POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

Ce blog est actuellement soumis à des difficultés "techniques" inédites en dix ans:
elles laissent augurer sa disparition prochaine,
"à l'insu de son plein gré"...

Accessoirement, grâce à la complicité active de quelques fidèles, je constate que
tous les articles comportant le mot 'Macron' en titre sont bloqués au compteur !

mercredi 23 juin 2010

Florence Woerth, dommage collatéral de l'affaire Bettencourt

La démission de Florence Woerth était annoncée; la gauche l'a prise de vitesse
Eric Woerth est la cible de l'opposition

Florence Woerth, son épouse, qui est directrice des investissements de Clymène, société de gestion des actifs de Liliane Bettencourt, ne faisait pas mystère de sa volonté de démissionner de la holding qui gère certains actifs de l'héritière du géant des cosmétiques L'Oréal. Mais la gauche l'a prise de vitesse pour ne pas manquer, dans son coup de billard à trois bandes, une opportunité de déstabilisation du mari par le biais de son épouse, salariée de l'empire Bettencourt.

Eric Woerth a confirmé que son épouse Florence, cherchait depuis deux ans à quitter son emploi pour une question de mésentente avec son patron, Patrice de Maistre. "Le courant ne passe pas" et sa démission, désormais hâtée par la tournure des événements, devrait intervenir "dans les prochains jours", a précisé Eric Woerth.
Mais Florence Woerth n'est que l'angle d'attaque de l'opposition contre son époux.

Le ministre du Travail est victime d'une machination politique
Car Eric Woerth, ministre du Travail, est précisément en charge de la réforme de la retraite en cours.

Ses accusateurs le soupçonnent a priori
d'avoir fermé les yeux sur des opérations d'évasion fiscale menées par la principale actionnaire de L'Oréal, du seul fait qu'il était ministre du Budget. La gauche n'apporte aucun élément de preuve.

Le ministre doit se défendre presque quotidiennement d'être intervenu en faveur de la situation fiscale de Liliane Bettencourt ou d'avoir touché de l'argent de sa part.
"C'est un problème de succession entre une mère et sa fille. On est un sujet collatéral par rapport à ça", a souligné Eric Woerth lundi devant quelques journalistes.
L'évasion fiscale, via de présumés comptes en Suisse, "ça ne concerne pas la société de mon épouse. Elle me l'aurait dit tout de suite s'il y avait eu des éléments de ce type", a expliqué le ministre, ajoutant que si c'était le cas "elle serait partie".
L'affaire Bettencourt est une opportunité pour l'opposition.

L'odieux amalgame

Il ne consiste pas seulement à lancer par exemple que Florence Woerth gère une partie de la fortune de Liliane Bettencourt, même s'il serait certes honnête de fournir l'information et donc utile de préciser laquelle.

Manoeuvre politicienne
Alors qu'Eric Woerth est en première ligne dans la réforme des retraites, il doit se défendre presque quotidiennement d'être intervenu en faveur de la situation fiscale de Liliane Bettencourt ou d'avoir touché de l'argent de sa part.

Le fond du problème
La question d'un risque de conflit d'intérêts, concède Eric Woerth, s'est posée quand "je suis arrivé à Bercy".

"Mais j'ai dit à mon épouse: 'c'est ta carrière'."
Or, "à partir du moment où elle n'a aucune possibilité de travail avec l'administration fiscale, c'est clair, c'est net, c'est transparent".

L'interprétation des enregistrements pirates est un détournement
- L'un d'eux date du 29 octobre 2009, quand Patrice de Maistre, le gestionnaire de Liliane Bettencourt, non sans cynisme, s'adresse ainsi à elle: "C'est le mari de Mme Woerth, que vous employez, qui est l'une de mes collaboratrices. (...) Lui est très sympathique et c'est notre ministre du Budget (...), en plus c'est lui qui s'occupe de vos impôts, donc je trouve que ce n'était pas idiot".
- Mais dans une conversation du 23 avril 2010, le ton change sur Florence Woerth et devrait suffire à disculper le couple Woerth.
"Je me suis trompé quand je l'ai engagée. C'est-à-dire qu'en fait avoir la femme d'un ministre comme ça, ça n'est pas un plus, c'est un moins".
L'échange se poursuit: "Je pense qu'il faut que j'aille voir son mari et que je lui dise qu'avec le procès et avec Nestlé (le groupe suisse chercherait à acquérir L'Oréal), il faut qu'on soit trop manoeuvrants et on peut plus avoir sa femme. Et puis on lui, on lui, on lui donnera de l'argent". De là à conclure qu'il en a effectivement touché, il n'y a qu'un pas que l'opposition vertueuse franchit allègrement.

Mais, pour Eric Woerth, Patrice de Maistre cherche simplement à "se faire mousser" auprès de la milliardaire. Et ses propos les lavent de tout soupçon lui et son épouse. "La vérité, c'est qu'on n'a servi à rien".
"Est-ce que je serai devenu ennemi public n°1 des Suisses si j'avais eu vent d'un quelconque problème de la part de Mme Bettencourt ?", poursuit-il, évoquant sa lutte contre l'évasion fiscale lors de son mandat à Bercy.

La horde de gauche est lâchée

Chiens affamés se font un festin de rien.

=> A l'origine de la tentative de déstabilisation: Eva Joly
L'eurodéputée d'Europe Ecologie et deuxième sur la liste des Régionales 2010 derrière Daniel Cohn-Bendit. Le site d'information numérique Mediapart a émis les soupçons et la "vieille éthique" les a cautionnés (lien PaSiDupes), sans qu'aucun n'apporte d'autre élément que des coïncidences de dates.

=> Les profiteurs
Le Parti socialiste s'est emparé de l'affaire et a invité solennellement Eric Woerth à clarifier son rôle dans ce dossier. Il a mobilisé ses vertueux détracteurs professionnels: modérés, tels Hollande et Guigou, ou virulents, tels Hamon et Montebourg.
Quant aux députés PCF (16+2), ils ont estimé lundi soir que le ministre du Travail devait démissionner en dépit de l'annonce du départ de son épouse de la holding gérant les biens de Liliane Bettencourt et aussi de la décision de cette dernière lundi de régulariser l'ensemble de ses avoirs qui seraient à l'étranger.
Les jeunes Verts se sont mêlés à la curée et le NPA du trotskiste Olivier Besancenot a estimé que la question de la démission d'Eric Woerth se posait.
Lien PaSiDupes sur l'en-cours des plaintes du couple Woerth

A toutes fins utiles
=> Avis aux antisémites: l'actionnaire principale de L'Oréal est née Schüller et ce nom est non pas juif, mais alsacien.
=> Avis aux radicaux: André Bettencourt, son défunt mari, était journaliste, homme d'affaire et membre de plusieurs gouvernements sous les présidences de René Coty, Charles de Gaulle et Georges Pompidou.
=> Avis aux révolutionnaires
Liliane Bettencourt est la femme la plus riche de France et, à ce titre, haïssable...

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):