POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

Ce blog est actuellement soumis à des difficultés "techniques" inédites en dix ans:
elles laissent augurer sa disparition prochaine,
"à l'insu de son plein gré"...

Accessoirement, grâce à la complicité active de quelques fidèles, je constate que
tous les articles comportant le mot 'Macron' en titre sont bloqués au compteur !

dimanche 11 janvier 2009

Tribunal : Jack Lang condamné pour n’avoir pas assumé

Edition : une rupture de contrat socialiste de plus
Jack Lang a été condamné par le TGI de Paris à verser 34.000 euros à l'éditeur Bernard Pascuito, qui l'avait assigné pour rupture de contrat après que l'ancien ministre se soit opposé en août 2006 à la publication d'un livre qu'ils avaient co-écrit, selon le jugement.

Le titre présomptueux d'un vaniteux !

L'ouvrage, un livre d'entretiens, devait paraître en août 2006 sous le titre "Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur moi", au début de la campagne interne du PS pour l'élection présidentielle de 2007, pour laquelle Jack Lang était alors candidat avant que sa crête ne s'affaisse et qu'il ne rejoigne la basse-cour Royal, puisqu’il faut bien paraître. Mais le député socialiste s'était finalement opposé à la publication du texte qui n'était pas, selon lui, conforme à sa …pensée.

La condamnation du Jack

Selon le jugement daté du 3 décembre, dont l'exécution provisoire a été ordonnée, le TGI a condamné Jack Lang à payer à la SARL Bernard Pascuito "34.000 euros en remboursement des frais exposés dans la préparation de l'ouvrage", ainsi que 5.000 euros à l'éditeur lui-même au titre du préjudice moral. L'avocat de Jack Lang, Me Laurent Merlet, a indiqué qu'il avait fait appel du jugement. Les tribunaux n'ont que ça à faire...

Le tribunal a en revanche estimé que la publication d'extraits du manuscrit dans la presse - dont un article de L'Express de février 2007 (Lire PaSiDupes)intitulé "Quand Jack Lang taclait Ségolène" -, portait atteinte au droit de divulgation de l'ancien ministre, et lui a accordé une indemnité de 5.000 euros. A quelle action humanitaire l’a-t-il reversée ?

Pourquoi Lang fait-il volte-face ?

C'est avant de jeter l'éponge pour les élections que Lang avait signé ce contrat avec l’éditeur (et coauteur) Bernard Pascuito pour un ouvrage censé vanter ses mérites et chanter ses louanges. Il y affirmait qu’il était le meilleur candidat, et écornait le mythe Royal. Mais Lang dût se retirer de la course et se trouva fort embarrassé de s’être lâché dans un manuscrit devenu gênant. Il enterra donc le projet au prétexte qu'il était inepte, travesti et non conforme à sa pensée. Ainsi donc le "co-auteur" n'était que son 'nègre' et la vedette mythomane du Festival des Vieilles Charrues révélait-elle par la même occasion qu'il n'écrit pas lui-même tout ce qu'il écrit...

Comment se dédire tout en s'en mettant plein les poches ?

L'avocat de Jack Lang a notamment souligné que le tribunal a reconnu qu'il n'y avait pas de lien entre le refus de publication et la campagne électorale alors en cours.
Me Merlet conteste en outre le montant des frais que l'éditeur affirme avoir engagés pour la préparation de l'ouvrage. Que restera-il alors à l’association humanitaire susceptible de recevoir le reversement de cette indemnité ?

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):