POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mercredi 30 juillet 2014

"LCI ne mérite pas la peine de mort", réplique Cambadélis (PS) au CSA

Hollande porte atteinte au pluralisme de l'information

Le premier secrétaire du PS regrette le refus du CSA d'autoriser le passage à la TNT gratuite de la chaîne d'info en continu
LCI "ne mérite pas la peine de mort"a déclaré mercredi sur RTL le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, regrettant le refus frappant LCI, mais aussi, dans la catégorie culture et divertissement, Paris Première (M6) et Planète+ (Canal+).
"LCI, les autres chaînes aussi, mais principalement LCI, ne mérite pas la peine de mort parce que c'est de ça dont il s'agit. Ni Paris Première, ni Planète+ n'est en déficit.
Et ce matin, je pense à l'ensemble des professionnels, journalistes et techniciens de cette chaîne, qui doivent être dans une situation très difficile", a souligné le responsable socialiste.

Cambadélis a pourtant nié l'hypothèse d'une décision politique

Le président du CSA étant Olivier Schrameck, qui fut le chef de cabinet de Lionel Jospin, l'ancien Premier ministre socialiste, aurait été placé par Hollande  à ce poste sans arrières-pensées... "Si c'était l'inverse qui avait été décidé, a-t-il raisonné, est-ce qu'on aurait dit que c'est une décision politique ?" 

"Le CSA est totalement indépendant du pouvoir politique," a affirmé le responsable coopté en attente de légitimité.  "Toutefois, a admis Jean-Christophe Cambadélis, "c'est vrai que ça pose un souci. Je comprends Éric Revel [patron de LCI] qui indique que c'est un organisme (le CSA) qui décide de la vie ou de la mort d'une chaîne qui est une chaîne privée."
VOIR et ENTENDRE la colère d'Eric Revel face à cette atteinte au pluralisme de l'information qui soulève de surcroît le problème du licenciement de 500 professionnels:

Le CSA a tenté mardi de justifier sa décision
Il a invoqué un marché publicitaire poussif et la fragilité de plusieurs chaînes gratuites
Ce qui serait vrai de Paris Première, aux finances saines avec le soutien de M6, très favorisé avec plusieurs chaînes populaires (voire débiles, telle D8) sur la TNT, ne le serait pas de LCI sur le segment très tendu de l'information.

Coup bas au pluralisme 
Le patron de TF1, Nonce Paolini, a annoncé peu après l'annonce du CSA qu'il était "probable" que LCI n'émette plus après le 31 décembre 2014. N'est-ce pas le but recherché ? 

VOIR et ENTENDRE O. Schrameck avouer que c'est l'opérateur de télévision "le plus puissant" qui est effectivement visé, mis à mort :



BFMTV et i-télé (groupe Canal+) restent sans concurrents 


L'hypocrisie du socialiste Schrameck consiste à renvoyer la candidature de LCI aux calendes grecques. "Avec émotion"...

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):