POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

dimanche 27 janvier 2008

Un Vert pas tendre du tout : Pocrain tabassait sa concubine

Ses violences conjugales lui valent le sursis

Stéphane Pocrain, c'était un ancien porte-parole des Verts et de Noël Mamère lors de la présidentielle de 2002, devenu chroniqueur dans plusieurs émissions de télévision: On a tout essayé de Ruquier, sur France 2, chaîne publique vertueuse ou N'ayons pas peur des mots, une émission quotidienne de débat militant et contradictoire à plusieurs contre un, présentée par Samuel Etienne et diffusée sur la chaîne d'information en continu i-Télé.

Ce doux féministe, aux heures ouvrables des plateaux de télévision, a été condamné vendredi 25 par le tribunal correctionnel de Paris à deux mois de prison, mais avec sursis, pour des violences sur son ancienne concubine. Elle n'a plus qu'à s'estimer heureuse d'avoir échappé à la lapidation.


Il a été reconnu coupable d'avoir, le 16 septembre, frappé son ancienne compagne, Anne-Charlotte Keller, conseillère chargée de l'enfance du XXe, lieu du parrainage civil d'une centaine de familles et dont le député-maire est Michel Charzat.
Cette bénévole dévouée et désintéressée touchait 8 000 F mensuels d'indemnisation de la MNEF, dont elle était trésorière, au temps du procès du scandale qui mena cette mutuelle étudiante au tribunal et dans laquelle le PS trempa jusqu'au cou: il se finançait à cette pompe à fric. LIEN sur l'affaire de la MNEF

Sa victime est institutrice du SNUipp, dans un arrondissement pourvoyeur de militants extrémistes du réseau ESF. Elle est aussi candidate PS aux élections municipales dans le XXe de Paris, sur la liste de Frédérique Calandra, adjointe au maire de Paris, Bertrand Delanoë, et médiatrice -en l'espèce impuissante- de la Ville de Paris (LIRE un prochain article de PaSiDupes sur cette tête de liste).
Il devra lui verser 3.000 euros de dommages et intérêts. Pocrain a indiqué ignorer s'il allait ou non faire appel de cette décision. L'altercation avec coups, survenue alors que le couple envisageait déjà de se séparer, avait valu à la jeune femme, qui présentait de multiples hématomes aux bras et aux cuisses, une incapacité totale de travail de 7 jours.
Selon son ex-compagne, Stéphane Pocrain, aujourd'hui âgé de 35 ans, s'était déjà montré violent précédemment, vis-à-vis d'elle, mais aussi d'autres anciennes petites amies.
Devant le tribunal, le prévenu a reconnu une partie des faits, à l'exception des coups de pieds portés aux jambes. Il a expliqué son geste par "un contexte difficile de séparation, avec des crises permanentes".
Après que le parquet eut requis trois mois de prison avec sursis, Me Hervé Temmime a demandé au président Jean-Pierre Mérigeot de ne prononcer qu'une peine "de principe", le couple ayant encore "un avenir commun", au travers de leur petite fille de dix mois. Inutile de protéger la 'jeune' (!) enfant?...


Candidat aux élections cantonales en 1998, Stéphane Pocrain ne rend pas ses comptes de campagne: il est déclaré inéligible pendant un an. La même année... il est promu porte parole des Verts!

En février 2007, Pocrain a néanmoins été appelé par Bruno Walther, président de l’agence de publicité américaine Draft-FCB, pour prendre la vice-présidence de sa branche française, en charge de …la citoyenneté et du développement durable.

Sur la radio Beur FM, en juillet 2005, ce guadeloupéen d'origine, avait aussi déclaré: "Il faut que les Français blancs s’y fassent. Bientôt ils ne seront plus majoritaires en France. Il suffit de se promener dans les rues de Paris et de prendre le métro pour s’en rendre compte.".

Membre fondateur du Conseil représentatif des associations noires de France (CRAN), Stéphane Pocrain avait annoncé en mai 2006 sa candidature à la présidence de la République avant de se retirer huit mois plus tard au profit de la candidature de Sa Cynique Majesté Royal.

1 commentaire :

  1. Lire dans Pasidupes (29/01/08) l'excellent article sur Armand Paggiolo, un pédophile marseillais, élu socialiste, condamné, avec sursis, par respect de la république pour sa petite filleule de huit ans.

    Le sursis, c'est pour les soutiens de Ségolène Royal...

    Pocrain/Paggiolo, même combat.
    Et vive la justice dres magistrats de gauche...

    RépondreSupprimer

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):