POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

dimanche 11 septembre 2016

Hillary Clinton, invalidée par un malaise au cours des Cérémonies du 11 septembre

La santé de la candidate inquiète de plus belle

Donald Trump avait raison


Hillary Clinton évacuée d'urgence pour un "problème médical"

La presse accusait le candidat Républicain d'alimenter les rumeurs sur "une fausse maladie d’Hillary Clinton". En France, Les InRocks, écrivait même que "aidé par de nombreux conspirationnistes, il essaie de décrédibiliser sa rivale grâce à son arme favorite : le mensonge."
Le mercredi 24 août déjà, lors de son passage dans le Jimmy Kimmel Live, Hillary Clinton a dû répondre à une question bien naturelle s'agissant d'une candidate à la la Maison Blanche: "Hillary Clinton êtes-vous en bonne santé ?". "Prenez mon pouls", avait-elle esquivé, sur le ton de la plaisanterie. Des rumeurs que l’ancienne First Lady ne parvient pas à faire taire. 

Depuis plusieurs mois, de multiples allusions qualifiées de "conspirationnistes" se multiplient sur son état de santé, envisageant qu’elle puisse être atteinte soit de la maladie de Parkinson, soit d'épilepsie, soit hystérique.

La gauche nie l'évidence, accusant les conservateurs de toutes les vilenies. 

Si les nouvelles révélations font aujourd’hui la Une, ce ne sont pas des inventions des media conservateurs, comme le donne à croire la presse partisane. Donald Trump et ses partisans constatent et mettent en garde contre un vote Hillary Clinton. Lors d’un meeting politique en Iowa le 5 août, le milliardaire américain a fait observé qu'elle est "instable" et "déséquilibrée". Dans le New Hampshire, le 7 août, il a suscité une indignation orchestrée par les proches atterrés de la candidate en révélant qu’elle n’a pas toute sa tête, et que son cerveau a été "court-circuité". A-t-il eu le tort de la clairvoyance et d'avoir parler avant les autres ?
Anybody whose mind "SHORT CIRCUITS" is not fit to be our president ! Look up the word "BRAINWASHED."

Plus récemment, c’est la porte-parole du candidat républicain, Katrina Pierson, qui sur la chaîne américaine MSNBC attiré l'attention sur les symptômes qui donnent à penser qu'’Hillary Clinton est frappée de dysphasie, une maladie qui affecte l’expression et la compréhension. Elle s’appuie notamment sur les tics de langage de l’ancienne secrétaire d’Etat. 
La candidate ne dément aucun des soupçons. Pourquoi ne publie-t-elle pas un bilan de santé qui ferait tire les "rumeurs" ?

L’ancien maire de New York et soutien actif de Trump, Rudy Giuliani, a étayé ces rumeurs par deux fois sur Fox News dimanche 21 août et lundi 22 août: "Je pense qu’Hillary est fatiguée. Elle a l’air malade. Allez sur internet et taper 'La maladie d’Hillary Clinton'. Regardez les vidéos par vous-même."


Des complotistes étaient accusés de faire du tort à Hillary Clinton
Les InRocks contestait les signes d'une pathologie en discréditant "les théories, les vidéos et les tweets des nombreux conspirationnistes américains sur internet" datant d' "un événement vieux de cinq ans". 

En 2012, Hillary Clinton avait souffert d’une commotion cérébrale (AVC ?) après une déshydratation avérée et une chute réélle qui n'avaient rien de conspirationnistes. Elle avait ensuite dû être hospitalisée en raison d’un caillot de sang dans la tête.


Depuis, les spéculations sur sa santé sont fondées sur des faits.
En 2014, le conseiller républicain Karl Rove fit les premières révélations. Il affirma que l’ancienne First Lady a passé plus d’un mois à l’hôpital en 2012 et qu’elle a subi des dommages cérébraux. Même si ses propos sont ensuite contestés, il ne fait pas de doute que la santé de la candidate est défaillante.

L'inquiétude est grande que soit élue une malade
La moindre faiblesse et la moindre réaction inappropriée d’Hillary Clinton sont décryptés sur Youtube et Twitter (#Hillaryhealth), puis repris par les media conservateurs comme Fox News et Breitbard, tandis que la presse démocrate préfère faire le procès des Républicains plutôt que d'apporter des preuves de sa bonne santé. En février 2016, une photographie de la candidate démocrate qui glisse en montant les escaliers alimente l'inquiétude qu’elle ne puisse plus marcher toute seule.

Hillary Clinton a dû quitter prématurément les cérémonies marquant le 15e anniversaire du 11 septembre 2001 

Alors qu'elle se trouvait à New York ce dimanche, L'équipe de la candidate démocrate a confirmé qu'elle a bien été victime d'un malaise provoqué par la chaleur. Alors qu'elle se trouvait à New York ce dimanche, elle a dû se faire raccompagner pour aller prendre du repos dans l'appartement de sa fille.

Le communiqué adressé aux media garantit qu'elle se "sent beaucoup mieux" désormais.
Ces faits, au vu et au su de tous, ne manquent pas de relancer l'inquiétude sur l'état de santé de la septuagénaire (elle est née en 1947, Juppé en 1945) et la polémique médiatique visant les soi-disant complotistes du camp Donald Trump. D'ailleurs, de nombreux Républicains ont immédiatement exprimé leur préoccupation sur Twitter. "Si Hillary se sent mal par cette température, c’est qu’elle est plus malade que nous pensions", écrit celui-ci.

If Hillary "overheated" at 77 degrees, she's sicker than we thought. 
Une vidéo est sortie où l'on voit Hillary Clinton quitter les lieux sous assistance, au moment de son malaise. 

Mais les documents video eux-mêmes sont contestés et les partisans de Donald Trump sont accusés de l'avoir diffusée: les images sont suspectes du fait qu'elles sont révélées par les Républicains. Que les Démocrates les aient retenues ne pose en revanche pas problème aux media proches du pouvoir.

La photo ci-dessous -en statique et appuyée- maquille la vérité
Elle ne montre pas le pantin désarticulé que révèle la vidéo ci-dessus.
La vidéo qui montre une candidate de santé précaire se répand à toute vitesse sur les réseaux sociaux, ce qui est sain en démocratie. Alors que les faits se multiplient sur son état de santé à moins de 2 mois de la présidentielle américaine, cette image est assurément un très mauvais point pour la candidate démocrate dissimulatrice.

Cette video est encore plus révélatrice: 

Ironie du sort, il y a trois jours, Hillary Clinton justement accusée d'hystérie, citait la qualité principale d'un bon président et commandant en chef des armées: la "stabilité d'un  roc"...



Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):