POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

samedi 19 juillet 2014

Propos antisémites: ni sanction, ni démission pour l'élu PS de Vaulx-en-Velin

"Le PS se couvre de honte", admet le socialo archaïque Bruno Roger-Petit !

Malgré ses propos antisémites, Ahmed Chekhab, l'adjoint à la députée-maire socialiste de Vaulx-en-Velin, n'a pas été sanctionné par le PS.
 
L’adjoint aux sports de Vaulx-en-Velin, Ahmed Chekhab (PS) a eu un comportement insultant à l'encontre d’un dirigeant sportif, et il a même tenu des propos à la fois orduriers et antisémites concernant son prédécesseur, Philippe Zittoun. "La révélation dans nos colonnes de ses propos provoque un tollé d’autant plus vif que la députée-maire de Vaulx-en-Velin, Hélène Geoffroy (PS), chargée de recherche en mécanique à l'École nationale des travaux publics de l'État à Vaulx-en-Velin, protège son jeune adjoint : même si elle reconnaît des "propos inacceptables", elle met en avant l’inexpérience d’un élu soumis à la pression pour l’expliquer, rapporte Le Progrès du 09/07/2014. L’équipe municipale et le Parti socialiste exemplaire sont interpellés : comment peuvent-ils ne pas sanctionner le comportement indigne d’un de leurs élus?

La maire PS de la ville (ci-contre) l'a maintenu à son poste d'adjoint et l'antisémite propose même de prendre en charge la lutte contre le racisme et l'antisémitisme (lien), à sa demande  et avec la promesse de travailler main dans la main avec la LICRA. Or, "la Licra se contente des excuses de l’adjoint aux sports", souligne Le Progrès (lien).
Le journal rapporte les propos de la LICRA, accusatrice de la précédente municipalité communiste (PCF, depuis la fin de la guerre). 
"Dans un communiqué, la Licra rappelle "Depuis plusieurs années, la commune de Vaulx-en-Velin est le théâtre d’incidents et de provocations à caractère antisémites que nous avons dénoncés sous l’ancienne municipalité (dirigée par Bernard Genin). En dépit de nos alertes, l’ancienne municipalité est restée sourde à nos propositions, confortant ainsi les sentiments d’abandon éprouvés par les familles juives vaudaises. A tel point que la communauté juive, implantée depuis les années 60 et qui comptait plus de 250 familles dans les années 1990, ne rassemblait plus qu’une vingtaine de familles en 2010. Au contraire, l’ancienne municipalité n’a jamais cessé d’instrumentaliser le conflit du Proche-Orient, alimentant ainsi ceux qui souhaitaient importer en France les tensions qui surgissaient au fur et à mesure de l’actualité, avec les conséquences que l’on connaît parmi la jeunesse de la cité. Il a même fallu une décision du tribunal administratif pour faire enlever le drapeau palestinien qui ornait en permanence le fronton de la mairie.
Un incident fautif, ne suffit pas pour crier au loup et à l’antisémitisme. Face à un tel incident fautif, des excuses nous semblent suffisantes, surtout si elles sont accompagnées d’un programme d’actions mobilisant toutes les bonnes volontés. Aujourd’hui (ndlr lundi) la Licra souhaite rassembler toutes les énergies positives pour lutter avec efficacité contre l’antisémitisme endémique qui sévit à Vaulx-en-Velin… Un premier rendez-vous avec la Madame la Maire Hélène Geoffroy a permis, enfin, de jeter les bases d’une coopération sur plusieurs années, pour faire de sa commune un exemple du Vivre Ensemble", affirme le communiqué."

"L'immobilité du PS, ses petites compromissions électoralistes sur ce dossier, sont une honte, même pour Bruno Roger-Petit, chroniqueur diarrhéique des sanisettes du Nouvel Observateur.

Le journaliste ne sait pas se contenir, alors armez-vous de patience...
A quoi joue [sic] le PS de Vaulx-en-Velin avec Ahmed Chekhab, élu socialiste ayant tenu, en public, "des propos antisémites empreints d'une haine à glacer le sang ?" écrit BRP [...]

La riposte habile d'Ahmed Chekhab, toujours selon BRP

Les fréquentations hétéroclites de Y. Noah,
socialiste ségollandais inconditionnel
"On reprend les faits. Le 30 mai dernier, pour une histoire de mauvaises relations avec le dirigeant d'un club local de sport, Ahmed Chekhab, adjoint aux Sports de la mairie de Vaulx-en-Velin, débarque dans les locaux de l'association et s'en prend au dirigeant de celle-ci, coupable à ses yeux d'entretenir de bonnes relations avec un autre élu, Philippe Zettoun.


"Tu me parlais des sionistes. Tu veux Zittoun ? Tu veux un juif ? Tu veux Zittoun ? Tu veux ça, toi ? C’est ça que t’aime ! T’aimes pas quand les gens qui te ressemblent sont en place et veulent t’aider. Tu préfères un enculé qui te nique bien. C’est ça ce que tu veux. Tu préfères Philippe. Tu aimes bien Zittoun."
Confronté à une vague de protestations, Ahmed Chekhab a organisé une riposte habile, en liaison avec la maire socialiste, Hélène Geoffroy, qui avait elle-même excusé l'intolérable, arguant de la jeunesse de l'élu et de son inexpérience.

Ce 9 juillet, il a annoncé qu'il renonçait à sa délégation d'adjoint aux Sports, tout en demeurant adjoint afin de devenir le leader de la lutte contre le racisme et l'antisémitisme menée au nom de la commune républicaine de Vaulx-en-Velin.

Une entourloupe de "haut niveau", éructe le socialiste BRP
Le Guadeloupéen Didier Dinart et
le Serbo-croate Nikola Karabatic
de l'équipe de France de handball
dans le geste et la mimique
antisémites
à Londres en 2012
Ainsi présentée, la solution trouvée ressemble à une entourloupe de haut niveau, montée avec la complicité de l'antenne locale de la LICRA qui avait visiblement quelques comptes à régler avec la mairie communiste sortante, jugée trop favorable à la cause palestinienne.
En effet, de manière fort surprenante, la LICRA, que l'on connaît plus sévère [selon le journaleux] en face [simplement "face à"] de ce type de dossier, s'est déclarée satisfaite des excuses murmurées par l'adjoint Ahmed Chekhab.

Quant au PS départemental, par la bouche du Premier fédéral David Kimelfed, il a paru bien embarrassé par cette affaire, condamnant d'un côté les propos antisémites, les jugeant contraires à l'ADN du PS [re-sic], et de l'autre prenant la décision de se donner le temps du temps d'offrir au temps du temps [vous suivez le charabia du chroniqueur du Nouvel Obs?] afin d'y voir plus clair :
 "Il ne saurait être question d’une quelconque procédure disciplinaire, sans avoir entendu l’intéressé et les différents protagonistes (...) Le seul décisionnaire concernant sa délégation d’adjoint est le maire de Vaulx-en-Velin et je fais toute confiance à Hélène Geoffroy.
Conclusion de BRP: après avoir vu l’intéressé et constaté les (non)mesures prises à son encontre au sein du conseil municipal, le Premier fédéral du PS a déclaré :
 "C’est une décision positive. Il va s’atteler à un travail de fond contre les discriminations", promettant dans un avenir indéterminé des "sanctions adaptées."
Au vu des sanctions prises au niveau municipal, on se demande ce que pourront bien être ces "sanctions adaptées" au niveau du parti, s'interroge l'écrivaillon: une confiscation de la carte du PS pendant une heure ? raille-t-il. Un TIG de dix minutes à la photocopieuse de la fédé ? insiste-t-il. Servir les cafés durant la prochaine réunion de section ? remet BRP.

Un PS mou, mou, mou..., selon le journaleux, coupeur de têtes

Roger-Petit semble découvrir le PS. On résume [pour ceux qui n'auraient pas compris ou sauté -assez naturellement - des lignes]: ni démission, ni sanction, ni exclusion du PS, mais auto-rédemption et auto-promotion [typique des socialistes qui ne s'excusent jamais de rien: tout juste s'ils se laissent parfois aller à des regrets!], le tout avec la complicité d'une LICRA locale aux abonnés absents de la République et un PS mou, mou, mou, tellement mou qu'il parait [paraît] avoir oublié que cette année 1914 est aussi celle de la célébration de Jaurès [abusivement revendiqué par le PS]
C'est bien la peine d'organiser à Paris, rue de Solferino, des festivités [on peut alléger "destinées à célébrer": à] la mémoire du grand Dreyfusard pour mieux la renier à Vaulx-en-Velin.

"La maire de la ville de Vaulx-en-Velin a visiblement les idées très larges en matière de lutte contre les ravages de la pensée Dieudonné", accuse BRP qui continue à dénoncer. "Dans le parti dirigé par [le trotskiste] Jean-Christophe Cambadélis, on peut donc tenir des propos antisémites, ne subir aucune sanction rapide et exemplaire, demeurer adjoint au maire d'une grande ville, et demander en prime à prendre en charge de la lutte contre le racisme et l'antisémitisme, et tout cela comme si de rien n'était ? [Que de mots! De grâce, mon p'tit Pruneau, apprenez à synthétiser plutôt que de vous en gargariser]
Cette affaire permet de mesurer à quel point en est rendu le PS, en certains lieux de France [seulement?], pour élargir son emprise électorale sur la gauche.

Selon des contacts socialistes de l'auteur de ces lignes [BRP se désigne à la 3e personne, genre Alain Delon: LOL], "c'est en menant une campagne communautariste à Vaulx-en-Velin, avec l'aide de personnages aussi peu recommandables que Ahmed Chekhab, que les socialistes du Rhône ont réussi à prendre la mairie au PCF (et Front de gauche) qui la tenait depuis 1944, et qu'il avait gérée, avec Maurice Charrier (issu du PCF) sans jamais céder aux communautarismes".
"Le successeur de Charrier, en 2009, Bernard Génin, avait même plaidé pour une position équilibrée lors des débats relatifs au port du voile intégral, refusant les communautarismes de tous bords", assure BRP [alors que Genin était celui qui faisait flotter le drapeau palestinien sur sa mairie...].

BRP y voit un "révélateur du fonctionnement de ce parti"

"Le PS est otage de sa propre stratégie opportuniste [et de son mépris des valeurs qu'il proclame]. Tout porte à croire qu'il ne faut pas sacrifier Ahmed Chekhab par peur de perdre ceux des électeurs qui ont porté Hélène Geoffroy à la mairie pour des raisons communautaristes, raisons qui ont peu à voir avec l'idéal de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen.

Cette affaire est révélatrice d'un certain type de fonctionnement actuel au sein du PS. Ce sont des considérations locales purement tactiques et opportunistes qui paraissent expliquer pourquoi le parti héritier de Jaurès et de Blum tente, par des manœuvres locales aussi minables qu'infamantes, de sauver par tous les moyens l'élu communautariste auteur d'insupportables propos antisémites.

Prisonniers de leurs petites tambouilles, hors sol socialiste, déconnectés de la République et profitant de l'apathie du sommet du parti, où l'on a déclaré ouverte une enquête que l'on pressent longue [aussi longue qu'un article verbeux de BRP], des militants socialistes finissent par ne plus être socialistes.

Adieu Jaurès, Blum, Mitterrand [amalgame osé], et vive le petit poste, la petite position, le petit privilège qui vont bien. Et tant pis si, pour préserver ses ambitions médiocres [profusion d'adjectifs définitifs], on protège un "camarade" auteur de propos antisémites inadmissibles, commente inutilement le pistonné, recyclé  du site indigent LePost, peu respectueux de l'intelligence de ses rares lecteurs]. Pas grave. Il a dit que c'était pas lui qui parlait [grammaire approximative d'un journaliste illettré]. Il est jeune. Il est un peu impétueux. Il va être sanctionné de manière adaptée. Il va s'occuper lui-même de la lutte contre l'antisémitisme...

Les faits étant établis, connus et reconnus, il fallait sanctionner vite, sans attendre, et avec vigueur, insiste l'avocat général. En son temps, Harlem Désir avait prononcé l'exclusion de fait de Jérôme Cahuzac, compte tenu de sa faute [raconte le nostalgique BRP, qui s'arrange avec la petite histoire en oubliant légèrement le temps qu'il y a mis]. L'auteur de propos antisémites avérés, moralement bien plus accablants, mérite-t-il plus de considération ?

Pour le PS de Cambadélis, [premier secrétaire intérimaire et coopté par la grâce de Hollande] ce traitement de l'affaire Chekhab n'est ni républicain, ni jauressien, ni socialiste, c'est juste une honte absolue." 
Avec ou sans Jaurès. Ou Blum.

Un simple dérapage, selon Hélène Geoffroy

On ne peut accepter qu'un enfant lance des bananes sur le passage de la ministre de la Justice
, mais peut-on à la fois condamner à neuf mois de prison ferme une candidate FN qui compare la même bien-aimée du gouvernement à une gentille petite guenon innocente et laisser un élu socialiste tenir impunément des propos antisémites ?   

1 commentaire :

  1. une tempête dans un verre d'eau ? Les sionistes militants en ont autant dans leur sac.
    De toute façon il n'y a que les français de souche qui sont punis pour ce genre de propos, 9 mois fermes il parait .

    RépondreSupprimer

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):