POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

Ce blog est actuellement soumis à des difficultés "techniques" inédites en dix ans:
elles laissent augurer sa disparition prochaine,
"à l'insu de son plein gré"...

Accessoirement, grâce à la complicité active de quelques fidèles, je constate que
tous les articles comportant le mot 'Macron' en titre sont bloqués au compteur !

samedi 10 août 2019

Le député LREM Patrick Vignal a eu sa permanence aspergée de peinture

Le député de la majorité présidentielle appelle les mécontents à venir nettoyer eux-mêmes les dégradations...

Vignal n'avait pas voté contre l'accord du CETA

'Flambard' s'était fait porté pâle dans l'hémicycle...
 Des Gilets jaunes ont aspergé de peinture la façade de la permanence parlementaire du député Patrick Vignal.
Le 10 août 2019, on distinguait le 'A' de anarchie
et une croix de Lorraine entourée du G de gilets et du J de jaunes
Bien que les slogans évoquent l'accord CETA, la presse persiste à accuser les Gilets Jaunes : la permanence du député La République en Marche a été dégradée à l'occasion d'une manifestation d'une centaine de Gilets jaunes à Montpellier, samedi 10 août.

147 dégradations de permanences parlementaires sont à ce jour comptabilisées. 
Résultat de recherche d'images pour "patrick Vignal LREM"
Une centaine de "gilets jaunes" s'en sont pris samedi 10 août à la permanence du député La République en Marche Patrick Vignal, à Montpellier. "Les Gilets jaunes ont ma confiance, mais il y a des abrutis partout", avait alors insulté l'élu, un fier à bras forgés en salle de muscu.

Les manifestants ont éclaboussé
 la devanture de peinture jaune ou verte. 
L'action contre la permanence de celui qui est également candidat à la mairie de Montpellier aux prochaines municipales aurait été préparée en amont par une poignée de Gilets jaunes : les slogans ne le prouvent pas...

Les Gilets Jaunes sont-ils à l'origine des attaques de permanences LREM ?
Ils avaient donné rendez-vous samedi dans un lieu habituel de rassemblement des manifestations syndicales, sur les rives du Lez, cf. photo ci-dessous, plutôt que sur la place de la Comédie. Mais l'élu n'a pas analysé cette singularité. Le cortège d'une centaine de militants d'extrême gauche anti-capitaliste a ensuite défilé dans la ville, bloquant notamment le tramway.
L'AFP diffuse des contre-vérités: au travail, les 'fact-checkers' !

Ces dernières semaines, depuis la ratification du Ceta, traité controversé de libre-échange entre l'Union européenne et le Canada ratifié à l'Assemblée nationale le mois dernier, une quinzaine de permanences de députés ou de locaux du parti LREM a été emmurée ou taguée, voire saccagée comme à Perpignan, à l'occasion d'une manifestation de Gilets jaunes.



Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):