POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

dimanche 20 novembre 2016

Le convoi de Hollande serait impliqué dans un accident mortel à La Rochelle

Le président Hollande a-t-il été témoin du grave accident de la route qui a fait un mort, le 8 novembre près de La Rochelle ?

Le convoi  présidentiel a-t-il provoqué la mort d'un automobiliste ?


La famille de la victime redoute d'avoir face à lui le président Hollande dans l'enquête sur l'accident mortel sur la rocade de La Rochelle, Charente-Maritime.
L'accident de la circulation à l'origine de la mort de leur père, Marcel Briché, a-t-il été causé par le convoi présidentiel de François Hollande ? Thierry et Martine Briché veulent "connaître la vérité". Une enquête a été ouverte pour déterminer les causes et les circonstances du drame, qui les prive de leur père depuis le 8 novembre, indique le procureur adjoint de La Rochelle, Julien Wattebled, confirmant une information de Sud Ouest. Les investigations ont été confiées au commissariat de La Rochelle. 

Ce jour-là, vers 10 heures du matin, le retraité de Nieul-sur-Mer (à 7 kms de La Rochelle et 5 de La Pallice), âgé de 83 ans, prend le volant de sa BMW, direction Rochefort. C'est à l'entrée de la rocade rochelaise, à hauteur de Lagord, que son destin bascule. 

Alors qu'il s'apprête à entrer sur la rocade rochelaise au niveau de Lagord, un motard en uniforme vient à sa hauteur et lui ordonne de se ranger sur le côté: le policier ouvre le passage du convoi qui transporte François Hollande.

La victime sommée de s'écarter sur le passage du socialiste

Un policier ouvrant le passage du convoi du président de la République a sommé Marcel Briché de se ranger sur le côté, alors qu'il se rendait aux Assises de l'économie de la mer, rapportent des proches du défunt. Intimidé, l'automobiliste s'est encastré de plein fouet dans une Mercedes qui le devançait et qui, à son tour, a percuté un véhicule utilitaire. La violence du choc est telle, que les pompiers mettront "une heure et demie à le désincarcérer", précise Thierry Briché au quotidien régional. 

La presse nationale omet de préciser que "mon père était conscient. Il a même demandé à l'un d'eux de prendre des photos avec son téléphone", confie Thierry Briché, qui s'est rendu au commissariat de La Rochelle le lendemain de la mort de son père. 
Thierry et Martine Briché montrent une vidéo de leur père, filmé cet été au volant d'une voiture de la Belle Époque, canotier sur la tête et moustache rieuse. Un physique de vieux rugbyman. "C'était un ancien de Rungis [le marché de gros de la région parisienne], une force de la nature, pas du genre à se plaindre pour le moindre bobo. C'était un bon vivant, très actif et membre de plusieurs associations, complètement autonome à 83 ans. C'était aussi un conducteur chevronné", soulignent les enfants de Marcel Briché.
Un extrait du procès-verbal fait bien mention du convoi présidentiel.

Marcel Briché a succombé des suites de l'accident, jeudi 10 novembre, après 48 heures d'hospitalisation au Centre hospitalier de La Rochelle. "Les examens ont révélé une fracture au niveau des vertèbres cervicales [...] Mais il a fait un arrêt cardiaque. Il n'a pas pu être réanimé", précise son fils.
Plainte contre X

Le convoi présidentiel est-il en cause dans ce drame 
Pour l'heure, le parquet refuse de se prononcer sur son implication. "Des personnes doivent encore être entendues, insiste J. Wattebled. Nous ne ferons pas de déclarations à ce stade sur le fond du dossier, pour  que cela n'influence pas  les investigations", marmonne le procureur adjoint, représentant du ministère de la Justice. 
En revanche, le magistrat confirme que le décès du chauffeur est intervenu 48 heures après et que l'enquête ouverte s'attache aussi à en déterminer les causes. 

De son côté, la famille de Marcel Briché a déposé une plainte contre X ce jeudi matin. Le parquet lui oppose qu'elle n'est pas qualifiée: elle ne vise pas une infraction particulière. Thierry et Martine Briché ont d'ores et déjà été entendus ce jeudi par les enquêteurs. 

"On veut connaître la vérité, quelle qu'elle soit. Et peut-être aussi faire la lumière sur les pratiques des convois officiels", explique la famille endeuillée "Là, il s'agit d'un homme de 83 ans. Mais ça aurait pu être un gamin en conduite accompagnée. Que la mort de notre père serve de leçon."
Sud Ouest, Le Parisien, France Soir, L'Express s'interrogent sur la responsabilité du convoi, mais Libération, L'Obs et Le Monde font l'impasse... et, mieux encore, La Charente Libre prend parti: "le fils de la victime accuse le convoi de François Hollande"... "après la mort d'un octogénaire, décédé des suites d'un accident de la route le 8 novembre dernier à La Rochelle au passage du convoi présidentiel emmenant François Hollande aux Assises de l'économie de la mer": tendancieux?
L'Elysée s'est refusé à faire le moindre commentaire.
Poursuivant un tour de France aux allures de pré-campagne électorale, Hollande a échangé une brève, mais remarquée, poignée de main avec Jean-Luc Mélenchon, candidat à la présidentielle, comme si de rien n'était.
L'indifférent a-t-il pris des nouvelles de la victime avant son décès ?

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):