POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mercredi 2 novembre 2016

Vulgarité du porte-parole du gouvernement Valls en échec

La droite ferait mieux de "la fermer", lance Stéphane Le Foll

L'échec du quinquennat socialiste justifie-t-il la grossièreté sur le perron de l'Elysée ? 



Ministre de l'Agriculture le plus combattu depuis plusieurs générations d'agriculteursStéphane Le Foll, porte-parole du gouvernement aux abois, ne supporte pas les critiques de l'opposition. Il n'assume pas les échecs de la gauche et a exprimé ses aigreurs mercredi, estimant qu'elles "n'honorent pas leurs auteurs".

Le ministre intermittent de l'Agriculture est passé à l'injure à temps plein

"Je trouve que, quelquefois, il y a un certain nombre de personnalités qui, pour reprendre la formule [du président PS de la région Nouvelle-Aquitaine, Alain Rousset], devraient la fermer", 

a-t-il lancé lors de son point de presse hebdomadaire, à l'issue du Conseil des ministres. "Il y a des phrases qui sont dites, qui n'honorent pas leurs auteurs", a-t-il insisté, dans le style de son mentor: "Il y a... qui/que...". Pensait-il à la "honte" que Valls inspire à Hollande ?

Le porte-parole du gouvernement était interrogé notamment sur des déclarations du candidat à la primaire de la droite, Bruno Le Maire qui a été beaucoup sollicité par la presse toute cette semaine et qui a affirmé ne pas avoir "de respect pour François Hollande". Celui-ci venait en effet, de tenter de redresser son image en évoquant le président Mitterrand.


Mais Stéphane Le Foll a encore réglé des comptes, évoquant également une "plaisanterie" du président par intérim du parti Les Républicains, Laurent Wauquiez. La presse raconte que ce dernier aurait évoqué la responsabilité du président du Sénat, actuellement Gérard Larcher, LR, d'assumer la charge de président de la République "s'il arrive quelque chose à François Hollande". Laurent Wauquiez "a fait l'École normale (supérieure), me dit-on. J'ai l'impression que c'était plutôt l'école anormale ("Hé oh, Le Foll"), parce que ce type de phrase, de référence, ce manque de respect, participe aussi, et chacun doit en avoir conscience, de la fragilité et de la difficulté d'exercer le pouvoir", a déblatéré le porte-parole du gouvernement, titulaire d'un BTS. "Alors, ceux qui veulent l'exercer ensuite [en 2017] devraient y penser, c'est un petit message que je leur glisse (...), un peu de respect et de retenue, ça ne nuira à personne", a pontifié ce bac +2.

VOIR et ENTENDRE le ministre et porte-parole du gouvernement appeler l'opposition républicaine à "la fermer" [sic]:
video

Quant à la vulgarité de ses propos, "la fermer", il se défend en assurant qu'il s'agit d'une allusion à des déclarations du président PS de la région Nouvelle-Aquitaine, Alain Rousset

Ce dernier avait estimé samedi que l'auteur "d'incantations sur le chômage dont la courbe se retourne ou la croissance qui revient, celui notamment qui s'exprime régulièrement là-dessus depuis cinq ans, devrait la fermer". Des propos indécents entre camarades et inacceptables s'appliquant au président de la République, sont intolérables à l'encontre d'adversaires.
Dans le lisier, Le Foll est dans son élément

"Il ne nous a pas aidés. Il a un boulot à faire, mais à un moment donné, les Français ressentent autre chose", avait-il poursuivi, sans préciser qui il visait. Alain Rousset s'est ensuite défendu d'avoir visé le chef de l'État, expliquant qu'il évoquait implicitement le ministre de l'Économie, Michel Sapin.
On retiendra que l'Etat-PS va à vau-l'eau et que ses acteurs perdent toute dignité dès que le pédalo prend l'eau.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):