POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

jeudi 20 octobre 2016

Sous la pression, Hollande se décide à recevoir les policiers... la semaine prochaine

"François Hollande a décidé de prendre le dossier en mains", raconte BFMTV, ce matin !

Après cinq manifestations spontanées, François Hollande se voit forcé de recevoir les représentants des policiers en colère. 

Une annonce floue ce jeudi soir pour le début de semaine prochaine... 
Aux policiers qui manifestent depuis plusieurs jours leur "ras-le-bol" devant la montée des violences, l'exécutif a multiplié les paroles d'apaisement pour tenter d'enrayer la fronde de forces de l'ordre qui ont fortement réagi à la menace de sanctions brandie par leur direction, alors que les syndicalistes de Goodyear-Amiens, preneurs d'otages patronaux, ont arraché aux juges des sursis en appel.
Ce mouvement de protestation inédit a débuté une dizaine de jours après une tentative d'assassinat de deux des leurs au cocktail Molotov à Viry-Châtillon (Essonne) faisant un blessé grave par brûlures au visage, aux mains et au thorax.

"Je sais qu'il y a ce malaise qui est profond depuis longtemps chez nos fonctionnaires de police et de gendarmerie", a baragouiné François Hollande devant la presse lors d'une première journée de travail au sommet européen de Bruxelles.
"Je recevrai les organisations de policiers pour que nous puissions aller jusqu'au bout de ce que ces policiers ou ces organisations demandent", a ajouté le président socialiste, évoquant l'élaboration d'un "programme de travail tout au long de ces prochains mois" de campagne présidentielle, avec effets à la charge du prochain président.
Face aux colères, "il est très important que nous puissions donner une perspective et une réponse immédiate", a encore bavassé le président qui demande, par ailleurs, à être jugé à ses actes plutôt qu'à ses confidences multiples à la presse, au cours de nombreux dîners avec deux journalistes du journal Le Monde, organe de presse officieux du PS.
"Je parle de tout ce qui doit être fait pour que les policiers puissent faire leur travail en toute sécurité, avec les moyens indispensables pour intervenir."

"Il y a cette expression qui est forte et qui est sincère de policiers qui veulent être soutenus par la population, et ils le sont", a encore ajouté le président. 
Mais que les policiers peuvent-ils espérer du soutien d'un président abandonné des siens.




Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):