POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

samedi 5 novembre 2016

Mali: le groupe djihadiste malien Ansar Dine revendique la mort d'un militaire français

Le chef de guerre va encore compatir en gros plan sous les caméras

Un jeune, priorité du candidat Hollande, est mort.

Ce militaire français de 28 ans n'a pas vu le soleil se lever sur le désert du Mali, ce matin.
Mali: un soldat de 28 ans du 515e régiment de La Braconne tué dans une explosion
Blessé par l'explosion d'une mine au passage de son véhicule blindé, vendredi après-midi près de Kidal, dans le nord du Mali, le maréchal des logis-chef Fabien Jacq est décédé samedi, ont annoncé les services de l'Elysée. Il était engagé dans l'armée depuis près de neuf ans.
Il avait servi la France et la paix au Liban, en Afghanistan et une première fois au Mali en 2013. 
Il avait également participé à deux reprises à l'opération Sentinelle, mise en place sur le territoire national après les attentats de janvier 2015. 

L'explosion de la mine qui l'a tué a également blessé un autre soldat et "commotionné" trois autres militaires. 
Selon le ministère de la Défense, en l'absence de Jean-Yves Le Drian, l'explosion s'est produite vers 14 heures, ce vendredi. "Deux véhicules de l’avant blindé appartenant à un convoi logistique [...] ont subi une attaque par un engin explosif [il n'est pas certifié qu'il s'agit d'une mine] alors qu’ils faisaient route au nord-est de Kidal. L'explosion de l'engin a grièvement blessé le maréchal des logis-chef Fabien Jacq, sous-officier adjoint du peloton de circulation routière, blessé plus légèrement un autre soldat et commotionné trois autres", précise un communiqué. Ces hommes ont immédiatement été transportés par hélicoptère à Tessalit où se trouve une unité chirurgicale.

Le groupe armé salafiste malien Ansar Dine clame sa responsabilité
Dirigés par un chef de la rébellion touarègue de 1990-1996, les djihadistes d'Ansar Dine ont revendiqué l’attaque vendredi soir par l’intermédiaire de son canal de communication, indique le quotidien Le Monde. Ansar Dine affirme avoir visé "un véhicule" français sur la route de Kidal. Le groupe armé Ansar Dine est apparu en 2012 et reste l'un des plus importants à opérer au Mali.

Un communiqué du président a aussitôt exprimé son "émotion" et "salué le sacrifice" de ce soldat, un sous-officier du 515e régiment du Train installé en forêt domaniale de la Braconne, près d'Angoulême (PS jusqu'en mars 2014), dans le département de la Charente, dans l'ex-Poitou-Charentes, région que présida Ségolène Royal.
Créé en 1944 en Algérie, le groupe de transport 515 (GT 515) participe à la campagne de France. De 1947 à 1954, il participe aux opérations en Indochine. Ses actions et ses exploits lui valent l'attribution en 1956 du droit au port de la fourragère aux couleurs de la croix de guerre des théâtres d'opérations extérieures. Dès 1955, il embarque pour l'Algérie où il participe à de nombreuses missions dans le sud oranais jusqu'en 1963, date à laquelle il rejoint le camp de Tanaïs près de Bordeaux. En 1967, il s'installe définitivement au camp de la Braconne et prend en 1978 son appellation actuelle de 515e régiment du train.
Ce décès porte à 18 le nombre de militaires tués depuis le début en janvier 2013 de l'opération Serval au Mali

L'opération Serval fut élargie au Sahel sous le nom d'opération Barkhane à partir d'août 2014.
Les derniers militaires morts au champ d'honneur remontaient au mois d'avril, quand trois soldats avaient été tués par l'explosion d'une mine au passage de leur véhicule blindé, aux abords de la ville de Tessalit, également dans le nord du Mali, où l'Etat Islamique soutient les opposants touaregs.

Six soldats français ont pour leur part été blessés légèrement dans des conditions similaires le mois dernierLes groupes djihadistes qui avaient pris le contrôle du nord du Mali en ont été en grande partie chassés, à la suite de l'intervention militaire française Serval en 2013, avait-on officiellement assuré.

A la vérité, des zones entières échappent encore au contrôle des forces maliennes et françaises qui se mettent en valeur dans les périodes de calme, mais qui se déclarent membres de l'ONU (Minusma, Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali) en cas de malheur.
Un accord de paix supposé isoler définitivement les djihadistes a été signé en mai-juin 2015, mais son application accumule les retards. Le 29 juin 2016, le Conseil de sécurité des Nations unies a prolongé jusqu'au 30 juin 2017, le mandat de la mission de l'ONU au Mali (Minusma) en lui assignant une priorité stratégique d'aider le gouvernement malien à appliquer l'accord de paix conclu il y a un an avec des groupes armés du Nord, à rétablir son autorité sur le nord et le centre du pays, et à organiser des élections crédibles.
L'opération française Barkhane contre les djihadistes

Lancée le , à la suite des opérations Serval et Épervier, elle s'étend sur cinq pays (Mali, Mauritanie, Tchad, Niger et Burkina Faso) du Sahel  (qui s'étend de l'Atlantique à la mer Rouge). Elle doit procéder à une "montée en gamme" avec la fin de la saison des pluies, fin octobre-début novembre, avait expliqué le mois dernier le porte-parole des armées, le colonel Patrick Steiger, chef de corps, depuis 2013, du 3e Régiment d'infanterie de Marine (Rima) à Vannes.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):