POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

jeudi 10 juin 2010

Boutin, invitée au bénévolat: travailler plus, pour gagner moins !

En faire le moins possible et créer de la richesse ou du savoir ?

Ceux qui dans la majorité se laissent entraîner à critiquer Christine Boutin se laissent gagner par le populisme.

La polémique sur les 9.500 euros mensuels de Christine Boutin est insensée: le gouvernement et l'Elysée seraient bien avisés de justifier les émoluments qu'ils versent pour le travail demandé et rendu.
Soit, comme certains de ses collaborateurs qui toucheraient entre 4.700 et 6.000 euros, elle est compétente et mérite donc ce qu'elle gagne, soit elle ne l'est pas et il ne fallait ni la missionner ni la rétribuer.

Le gouvernement a demandé le jeudi 10 juin à Christine Boutin de renoncer au cumul de ses revenus. Le haut fonctionnaire qui a signé l'ordre de mission est le seul responsable, sauf si Christine Boutin lui a mis le couteau sous la gorge .

Le non cumul est une vaste blague
"Je vais demander à Christine Boutin de prendre en compte cette polémique qui ne doit pas durer, pour renoncer à la partie qui dépasse les 9.500 euros, c'est-à-dire de renoncer au cumul entre sa pension de retraite et la rémunération qu'elle a avec sa mission", a annoncé le ministre du Travail Eric Woerth.
Le ministre, auprès de qui est justement rattachée la mission de Mme Boutin, a également déclaré qu'il réfléchissait à "rendre non cumulable la retraite de parlementaire et une rémunération publique, liée à une fonction publique".
Au PS, le non cumul des mandats – et des rétributions afférentes – est reporté aux calendes grecques...

Pécresse à la rescousse
La ministre de l'Enseignement supérieur Valérie Pécresse a un peu de bon sens: elle a proposé sur Canal+ que soit publiée la liste des personnalités ayant reçu une mission du gouvernement, et les modalités financières de ces missions. "Publions la liste des personnalités à qui on confie des missions, publions aussi les avantages qu'on leur donne", a-t-elle suggéré. "Je pense qu'il n'y a que des bénéfices à jouer vraiment complètement la transparence", a-t-elle ajouté.

Pas question de démissionner

L'ancienne ministre du Logement (2007-2009) du gouvernement Fillon et présidente du Parti chrétien-démocrate s'est retrouvée sous les feux des projecteurs après les révélations du Canard Enchaîné sur son salaire pour une mission sur les "conséquences sociales" de la mondialisation que lui a confiée l'Elysée.
Cette rémunération s'ajoute à son indemnité d'élue au Conseil général des Yvelines (environ 2.600 euros bruts mensuels) et à sa retraite de parlementaire (environ 6.000 euros).

Ce que le Canard Enchaîné n'explique pas
Selon le quotidien La Charente Libre, comme par hasard, les quatre collaborateurs seraient grassement payés. C'est ignorer le taux horaire d'un garagiste.
Le rapporteur de la mission, Vincent You, conseiller régional d'opposition à la présidente de Poitou-Charentes, Sa Cynique Majesté Royal, explique au journal, être le moins bien payé des quatre avec 4.740,67 euros. "Je suis le seul fonctionnaire mis à disposition. Ce salaire correspond à mon traitement de directeur adjoint d'hôpital", ajoute l'ancien chef de cabinet de Christine Boutin lorsqu'elle était ministre du gouvernement Fillon.

Pourquoi cette mission est-elle montrée du doigt ?
Vincent You, l'ancien directeur de cabinet de Christine Boutin, est aussi vice Président national du PCD: deux motifs suffisants de chasse aux sorcières.
Or, dans la campagne des régionales, il était candidat à la candidature sur la liste UMP et ne s'était pas limité à la critique de la politique de la région d'Angoulême. C'est ainsi qu'il a présenté un livre blanc fondé sur un constat dressé à partir des statistiques de l'Insee: population vieillissante, trop faible augmentation de l'emploi. «Entre 1999 et 2006, la Charente a gagné 1,7 % d'emploi alors que la moyenne nationale était de +7 %.» Vincent You souligna que la région a pourtant des atouts: « sa tradition industrielle, son patrimoine, le cognac, ses festivals ou encore le département précurseur pour le RSA.» Selon lui, trop d'occasions ont été ratées, sur la politique du haut débit trop timorée, sur l'absence de centre d'enfouissement des déchets industriels, sur une promotion touristique contre-productive ou encore le flou du Pôle image. Il paie aujourd'hui son impertinence.

Tout travail mérite salaire

Désirdavenir Royal et François Hollande, son ex-concubin, ont une tendance marquée à refuser de payer leurs collaborateurs:

lien 1
: la présidente de Poitou-Charentes qui accusa F. Fillon d'immoralité à la mi-juin 2009, mais il aura fallu une décision de justice et une condamnation pour que ce mauvais payeur socialiste verse leurs salaires à ses deux ex-collaboratrices après dix ans de résistance et de mauvaise foi.


lien 2: l'ex-premier secrétaire du PS

En revanche, le porte-parole du gouvernement Luc Chatel a apporté son soutien à l'ex-ministre mercredi. "C'est un travail et à tout travail correspond une rémunération (...) la rémunération correspond à l'équivalent d'une rémunération d'un haut fonctionnaire", a-t-il fait valoir, refusant d'abonder dans "ce qu'il y a de scandaleux", selon les dénigreurs.

Christine Boutin a justifié son traitement par "l'importance" de sa mission, dont l'objectif est de faire des propositions dans le cadre de la présidence française du G20 (novembre 2010-novembre 2011).
Mercredi, elle a également souligné ne pas avoir "demandé ce salaire", et que "tout ça, (c'était) en application de la loi". Mais, il n'est pas question pour elle de démissionner, comme elle l'a affirmé dans la soirée, pour une faute qu'elle n'a pas commise. Et de commenter avec fermeté: "si les textes ne sont pas bons, il faut les changer".

Les avis sont partagés

=> Puisque sa fonction consiste à faire parler les Français et à émettre des avis personnels à tout propos, le directeur adjoint du département opinion de l'Ifop, Jérôme Fourquet, a donné son sentiment: "les Français se doutent que le niveau de rémunération et le train de vie dans les ministères n'est pas celui du Français de la rue, mais l'exaspération peut être encore plus importante en période de crise". En temps de crise, travaillons à l'oeil ? Ne serait-ce pas un avis de patron ? « Un peu une escroquerie », comme dit l'autre !

Tenez-vous bien: Nono Mamère dénonce une ... « république bananière » !

=> Rama Yade ne tombe pas dans le populisme où Nicolas Domenach patauge avec délices sur i-télé. Le journaliste cumulard de Marianne établit un parallèle entre le train de vie de Mme Boutin et celui ...des Bleus: il fallait oser comparer les ressources de l'ex-ministre Boutin avec les revenus de l'ex-footballeur Zidane ! D'ici peu, le Canard Enchaîné lancera que Christine Boutin reçoit des primes...

=>
Nadine Morano soutient Christine Boutin

VOIR et ENTENDRE la secrétaire d'Etat à la Famille, invitée de RTL par Jean-Michel Aphatie le jeudi 10 juin 2010:




Et vilipende une certaine catégorie de journalistes et leur hiérarchie des valeurs.

"Maintenant ce sont les journaux satiriques qui font l'actualité ! C'est une caricature de l'actualité. Hier, il y a eu une communication importante, le nouveau statut des auxiliaires de vie scolaire auprès des enfants handicapés, personne n'en parle! Ça c'est de l'actualité."
"Il est toujours agréable de s'entendre faire la leçon par les politiques. Vous me direz si ce week-end sur les marchés on vous parle des enfants handicapés ou de Christine Boutin" a répliqué Jean-Michel Aphatie.

Aphatie coupe la parole d'une ministre, mais ne supporte pas de l'être
: « je n'ai pas terminé ma phrase ! ». Il affirme toutefois qu'il ne fait pas la leçon aux responsables politiques qui auraient, quant à eux, cette fâcheuse tendance. Il « hurle avec les loups » et conteste d'ailleurs l'intérêt que constituerait les enfants handicapés...

Christine Boutin a annoncé, jeudi sur France 2, qu'elle renonçait à sa rémunération de 9 500 euros par mois, tout en poursuivant la mission qui lui a été confiée par l'Elysée sur les effets de la mondialisation sur les politiques sociales.

Aucun commentaire :

Publier un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):