POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

dimanche 7 juillet 2013

A. Filippetti interpelée en plein festival d'Avignon

La ministre de la Culture fait l'unanimité contre elle 

Aurélie Filippetti n'aurait fait qu'inaugurer le nouveau bâtiment du Festival d'Avignon, samedi à en croire le Nouvel Observateur...


La FabricA, implantée à l'articulation de deux quartiers difficiles en rénovation, Champfleury et Monclar, est un nouveau lieu de répétition, de spectacles et de résidence d'artistes, avec ses 18 studios. Arbre médiatique qui cache la forêt dépeuplée, il accueille actuellement le Groupe F qui, ce soir-là et à grand renfort de pression événementielle, proposait à Martigues (Bouches-du-Rhône) un spectacle pyrotechnique moyen, plein de temps morts et d'intensité artistique faible, faute de recul et de visibilité:  
A Cassis, en mai déjà...
la presse avait annoncé une "
saga de lumière et de feu" faite de "vaisseaux de lumière et navires éphémères chargés de poudre d’étoiles", mais le nombreux public déçu n'a  trouvé qu'un petit clone du spectacle d'Avignon, transposé pour les pauvres sur l'un des merveilleux canaux de la Venise provençale. 

La FabricA, projet construit en un temps record est le rêve depuis dix ans des deux co-directeurs du festival, Hortense Archambault et Vincent Baudriller, qui passent la main en septembre à Olivier Py. 
Sur les 40 centres dramatiques, une douzaine sont concernés par des changements de direction. Certains renouvellements ont provoqué des remous, comme à Montpellier, où Jean-Marie-Besset conteste son éviction, ou à Nanterre, où la décision du ministère de ne pas accorder un cinquième mandat en 2014 à Jean-Louis Martinelli, directeur du Théâtre des Amandiers depuis 2002, a été dénoncée comme "brutale". Et idéologique ?

Samedi 6 juillet, alors que la pièce "Par les villages", mise en scène par Stanislas Nordey, allait commencer dans la cour d'honneur du Palais des Papes, un représentant du Syndeac a pris la parole sur scène

Au nom des organisations syndicales, 
le syndicat des Entreprises Artistiques et Culturelles a dénoncé les "promesses parties en fumée faites au monde de la culture". 
Décrivant une situation "au bord de la paralysie", il a annoncé une manifestation est prévue à Avignon le 13 juillet à 11h30.


La ministre de la Culture présente dans la cour a été interpelée par deux personnes qui ont pris la parole après cette interruption. 
L'une d'elles a lancé à Aurélie Filippetti que la culture était "une chose trop sérieuse pour être confiée aux financiers". La ministre est restée silencieuse, mais elle donnera ce dimanche à Avignon une conférence de presse rédigée par ses collaborateurs
L'an dernier, elle avait échappé à ce type de réactions auquel Frédéric Mitterrand avait eu droit avant elle.Si le changement n'est toujours pas pour maintenant, c'est pour quand ?

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):