POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

samedi 26 janvier 2008

Royal condescendante envers Attali et son rapport!

La médiocrité en réponse à la courtoisie
Sa Cynique Majesté Royal, la Poulidor de l'élection présidentielle, a reçu mercredi des mains de Jacques Attali le rapport de la commission qu'il présidait sur "la libération de la croissance", et depuis son QG du Bd Raspail a jugé que le rapport avait le "mérite d'être là"! Elégance et respect du travail de ce groupe d'experts éminents...
A cet enthousiasme, elle ajoute la platitude: "Il faut avoir l'honnêteté intellectuelle de regarder les propositions mises sur la table". Regarder n'est ni lire, ni comprendre… Son aimable remarque n'est donc que préjugé favorable, mais obligé.
Elle enchaîne avec une généralité qui la dispense d'étayer son jugement. "Je pense que tout ce qui va dans le sens du déblocage de ce qui freine l'initiative doit être pris en considération", a jugé la présidente du Conseil régional Poitou-Charentes. Elle a ainsi apporté sa pierre à l'édifice.
"La France a besoin de réformes. Ce rapport a été fait pour aider la France et moi, je veux aider la France", a-t-elle clamé! Elle a salué notamment "le contrat d'évolution", une des mesures du rapport Attali qui permettra d'offrir une rémunération aux chercheurs d'emploi en formation. "Quand on commence son emploi, il faut avoir des perspectives", a-t-elle commenté. Pas mal, pour quelqu'un qui avoue ne pas avoir lu le rapport! Elle a promis à son auteur de le 'regarder' "attentivement", avant de saluer "l'expertise" et "le désintéressement" de Jacques Attali qui se trouvait à côté.
L'ancien conseiller de François Mitterrand, de son côté, a rappellé : "La gauche, c'est ma famille. Il est légitime de remettre de ce rapport à celle qui incarne l'opposition", a jugé l'économiste qui avait été un partisan de Désirdavenir durant la campagne présidentielle.
Tout cela pour expliquer qu'il a remis son rapport au groupe PS, à la direction du Parti mais -contraint forcé- en premier à Royal, pour la simple raison qu'elle n'a jamais d'autre préoccupation que de griller ses camarades. Et elle s'en vante, en affirmant qu'elle a été la première à l'accepter, pour ne pas dire qu'elle s'en est emparée avant les autres!
Quelle patience!

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):