POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mardi 22 juillet 2014

Après ses trains larges, la France est le pays aux tunnels trop bas

Quais et tunnels à réduire pour laisser passer les trains 

Des infrastructures ferroviaires devront être modifiées pour permettre la
circulation des trains spéciaux
transportant des camions, qui emprunteront la nouvelle autoroute ferroviaire en France, révèle Le Canard Enchaîné ce mercredi 23 juillet.

"Les wagons commandés sont trop bas et trop larges pour le réseau actuel. Il faudrait donc raboter, outre les quais, certains tunnels dans le sens de la largeur, ce qui est possible, mais coûteux", selon un article du journal satirique.
Un expert de RFF (Réseau ferré de France) reconnaît la nécessaire adaptation de certaines infrastructures pour permettre aux wagons de "rouler sans difficultés", mais souligne que "c'était connu depuis le départ".

Le journal chiffre à 311 millions d'euros le coût des adaptations pour RFF. "C'est 208 millions d'euros pour RFF, tandis que 103 millions d'euros seront dépensés par le concessionnaire, c'est-à-dire la compagnie qui va [exploiter] les trains et les terminaux aux deux bouts, VIIA Atlantique, une filiale de Geodis-SNCF", corrige l'expert.

En outre, "ces investissements seront subventionnés" par les pouvoirs publics, et donc sans impact sur l'endettement de RFF, selon lui, mais le contribuable sentira passer ces trains larges.

14 tunnels bas de plafond

Une autoroute ferroviaire permet de transporter par train l'ensemble du camion, cabine incluse, déposé par un chauffeur au point de départ et récupéré par un autre à l'arrivée. 
Le concept, impulsé par le Grenelle de l'environnement en 2009, a déjà vu deux réalisations. Deux liaisons sont déjà en service, l'une entre la France (près de Chambéry, Savoie) et l'Italie (près de Turin) à travers les Alpes en 2003, l'autre entre Perpignan (Le Boulou) et le Luxembourg.

La création d'une troisième autoroute ferroviaire, reliant le Pas-de-Calais aux Landes, avait été annoncée en septembre 2013 pour une mise en service en 2016, en même temps qu'une nouvelle commande de wagons spéciaux à la société alsacienne Lohr.
Lundi 5 mai 2013 a vu le lancement de l'enquête publique relative à l'autoroute ferroviaire atlantique. Jusqu'au jeudi 5 juin, les habitants des 20 départements traversés par son tracé, dont les Landes, la Gironde, la Charente-Maritime, les Deux-Sèvres, ont pu se prononcer sur ce service visant à acheminer des semi-remorques par le rail, sur une longue distance et à un rythme cadencé. Ce projet d'autoroute ferroviaire atlantique est long de 1 050 kilomètres, entre Tarnos (sud des Landes) et Dourges (Pas-de-Calais, près de Lille). 

L'hebdomadaire, précisant que 14 tunnels sont concernés par un rabotage, s'étonne d'une "solution loufoque : dégonfler les amortisseurs des camions équipés d'un système pneumatique ou, sinon, les pneus".."Le dégonflage des amortisseurs [pas des pneus !] est une pratique courante quand les camions sont en position de parking ou pour leur chargement sur d'autres véhicules, afin de mieux garantir leur stabilité".

Frédéric Cuvillier, le secrétariat d'Etat aux Transports de François Hollande et Lohr n'étaient pas joignables mardi soir, mais dans un courrier à la Cour des comptes en 2012, le patron de la société avait tiré le signal d'alarme, répondant lui aussi que "la nécessité d'aménager le gabarit était connue dès le début du projet".

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):