POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

Ce blog est actuellement soumis à des difficultés "techniques" inédites en dix ans:
elles laissent augurer sa disparition prochaine,
"à l'insu de son plein gré"...

Accessoirement, grâce à la complicité active de quelques fidèles, je constate que
tous les articles comportant le mot 'Macron' en titre sont bloqués au compteur !

mardi 31 octobre 2006

Marseille: cinq mineurs en garde à vue.
Cinq mineurs âgés de 15 ans à 17 ans, dont deux ont moins de 16 ans, ont été interpellés peu après 6h mardi matin à Marseille puis placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête en crime flagrant sur l'incendie du bus de la RTM. La victime, Mama Galledou, est encore hospitalisée avec un "pronostic vital toujours réservé", a précisé mardi l'Assistance Publique - Hôpitaux de Marseille.
Le procureur de la République de Marseille, Jacques Beaume, a précisé que "les cinq mineurs sont tous connus, un peu, moyennement ou pour l'un d'entre eux plus gravement, des services de police et de justice". La presse, égale à elle-même, est allée interrogée les sœurs de tel ou tel prévenu. Elles affirment que leurs frères ne peuvent pas avoir commis cet acte barbare. Les voisins et amis ont pu s’exprimer et être écoutés. France-Info rapporte leurs dires : les présumés coupables sont incapables d’avoir pertétré cet incendie criminel prémédité. C’est une certaine presse dans ses œuvres : elle enregistre les propos des parents, alliés et amis, comme si ces témoignages avaient une quelconque valeur. D’ici que les quartiers en concluent hâtivement que les arrestations sont injustes et qu’ils manifestent leur colère, et nous aurons encore des incendies ‘spectaculaires’ à la une, en espérant qu’ils ne feront pas d’autres victimes… Les médias ne sont pas prêts de modifier leurs procédés, pour le moins suspects.
Elles ont été immédiatement placées en garde à vue en respectant la procédure spéciale pour les mineurs", a "La garde à vue des cinq mineurs sera sans doute prolongée mercredi matin, la police judiciaire ayant pour au moins 48 heures de travail", a expliqué M. Beaume qui a également annoncé décider "les déferrements éventuels et les réquisitions probablement dans la nuit de mercredi à jeudi". Samedi soir vers 23h, des adolescents sont soupçonnés d'avoir organisé un guet-apens sur un bus de la ligne 32 de la RTM dans le quartier de Saint-Jérôme et d'avoir jeté un engin incendiaire dans le véhicule qui a été détruit par le feu. Les cinq mineurs interpellés résident dans les cités voisines des "Lilas" et des "Oliviers" des quartiers populaires du 13e arrondissement de Marseille. Les enquêteurs de la Direction interrégionale de la police judiciaire travaillent dans le cadre d'une procédure criminelle "d'incendie volontaire avec préméditation ayant entraîné une mutilation ou une infirmité permanente". La peine encourue est de 30 ans de réclusion et la perpétuité en cas de décès de la victime, a précisé le parquet de Marseille. L'excuse de minorité divise la peine encourue par deux, mais la cour d'assises a la possibilité d'exclure cette excuse pour les mineurs de plus de 16 ans, a-t-on ajouté.
Brûlée à 62%, Mama Galledou, une étudiante de 26 ans, était toujours hospitalisée mardi matin au centre régional des grands brûlés de l'hôpital de la Conception avec "un pronostic vital toujours réservé". "La surface et la profondeur de la brûlure ont été réévaluées: il s'agit bien d'une brûlure à 62% de surface corporelle, profonde dans sa quasi totalité. Après la période de réanimation hydroélectrolytique des 36 premières heures, qui s'est bien déroulée, l'évolution est aussi satisfaisante que possible compte tenu de la gravité", indique l'Assistance publique - Hôpitaux de Marseille dans un communiqué. L'APHM précise qu'un "essai de diminution des médicaments sédatifs a été réalisé: il a été suivi d'un début de réveil qui confirme l'absence d'atteinte neurologique. Cependant, le début de réapparition de la douleur a amené à reprendre la sédation". "La jeune fille est toujours en ventilation artificielle sous appareil respiratoire, avec des constantes de ventilation tout à fait satisfaisantes".
Enfin, entre 200 et 300 personnes se sont rassemblées en fin de matinée en solidarité avec la victime sur le campus de la faculté de Saint-Jérôme (Aix-Marseille III), proche du lieu du drame et où avait étudié Mama Galledou, a-t-on constaté sur place.

ECOUTER et VOIR le reportage AFP (cliquer sur le lien)

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):