POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mardi 8 juillet 2014

B. Cantat soutient les intermittents contre ces "salauds qui nous gouvernent"...

Condamné pour meurtre, le beauf' de Duflot est-il excessif?

La musique n'adoucit pas les moeurs
En concert, Bertrand Cantat a tenu à apporter son soutien au mouvement des intermittents du spectacleau Main Square d'Arras, ce dimanche 6 juillet. Il a publiquement fustigé ces "salauds qui nous gouvernent" au Main Square d'Arras, ce dimanche 6 juillet. Après Bedos père qui a insulté Nadine Morano en spectacle, la scène française se radicalise...

La courtoisie est certes de gauche, mais...
Les artistes ont tout intérêt à ne pas braquer les techniciens intermittents du spectacle, et les festivals musicaux de l'été ont décidé de leur apporter leur soutien. Sincères ou non, les musiciens ont été nombreux à leur emboîter le pas, notamment aux Eurockéennes et aux Francofolies, contraints de protéger leurs concerts. Et leur gagne-pain.

C'est à Arras, que la démagogie s'est exprimée en faveur du conflit des intermittents, ce dimanche

Et c'est Bertrand Cantat, chanteur du groupe Detroit qui a pris la parole devant son public pour défendre cette corporation, en colère. Un état permanent qu'ils ont commun.
"C'est eux qui font marcher les choses et non pas les salauds qui nous gouvernent." Chacun son business, mais réduire l'économie et les chances de reprise de la croissance à la protection des acquis sociaux des plus favorisés de la catégorie, c'est vraiment pousser le bouchon un peu loin, Marcel.

Cantat a lâché son morceau de bravoure entre deux chansons et avant de commencer son morceau, "null and void" [nul et non avenu, puisque le Français n'est pas une langue morte]. "Je voudrais ici saluer le combat des intermittents du spectacle, qui en fait n'est pas seulement celui des intermittents du spectacle mais de tous les précaires et de tous les gens qui essaient de vivre correctement et décemment (...) Il y a des gens qui essaient de les en empêcher pour parler très très basiquement et c'est absolument injustifié et injustifiable", a-t-il déclaré. 

Un donneur de leçons...
Sous les applaudissements, le chanteur a poursuivi : "alors que tout le monde, comme eux, soit Null and void et qu'on leur dise n’entrez pas vous n'êtes pas chez vous, eh bien nous on dit que ces gens-là sont chez eux partout puisque c'est eux qui font marcher les choses et non pas les salauds qui nous gouvernent (...) C'est notre position et ça m'étonnerait qu'on en change". Ca, c'est bien dit ! Vous avez suivi?
VOIR et ENTENDRE celui qui justement ne change jamais d'avis...
  video
On sent bien là que la prison l'a fait mûrir...

4 commentaires :

  1. salauds qui nous gouvernent?
    il est vrai qu' en terme de "salaud" il sait de quoi il parle!

    RépondreSupprimer
  2. Il y a des imbéciles qui changent d'avis, mais Cantat n'en fait pas partie, son frère est aussi bête que lui et l'un comme l'autre ont des pseudo-idéologies d'ado attardés... Aujourd'hui ça sonne au mieux faux et au pire complètement ringard et faux-cul...
    Quelle légitimité a-t-il pour ne serait-ce que s'exprimer sur autre chose que son "art"?
    Finalement et contrairement à la rumeur, il y a bien des ridicules qui tuent...

    RépondreSupprimer
  3. Tiens, un tas de fiante anti intermitents se nourissant du gossip de bas étage.
    Remarque vu les sondages autour de la page j'imagine qu'il fallait pas s'attendre à ce que ça vole bien haut sur quelque sujet que ce soit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans le milieu de la culture authentique et permanente, on écrit "fiente"... Mais on ne la tartine pas, pour faire illusion !
      Même qu'on parle français et on évite "gossip" qui ne trompe personne sur le niveau réel des prétentieux.
      A part ça, critiquer tout, globalement, sans justification, ça pue: du genre à faire des charrettes de tout ceux que l'idéologique désigne à la haine des totalitaires.

      Supprimer

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):