POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

Ce blog est actuellement soumis à des difficultés "techniques" inédites en dix ans:
elles laissent augurer sa disparition prochaine,
"à l'insu de son plein gré"...

Accessoirement, grâce à la complicité active de quelques fidèles, je constate que
tous les articles comportant le mot 'Macron' en titre sont bloqués au compteur !

vendredi 14 mars 2014

Municipales 2014 à Marseille: les Fralib se rappellent au bon souvenir de MA Carlotti (PS)

ATTAC boycotte Unilever en dansant  !

L'association ATTAC ouvre sa "chasse aux requins", le
 15 mars...

Elle cible 3 multinationales "prédatrices": BNP Paribas, Société générale et Unilever. "Malgré la crise, les banques et les multinationales se comportent de plus en plus comme des "super-prédateurs" exploitant partout les peuples et la nature pour mieux satisfaire leurs exigences de profit. Ces requins se croient invincibles…Prouvons-leur le contraire !" Ainsi s'expriment les altermondialistes de Cécile Duflot et Emmanuelle Cosse.

Et dans le cadre de sa campagne Anti-Requins, ATTAC Toulouse convie à un thé dansant de rue en soutien à la lutte des FRALIB. "Venez danser et virevolter au son de la fanfare Drumn'brass (funk/afro beat) et boire une tisane issue de la production des Fralib, toute l'après-mdi." 

Les altermondialistes d'ATTAC sont proches de la Confédération paysanne et José Bové, la CGT et donc de la FSU, du SNES et du SUIipp), de SUD, de Syndicat de la magistrature (SM), de l'UNEF et de l'UNSA, entre autres. 

Quelques rappels concernant le conflit FRALIB ?
Il y a trois ans, la multinationale Unilever décidait de fermer son entreprise Fralib, à Géménos, près de Marseille. Depuis trois ans, les travailleurs de Fralib luttent pour obtenir de leur ancien employeur, le soutien minimum dont ils ont besoin pour lancer leur projet de coopérative. Ils demandent la cession du nom de marque "Eléphant", qu'Unilever a décidé de faire disparaitre, au profit de LIPTON, marque du Groupe, et un certain volume de commandes pendant la période de démarrage.

La justice a refusé le plan social à trois reprises
Elle a annulé tous les licenciements, mais Unilever a cessé de payer les salaires depuis le 1er avril 2013 et refuse d'accorder une aide au démarrage du projet. Les syndicats CGT et CFE-CGC Fralib ont appelé les consommateurs à boycotter toutes les marques du groupe Unilever, à commencer par Lipton.
Auto-gestionIls ont tenté de sensibiliser les clients de Carrefour Market, en leur proposant un boycott des produits de la multinationale anglo-néerlandaise Unilever.
La coopérative (SCOP) des Fralib ancrée en Provence dit avoir relancé les commandes et une production locale et écologique de plantes (tilleul, verveine, menthe). Dans l'esprit altermondialiste, elle assure avoir établi  avec ses fournisseurs et ses clients des relations commerciales équitables et durables, à des prix justes.

Des représentants de l'entreprise Fralib se sont faits recevoir à l'Elysée par des collaborateurs de Hollande.
Depuis 18 mois, plus rien...
Alors ATTAC multiplie les actions.
L'association ATTAC, le groupe MAN (Mouvement pour une alternative non violente), et le syndicat Solidaires UNSA ont mobilisé leurs militants le samedi 18 janvier pour soutenir les salariés de l'usine Fralib.

Ils ont tenté de sensibiliser les clients d'un Carrefour Market, en leur proposant un boycottage des produits de la multinationale anglo-néerlandaise Unilever.
A grand renfort de panneaux et de tracts (300 tracts ont été distribués en une matinée), les militants altermondialistes ont expliqué le combat mené par ces salariés de Gémenos, près de Marseille.

Les FRALIB mettent la campagne des municipales à profit 
MA Carlotti l'a appris à ses dépens. 
En 2010, la candidate socialiste se clamait solidaire des Fralib. 
En 2011, elle soutenait avec Henri Jibrayel la lutte pour le maintien de l'activité des Fralib à Gémenos et annonçait une "première victoire".

Le 14 mars 2012, F. Hollande était en campagne et promettait à quatre entreprises d'agir (lien), Lyondellbasel, Netcacao la SNCM et ...Fralib.


François Hollande à Marseille : interview par marsactu


En mai 2012, 
Carlotti disait "relever le challenge" et pour cela avait appelé Montebourg à faire son show (ci-dessus), entouré de l'appareil du parti, Eugène Caselli, président de la communauté urbaine de Marseille,  MA Carlotti en t-shirtet Michel Vauzelle, président du Conseil régional (de gauche à droite).

Impasse Fissiaux, Marseille
Puisque son collègue Montebourg, le redresseur productif de l'industrie, considère que Fralib n'est pas sa tasse de thé, les autogestionnaires sont allés saluer la sous-ministre des handicappés à sa permanence marseillaise, puisqu'elle ose se soumettre au suffrage des chômeurs et défavorisés, au côté de Patrick Mennucci, celui qui s'est fait épingler pour des propos à caractère raciste, à l'encontre de sa bonne camarade Samia Ghali, et qui vient encore de prononcer une injure en traitant Sarkozy de voyou, à l'imitation de Michel Sapin
C'est dire le risque, sans contre-partie pour Fralib ou LFoundry, que Marseille en devenant un satelllite de Paris en importe les moeurs.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):