement d'avoir oublié ses allumettes à la maison.
"Merde! Cette saleté de zippo (briquet) ne vaut rien..."
(référence à la 'Conspiration des poudres' - lien)




Cécile Duflot estime que les électeurs socialistes piaffent d'impatience de connaître le projet socialiste. « Ils ont envie de savoir ce qu'on propose », est-elle en capacité d'affirmer, vu sa proximité langagière avec le peuple.
« Si on se centre exclusivement sur les qualités intrinsèques des uns et des autres, on passe à côté du vrai sujet, et le vrai sujet c'est quelle politique on mène au niveau européen, (...) au niveau français. Qu'est ce qu'on fait ? (On est) candidat pour quoi faire?"

Les intrigants se déchirent

Martine Aubry a réaffirmé mercredi l'existence d'un "pacte" entre elle, Strauss-Kahn et la présidente de Poitou-Charentes, au terme duquel ils décideraient ensemble lequel des deux se présenterait aux primaires, l'autre le soutenant.

Malgré ses dénégations, elle a inclus Sa Cynique Majesté Royal dans ce pacte.
Mais, une fois découvertes ses turpitudes, la présidente de la région Poitou-Charentes nie en bloc
, comme elle nie avoir appelé les ados de 14-15 ans à descendre dans la rue contre la réforme des retraites.
Lien PaSiDupes
Elle s'est aussitôt défiée du pacte dont elle avait pourtant voulu faire partie.
Lien PaSiDupes

Les intrigants se déchirent

Quant aux candidats déclarés ou pressentis aux primaires, ils ont fustigé un "verrouillage" des primaires socialistes qui se voulaient un modèle de démocratie. Plusieurs personnnalités du PS ont également critiqué le "bal des égos".
Martine Aubry, candidate légitime du parti en tant que premier secrétaire, semble avoir plus de mal à s'imposer à l'opinion, selon les enquêtes, et ne déborde pas d'enthousiasme. La découverte du complot des éléphants roses aura encore "abimé", "sali" l'image désastreuse de la maire de Lille.

La découverte du complot ne fait que précipiter les événements
L'amère Royal affirme maintenant qu'elle pourrait elle aussi se présenter, indépendamment des deux autres comploteurs. Ségol'haine Royal n'est donc pas prête à céder la place à Martine Aubry: elle n'y a jamais été disposée. Seul DSK pourrait la contraindre à jouer les seconds rôles.
Désirdavenir Royal a donc assez à faire avec DSK sur sa route sans de surcroît se laisser compromettre par les magouilles fumeuses de la maire de Lille.

DSK pourrait tirer les marrons du feu

Dominique Stauss-Kahn fait figure de grand favori des sondages, mais son mandat au FMI court jusqu'à l'automne 2012 et il n'a pas encore indiqué son souhait d'en démissionner pour revenir en France.
Pourtant, "Dominique Strauss-Kahn va revenir sur le terrain de la politique française", assure Marisol Touraine.
Gérard Collomb, sénateur-maire de Lyon, l'a prophétisé jeudi 25 novembre sur LCP : "A mon avis, il va y aller, il est en train d'y aller."

Les sondages, en tous cas, le désignent toujours comme le grand favori pour la présidentielle de 2012. Selon une étude TNS-Sofres publiée jeudi par Le Nouvel Observateur, le directeur du FMI est crédité au second tour de 62 % des voix face à Nicolas Sarkozy (38 %).

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):