POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

jeudi 17 octobre 2013

Affaires Leonarda et Khatchik: des militants bloquent leurs lycées pour protester contre toute expulsion

Cours perturbés dans quelques lycées parisiens

Des lycéens bloquent plusieurs établissements ce jeudi matin à Paris
 
De jeunes militants lycéens protestent contre les expulsions d'élèves étrangers et en faveur de l'immigration clandestinesans nuances, ils soutiennent indistinctement celle, très médiatisée, de la collégienne Leonarda, remise à la police lors d'une sortie scolaire, que celle, tenue jusqu'ici secrète, du lycéen arménien, Khatchik Khachatryan, 19 ans, scolarisé en CAP au lycée professionnel Camille-Jenatzy dans le XVIIIe, expulsé samedi 12 octobre vers l'Arménie.  

Le jeune adulte arménien soutenu par les jeunes communistes a refusé d'embarquer
Il a dû être reconduit au centre de détention de Vincennes. Selon les éléments fournis par Daniel Vaillant, ancien ministre de l'Intérieur socialiste de Lionel Jospin (2000-2002), Khatchik est arrivé en France avec ses parents et sa sœur en février 2011. Leurs demandes d'asile politique ont été rejetées en mars 2012, décision confirmée en janvier 2013 après un recours administratif.
Khatchik Khachatryan est le cinquième jeune majeur scolarisé à être expulsé depuis l'arrivée de Hollande au pouvoir au printemps 2012, affirme RESF (Réseau éducation sans frontières). Or, souligne Daniel Vaillant, "les deux cas sont différents. La jeune mineure n'avait pas commis de fait. Là il s'agit d'un homme majeur qui a commis un fait" a expliqué Daniel Vaillant, député-maire PS du 18ème arrondissement de Paris, sur TF1.

Quatorze lycées sous influence étaient néanmoins perturbés
Le rectorat a apporté des précisions dans la matinée, après avoir indiqué plus tôt que les lycées Maurice-Ravel, Hélène-Boucher, Charlemagne et Sophie-Germain sont bloqués et que les entrées sont "filtrées" dans deux autres établissements
Des manifestations étaient aussi en cours jeudi matin devant les lycées Voltaire et Turgot.

"Le mot d'ordre c'est de se mobiliser pour le retour des lycéens expulsés", à l'aveugle et non pas au cas par cas, explique Steven Nassiri, porte-parole "du syndicat
" organisation lycéenne FIDL, d'inspiration socialiste, mais débordée sur sa gauche (extrême), qui manifestait jeudi matin devant le lycée Charlemagne à Paris. "C'est inadmissible que sous un gouvernement de gauche, on doive montrer ses papiers pour entrer au lycée. Tout le monde a le droit à une éducation", estime le jeune responsable lycéen.
Ceux qui veulent cette semaine suivre leurs cours le peuvent-ils ?

Les élèves manipulés par la Fidl et l'Union des Jeunes communistes réclament le retour de Leonarda, une collégienne rom Kosovo en situation irrégulière, expulsée du Doubs après avoir été remise à la police lors d'une sortie scolaire, et celui de Khatchik Kachatryan, expulsé samedi vers l'Arménie, mais ramené à Vincennes. 

Mercredi, plusieurs centaines de lycéens s'étaient rassemblés devant le rectorat de Paris avec le même mot d'ordre.

3 commentaires :

  1. la gauche et son syndicat préféré va instrumentaliser les merdeux qui ne connaissent rien à la vie.........tout le monde est beau, tout le monde il est gentil...........

    RépondreSupprimer
  2. T'as apris ça à l'école ou tu ne réflechissais pas assez pour y aller ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il réfléchissait trop pour se laisser endoctriner...

      Supprimer

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):