POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mercredi 2 juillet 2014

Deuxième mise en examen de Sarkozy sous Hollande

En deux ans, la gauche revancharde n'y va-t-elle pas un peu fort?

La crédibilité malmenée  du principe de séparation des pouvoirs
L'ancien président de la République a été mis en examen dans la nuit de mardi à mercredi pour corruption active, trafic d'influence actif et recel de violation du secret professionnel.

L'opération a été bien pensée, puisque son avocat de toujours, Me Thierry Herzog, a d'abord été inquiété dans cette même affaire et mis en examen.
 
L'ex-président de la République s'est donc vu privé de son conseil juridique et ami de trente ans pour l'assister lors de ses auditions.  Me Herzog n'a pas pu l'assister pendant sa garde à vue et sa présentation devant un juge d'instruction.

Après avoir été mis en examen, Nicolas Sarkozy a pu choisir l'un de ses proches pour combler le vide créé par les juges dans sa défense. Si Thierry Herzog reste bien l'avocat officiel de Nicolas Sarkozy, il ne peut toutefois plus l'assister durant ses rendez-vous judiciaires et c'est Me Pierre Haik qui prend la relève. Celui-ci n'a toutefois pas pu le rejoindre avant sa présentation devant les juges d'instruction dans la nuit de mardi à mercredi et après 15 heures de garde-à-vue. "Nicolas Sarkozy a fait appel à un confrère, il a été obligé de le faire devant cette inattendue présentation à un juge : mon confrère Pierre Haik", a informé Me Paul-Albert Iweins, au micro d'Europe 1.

Le Nouvel Obs a la liberté de stigmatiser l'avocat de Sarkozy

L'hebdomadaire de l'ex-propriétaire des sanisettes dresse
 de Me Haïk un portrait à charge.
"Surnommé 'la teigne', Pierre Haik a fait ses armes en défendant des trafiquants de stupéfiants. Avec son ami Me Herzog, il a longtemps été le "défenseur de la pègre", du gang des postiches, des braqueurs de l'UBS, ou encore des dealers", indique Le NouvelObs, tout en étant défenseur de la légalisation du cannabis, en soutien à la sénatrice EELV Esther Benbassa. 
Les magistrats surnommaient le duo les "3 H", pour "Herzog, Haik, héroïne". Ce n'est pas de la diffamation; c'est de la liberté de la presse...



2 commentaires :

  1. Me Haïk "le "défenseur de la pègre", du gang des postiches, des braqueurs de l'UBS, ou encore des dealers" avec lui Caliméro est dans son élément -:))

    RépondreSupprimer
  2. La caricature du NouvelObs ne sent pas la sanisette pour vous? Et puis, tout inculpé a droit à un avocat, non? Voilà quelqu'un qui n'est pas laxiste envers les dealers! LOL

    RépondreSupprimer

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):