POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

Ce blog est actuellement soumis à des difficultés "techniques" inédites en dix ans:
elles laissent augurer sa disparition prochaine,
"à l'insu de son plein gré"...

Accessoirement, grâce à la complicité active de quelques fidèles, je constate que
tous les articles comportant le mot 'Macron' en titre sont bloqués au compteur !

jeudi 7 mars 2013

Inconstance: Hollande quitte le Mali avant la fin du conflit

L'abandon de la tâche engagée est-il une constante ?

Hollande a décidé du retrait d'Afghanistan

Serval
Il a  fait prévaloir "une promesse de campagne" sur les engagements de la France. 
Certes, Hollande n'a pas décidé de l'intervention française en Afghanistan, mais il a fait vite pour les retirer. Un mois après sa prise de fonction, le président Hollande . Lors de son hommage aux Invalides à quatre soldats tués en Afghanistan, il avait présenté son abandon sous la forme d'un engagement à un retrait "dans l'ordre et la sécurité ... dans les prochaines semaines": 2.000 soldats français, sur un total de 3.500. "Nous sommes unis dans notre détermination à achever la mission", avait déclaré Barack Obama à l'annonce du départ accéléré des forces françaises. Le secrétaire général de l'OTAN, Anders Fogh Rasmussen, affirma alors qu'il "n'y aura pas de retrait précipité". "Nous resterons engagés en Afghanistan jusqu'au succès de l'opération"...

Au cours du sommet de l'OTAN de mai 2012, Hollande devait préciser les "modalités" des actions de formation de la police et de l'armée afghane auxquelles la France s'est engagée dans le traité signé début 2012 entre le président afghan Hamid Karzaï et son prédécesseur Nicolas Sarkozy. "Je crois que la France dira clairement au sommet quelles sont ses intentions", avait espéré la chancelière allemande. Angela Merkel confirma en revanche que l'Allemagne "soutient la stratégie de l'OTAN: nous sommes entrés ensemble en Afghanistan et nous voulons en partir ensemble". 
Le départ des troupes de l'OTAN n'est pas prévu avant la fin 2014. 
Les Dupond-Dupont,
Le Drian et Fabius
 Hollande ne finit pas non plus le travail au Mali

Il a déclenché seul le conflit en envoyant le premier des troupes d'intervention au Mali. L'opération Serval, qui a débuté il y a près de deux mois, mobilise 4.000 soldats français sur le terrain. Nos troupes ont combattu seules pendant plusieurs semaines. Après avoir entraîné le Tchad dans les combats, il décide unilatéralement de rentrer à la maison. 

Les troupes françaises commenceront à se retirer du Mali à partir d'avril,
a déclaré jeudi Laurent Fabius, le ministre français des Affaires étrangères. "A partir d'avril, il y aura un début de décroissance des troupes", a -t-il déclaré sur RTL, confirmant en cela les propos tenus la veille par François Hollande. Peu-être le Mali avait-il été informé...
"Cela ne veut pas dire que l'on va partir du jour au lendemain", a ajouté le chef de la diplomatie française. Restent les forces africaines de la Mission internationale de soutien au Mali (Misma) dont les chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao)  ont soutenu le projet de transformer à terme leur intervention en une mission de paix de l’ONU. 

"Nous avons dit depuis le début que nous n'avions pas vocation à rester éternellement au Mali."
Le "ratissage" de la barre des Ifoghas, sanctuaire des djihadistes dans le nord du Mali, sera terminé "dans quelques semaines", a assuré Laurent Fabius, et certains soldats commenceront alors à quitter le pays. C'est flou, mais c'est beau comme du Hollande !

François Hollande a fait état mercredi de la mort de "chefs terroristes", une information confirmée par Laurent Fabius. Mais c'est conscient de l'inachèvement de la mission qu'il se retire: "Nous savons qu'il y a pas mal de chefs parmi les plusieurs centaines de terroristes qui ont été tués dans toute cette opération", a dit le ministre des Affaires étrangères. 

Mais il a avoué qu'il ne sait toujours pas si, parmi ces chefs, figuraient les chefs djihadistes Mokhtar Belmokhtar et Abou Zeïd, dont la mort a été annoncée
par les autorités tchadiennes.
"Pour l'identité des deux ou trois chefs qui ont été cités, il faut faire des vérifications précises avec l'ADN, et c'est ce que les services de l'armée sont en train de faire", a dit Laurent Fabius. "Normalement, ça devrait être assez rapide." 
La rapidité n'est pas une vertu hollandienne, sauf dans la retraite.


Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):