POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

lundi 9 juin 2014

Présidence de l'UMP: le groupe Canal+ préfère Juppé

I-télé  et Le Parisien préfèrent Juppé à Sarkozy...

Le sondage commandé par la gauche ne veut que du bien à l'UMP !
Le président de l'UMP pourra-t-il
se porter candidat à la présidentielle?
Alors, F. Fillon ?
Les sympathisants du parti sont toutefois plus favorables à l'ancien président de la République, selon un sondage BVA pour i>télé-CQFD (groupe Canal +) et Le Parisien/Aujourd'hui en France, mais cette préférence-là ne fait pas le titre de l'AFP..

La gauche ne dissimule pas ses craintes d'un retour de Nicolas Sarkozy
et n'en finit pas de le contester, au nom de l'UMP, alors qu'il apparaît de plus en plus évident que l'ancien président de la République est déterminé à revenir sur le devant de la scène politique. Mais la presse hollandienne s'interroge sur le tempo et la méthode: faut-il qu'il revienne maintenant ou qu'il attende encore un an ? Faut-il le soumettre à une primaire et un détour par une élection à la présidence de l'UMP ? Autant de haies dressées sur la trajectoire de Nicolas Sarkozy visent à faire table rase de tout son parcours et à le pénaliser ? Et au vu des sondages, enquêtes et analyses commandées par la majorité, à l'astreindre à une course à handicaps.  

C'est mal connaître l'ancien président que de lui jeter des sondages dans les jambes

Troïka en quête de légitimité  
L'Elysée tente de tirer profit de l'affaire Bygmalion qu'il a lui-même sortie. Le dernier sondage tend justement à démontrer qu'un tocard pourrait lui être préféré. Au degré de désarroi dans lequel Hollande les plonge, peu importe aux media socialistes qu'en tout état de cause ceux qui placent Juppé en tête n'aient jamais rien à voir avec la désignation du prochain candidat UMP. En effet, selon une enquête BVA pour i>télé-CQFD et Le Parisien/Aujourd'hui en France près d'un quart des Français (23%) préfèreraient voir Alain Juppé prendre la tête de l'UMP, loin devant Nicolas Sarkozy, resté en retrait, à la différence de Juppé, membre de la troïka qui a pris le pouvoir avec Raffarin et Fillon et doit remplacer Jean-François Copé à la tête de l'UMP à compter du 15 juin.
Les commanditaires du sondages prévoient en fait d'ajouter la confusion au chaos. Les statuts de l'UMP prévoient en effet qu'en cas de vacance du poste de président le vice-président délégué qui occupe l'intérim, en l'occurence, l'ancien ministre Luc Chatel. Alain Juppé, Jean-Pierre Raffarin et François Fillon ont donc négligé les statuts et doivent réparer leur coup de force. Ils ont donc assuré qu'un vote formel validerait la direction collégiale avant le 15 juinOr, six militants demandent à Luc Chatel de confirmer qu'à partir du 15 juin les statuts de l'UMP seront rigoureusement appliqués et "qu'aucun triumvirat, quelle que soit sa composition, ni direction collégiale ne pourra se substituer au vice-président remplaçant le président démissionnaire". Sans quoi ils se réservent le droit de saisir le tribunal administratif. Lien Europe 1 consacré au référé-suspension d'une militante UMP auprès du tribunal administratif de Nice 
BVA, entreprise commerciale de sondages, mise donc sur un rebondissement qui invaliderait le chouchou actuel de ses 988 sondés "représentatifs" de la population en âge de voter, mais d'abord et avant tout de leur thèse.

Derrière l'ancien Premier ministre Juppé, arrive donc Nicolas Sarkozy avec 14%, bien qu'il se tienne hors de la mêlée UMP,  en recours, suivi de François Fillon (12%), acteur du coup de force, François Baroin (10%), Bruno Le Maire (8%), Nathalie Kosciusko-Morizet (7%), Laurent Wauquiez et Jean-Pierre Raffarin (5%), Xavier Bertrand (4%). Le président sortant démissionnaire Jean-François Copé serait, quant à lui, à 1% , ce qui apparaît davantage comme une caricature que comme une mise à mort. 11% des personnes interrogées sont sans opinion.

Les sympathisants de droite placent  Nicolas Sarkozy en tête 

Les sympathisants de droite, eux, ont voix au chapître. Avec 25%, l'ancien Chef de l'Etat laisse contre Alain Juppé loin derrière avec 17%  et deux fois moins à François Fillon (12%). 
Les seuls sympathisants UMP misent à 28% sur Nicolas Sarkozy contre 19% sur Alain Juppé et 13% sur François Fillon. 

Comme "meilleur candidat de l'UMP face à Marine Le Pen", la présidente du Front national, le schéma est le même selon les Français - de droite comme de ...gauche - qui voient plutôt Alain Juppé à 77% devant Nicolas Sarkozy à 65%, contre François Fillon à 74%. Et les sympathisants de droite préfèrent Nicolas Sarkozy à 73%, devant Juppé 70% et Fillon 66%. Les sympathisants de l'UMP choisissent Fillon en 3 (82%), Juppé en 2 (87%), et Nicolas  Sarkozy en 1, massivement (96%). 

Alors, qui fait le plus peur au PS ?
Ces derniers jours les fidèles lieutenants de Nicolas Sarkozy multiplient dans la presse les appels au retour. Cette enquête d'opinion est donc faite pour contrecarrer leur offensive pour un retour du tombeur de Ségolène Royal portée en 2007 à bouts de bras par cette même presse. 
En effet, selon Céline Bracq, directrice de BVA, ce sont les tenants d'une ligne plus molle qui ont les faveurs du sondage. Elle est explicite sur les intentions de BVA: "Quand on ajoute au total d'Alain Juppé ceux de Raffarin et de Fillon, le triumvirat que voudrait déboulonner Nicolas Sarkozy totalise 42 % des voix de l'UMP", lâche-t-elle. Et comme si ces propos ne suffisaient pas à discréditer ses clients, i-télé et Le Parisien, elle fait remarquer que "si on y ajoute les suffrages se portant sur NKM et Le Maire, eux-mêmes nettement plus centristes que l'ex-président, cela montre combien la position de ce dernier s'est fragilisée". 
Face au candidat PS de 2017, la gauche présidentielle continue de préférer du mou et du flou.

Sondage réalisé les 5 et 6 juin auprès d'un échantillon de 988 personnes représentatif de la population française de 18 ans et plus (méthode des quotas).

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):