POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

samedi 8 mars 2014

La France est-elle toujours un Etat de droit? Pétition d'avocats pour le respect du secret professionnel

Des avocats dénoncent une atteinte grave au secret professionnel entre Sarkozy et son avocat
Des avocats s'élèvent contre des écoutes téléphoniques portant des "atteintes graves et répétées" au secret professionnel 

Vendredi, Le Monde a révélé que la police a placé sur écoute des conversations téléphoniques entre l'ex-chef de l'Etat et son avocat au prétexte d'une prétendue violation du secret de l'instruction et trafic d'influence pour pouvoir ouvrir une information judiciaire, le 26 février. 

La violation par la police du secret professionnel entre Me Thierry Herzog et son client Nicolas Sarkozy a été effectuée à la demande de juges, soi-disant enquêtant toujours sur les accusations de financement de la campagne 2007 de Nicolas Sarkozy par la Libye de Mouammar Kadhafi.   

De nombreux grands noms du barreau dénoncent des menaces sur le "secret professionnel". 
"Que le secret professionnel, socle de la défense, garantie fondamentale des libertés individuelles dans un Etat de droit, fasse l'objet d'atteintes graves et répétées, menace l'essence même de notre profession d'avocat et son indépendance", dénoncent dans la lettre les avocats signataires qui apportent leur soutien à Me Herzog. 
Ce qui est vrai du secret des sources des journalistes est avant tout vrai du secret professionnal des avocats, pour la protection de la défense, mais la presse reste étrangement indifférente à la violation des protections des autres..

Sans foi ni loi, deux juges financières -nouvellement nommées- ont en outre diligenté une série de perquisitions, le 4 mars, dans le cadre de cette même enquête, visant Me Herzog et un haut magistrat du Parquet général de la Cour de cassation, Gilbert Azibert. "Que les cabinets d'avocats soient aujourd'hui devenus un lieu privilégié dans lequel les juges songent à rechercher les éventuelles preuves des instructions qui leurs sont confiées, suscite l'inquiétude", peut-on encore lire dans la lettre.

"Nous alertons les pouvoirs publics sur le danger pour la démocratie de telles dérives et sur l'impérieuse nécessité de protéger le secret professionnel, pilier de la profession d'avocat et sans lequel aucune défense ne peut s'exercer", interpellent les signataires.

Le texte a été signé par plusieurs centaines d'avocats samedi à la mi-journée

Ce chiffre apporté par la présidente de l'Association de défense des avocats pénalistes (Adap), Corinne Dreyfus-Schmidt, est appelé à augmenter, a poursuivi l'avocate, qui figure parmi les premiers signataires avec d'autres grands noms du barreau, 
Henri Leclerc, président de la Ligue française pour la défense des droits de l'homme et du citoyen (1995-2000), qui n'est pas suspect de sympathies sarkozystes, puisqu'il a rejoint l'équipe de campagne de Martine Aubry pour les primaires socialistes en vue de l'élection présidentielle de 2012... Quant Me Brochen, son compagnon ?
Hervé Temime, avocat pénaliste qui s'est illustré dans les affaires Clearstream, Bettencourt et Polanski et adéfendu Alain Afflelou, Bernard Tapie, Jacques Servier, et des stars : Catherine Deneuve, Gérard Depardieu, Nathalie Baye,etc.
Eric Dupond-Moretti, avocat pénaliste réputé pour le nombre record d'acquittements, et assura la défense d'Yvan Colonna comme de Bernard Tapie, 
Me Jacqueline Laffont, qui fut au nombre des douze avocats du dossier Bettencourt qui écrivirent au Parquet de Bordeaux, demandant le report de l'affaire du fait de la déontologie douteuse du juge Gentil en juin 2013. (lien JDD)
Pierre Haïk, une " star " du barreau parisien que le président ivoirien, Laurent Gbagbo a choisi pour défendre ses intérêts et les intérêts de la Côte d`Ivoire et a plaidé dans l'affaire du sang contaminé, un des grands scandales de santé publique de l`ère Mitterrand, qui impliqua Laurent Fabius...
ou Christian Saint-Palais.

Signe de l'ampleur du scandale, le bâtonnier de Paris, Pierre-Olivier Sur, s'est rendu en personne jeudi à l'audience chez le juge des libertés et de la détention (JLD) où étaient contestées les saisies réalisées chez Me Herzog, une démarche sans précédent. 
Le JLD doit rendre en début de semaine une ordonnance pour notamment décider de restituer ou non le téléphone professionnel confisqué à Me Herzog, a-t-on appris de sources proches du dossier.

1 commentaire :

  1. Cette révélation des écoutes de conversations entre un avocat et son client comme les perquisitions du cabinet de ce même avocat sont d'une extrême gravité et ramène notre pays à une époque triste de son histoire. Seule une affaire criminelle grave peut justifier le recours, avec un contrôle stricte, aux écoutes téléphoniques. Ce comportement de jeunes juges, sans grande expérience mais aussi sans sans contrôle, est inqualifiable. J'ai honte pour mon pays. Le privilège du secret de la correspondance des avocats est un fondement de la liberté de la défense, elle-même composante des droits de l'homme. C'est devant la CEDH qu'il faut porter cette affaire pour faire condamner cette pratique odieuse!

    RépondreSupprimer

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):