POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

jeudi 1 septembre 2016

Le demi-frère d'Obama votera... Donald Trump et non Hillary Clinton

"Chaque famille a son mouton noir," juge finement le journal Le Monde

Le quotidien socialiste fonde ce jugement raciste
sur la préférence du demi-frère du président américain sortant pour Donald Trump, exprimée en début de semaine dans la perspective des prochaines élections présidentielles américaines.
Détenteur de la double citoyenneté américaine et kényane, Malik Obama, un demi-frère du président Démocrate, a déclaré à l'agence Reuters son intention de voter pour le candidat Républicain Donald Trump.
"Il a mon vote", a clamé Malik Obama.  Le choix du demi-frère du président est motivé par des raisons à la fois politiques et personnelles. "Trump est un mec vraiment cool, et je l’aime parce qu’il parle avec son cœur et qu’il a les pieds sur terre (…) Ce gars parle avec le cœur et vous pouvez voir qu’il est très honnête", a-t-il expliqué.

Malik Obama ne se contente pas d’une déclaration de confiance. 
Au Brésil, on approuve les arrêtés anti-burkini
interdisant l’exhibition des "femmes momies"
"Je me sens républicain aujourd’hui, parce qu’ils s’opposent au mariage de personnes du même sexe", a-t-il confié au New York Post (conservateur, toujours lié à Rupert Murdoch).

Il condamne également l’intervention américaine en Libye. "Mon frère et la secrétaire d’Etat [Hillary Clinton] m’ont déçu sur ce sujet, ajoute-t-il. Je suis vraiment triste que les choses aient tourné ainsi. Je suis plus âgé que [Barack Obama], mais je peux dire que le pouvoir l’a corrompu.
Or, en 2013, Malik Obama a essayé de tirer parti de sa 'presidential connection' lors de sa candidature aux élections de gouverneur du comté de Siaya, où est situé Kogelo. Malik Obama affirmait alors disposer d’une "ligne directe avec la Maison Blanche." Il a recueilli que 2.792 voix, 140.000 derrière le vainqueur.

Actuellement en déplacement dans le village de Kogelo, dans l'ouest du Kenya, Malik Obama, 58 ans, est l’aîné de Barack Hussein avec qui il partage le même père kenyan, mais d'une mère différente, puisque celle du président métis est une Blanche américaine.
"J’aime encore mon frère, mais je n’en reviens toujours pas que quand il est venu au Kenya, il nous a dit qu’il ne pouvait pas passer trop de temps avec [nous] juste parce qu’il est le président des Etats-Unis, et qu’il doit d’abord finir son mandat avant de pouvoir se rapprocher de nous", explique Malik Obama. En juillet 2015, Barack Obama s’était rendu en visite officielle au Kenya pour la première fois comme président. Il n’a cependant pas fait le déplacement à Kogelo, bastion des Obama, enrageant ainsi son demi-frère.

Il s'est déclaré insatisfait du bilan de la politique de son frère Barack Obama et a confié que le discours sécuritaire de Donald Trump lui parle. " Je suis musulman, bien sûr, mais tu ne peux pas laisser des gens en tuer d'autres au nom de l'islam comme ça (...). Donald Trump me plaît bien. Je pense qu'il est terre-à-terre et qu'il parle avec le cœur sans essayer d'être dans le politiquement correct. Il est cash".



Donald Trump se félicite de ce vote

Après cette annonce, Donald Trump n'a pas manqué de réagir sur Twitter à cette annonce. "Wow, le frère du président Obama, Malik, vient d'annoncer qu'il votera pour moi. Il a probablement été mal traité par le président, comme tout le monde ! ".
Depuis 1985, Malik Obama vit à Washington et a travaillé pour de nombreuses entreprises avant de devenir consultant financier. Comme tant d'autres, il estime que son frère n'a pas fait grand chose pour les Américains depuis qu'il est arrivé au pouvoir, en 2008, malgré deux mandats. 
Les deux hommes ont été très proches, mais ont, aujourd'hui, pris leurs distances. Suite à cette déclaration, Malik Obama a voulu insister sur son droit de critiquer son frère : "Je dis ce que je pense et je ne vais pas me taire parce que mon frère est le président des Etats-Unis". Embarrassé, Barack Hussein, lui, n'a pas commenté ces déclarations.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):