POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

lundi 8 novembre 2010

Des envahisseurs annexent un immeuble de Nice

« Demandeurs d'asile », ils ne demandent pas l'autorisation d'occuper

Des associations subventionnées entretiennent l'illégalité

Depuis une semaine, une centaine de demandeurs d'asile occupent un immeuble vide du centre-ville de Nice, dans les Alpes-Maritimes.
Composé d'une vingtaine d'appartements, sur cinq étages, l'immeuble occupé appartient au CHU de Nice. Outre une petite association dénommée "Les Pieds dans le plat", les grandes soeurs, Les Enfants de Don Quichotte et Vie et Partage, qui soutiennent cette opération, instrumentalisent la présence parmi eux d'un bouclier de femmes et d'enfants.

L'intrusion s'est faite sans effraction
Michel Abada, responsable local des Enfants de Don Quichotte ayant obtenu les clefs de l'immeuble et des appartements, précise Le Monde.fr. M.Abada n'a en revanche pas précisé au Monde par quels moyens légaux: le journal ne semble pas avoir posé la question.
Il n'empêche que l'occupation sans titre a été condamnéepar la préfecture des Alpes-Maritimes, par la mairie et le Conseil Général dimanche soir.
Mais, selon Michel Abada, les demandeurs d'asile ne devraient pas faire l'objet de mesures d'expulsion avant la fin de la "trêve hivernale", à la mi-mars.

Réactions des autorités responsables

Dans un communiqué conjoint, le maire de Nice Christian Estrosi (UMP) et le préfet des Alpes-Maritimes Francis Lamy ont condamné "l'occupation illicite" de l'immeuble. Le maire et le préfet "attendent du propriétaire - le CHU de Nice - qu'il engage sans délai les procédures judiciaires visant à obtenir l'évacuation des occupants sans droit ni titre, de cet immeuble", indique le texte.

De son côté Eric Ciotti, président (UMP) du Conseil général, a condamné "le coup de force" des demandeurs d'asile. "Je tiens à dénoncer cette occupation très choquante par l'attitude des demandeurs qui viennent demander l'asile dans notre pays et qui n'hésitent pas à violer les lois de la République", déclare Eric Ciotti.

Nos devoirs d'anciens colons ?
La question se pose de savoir si la France a des devoirs envers les occupants. Avons-nous des liens historiques avec les demandeurs d'asile ? Les sans papiers sont principalement africains, tchétchènes et ingouches. Or, d'une part, notre passé colonial ne crée pas d'obligations avec le continent africain entier et, lorsqu'il a été partagé avec certains, il n'a plus guère subsisté de liens avec ces pays qui ont accédé à leur indépendance.
Par ailleurs, les Français ont le droit de savoir ce qui pousse des indépendantistes tchétchènes à venir de Russie en France pour s'installer par la force. Quant aux Ingouches, si respectables soient-ils, les Français n'ont aucune idée de leur origine. Ils seront donc flattés d'apprendre que ce peuple musulman soufi de Ciscaucasie qui habite majoritairement la république russe d'Ingouchie a pensé à eux pour les accueillir, de gré ou de force.

Les Ingouches sont-ils les bienvenus ?

Solidarités Ouvrières donne ce compte-rendu du climat politique en Ingouchie.
« C’est la Palestine ! » Les jeunes Ingouches jettent des pierres en direction des camions de la police antiémeute qui réplique par des rafales de kalachnikov tirées en l’air. Des gamins surexcités tentent d’allumer des cocktails Molotov pour les lancer sur les blindés du FSB (ex-KGB). Des adultes les en dissuadent. Quelques pneus brûlés illuminent la nuit qui tombe sur Nazran. Les cris fusent : « Allaho akbar ! » De quoi conforter l’idée véhiculée par Moscou que derrière tout Ingouche se cache un « terroriste wahhabite ».”
Un représentant du MRAP pro-palestinien était présent lors de la visite organisée de plusieurs journalistes dimanche.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):