POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mercredi 18 juin 2014

Encore une forte hausse: la mortalité routière grimpe de 15,2% en mai

Tout augmente sauf la croissance !

Les routes ont encore fait plus de morts en mai, avec 258 tués contre 224 en mai 2013
Automobilistes dans le colimateur
Soit 34 morts supplémentaires, a annoncé la Sécurité routière mercredi par communiqué. Au mois d'avril 2014, la mortalité routière avait déjà augmenté de 8,1%, après la forte hausse de 28% enregistrée en mars 2014Sur les douze derniers mois, de juin 2013 à mai 2014, la mortalité routière est toutefois en baisse de 0,9 % (32 vies épargnées), souligne la Sécurité routière.

Au mois de mai, l'Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR) a par ailleurs relevé une augmentation des accidents corporels de 8,9 % à 4.904, contre 4.503 en mai 2013, soit 401 de plus, ajoute la Sécurité routière.

Pareillement, le nombre de personnes blessées augmente de 9,9%s'élevant à 6.242 (5.678 en mai 2013, soit 564 blessés supplémentaires). 
Le nombre de personnes hospitalisées grimpe de 20,2% à 2.414 (contre 2.008 en mai 2013, soit 406 personnes supplémentaires).

Stigmatisation des automobilistes 

Selon la Sécurité routière, "des accidents particulièrement violents, impliquant un nombre important de personnes, causés par un comportement inadapté sur la route expliquent en partie ce mauvais bilan".

Sur les cinq premiers mois de l'année 2014, les deux-roues motorisés représentent à eux seuls un tiers de l'augmentation de la mortalité routière, les cyclistes et les piétons un quart.

Á l'approche de l'été, "un sursaut s'impose à tous les usagers. Les contrôles des forces de l'ordre sont renforcés - et donc les sanctions - pour aiguiser la vigilance de chacun, notamment à l'égard des plus vulnérables", dit la Sécurité routière, avec une touche compassionnelle.

Brimade immédiate: 80 km/heure

Cazeneuve veut expérimenter les 80 km/h au lieu de 90... Il y va lentement mais sûrement, estimant que cette mesure "ne peut être envisagée que de façon expérimentale et sur des segments très accidentogènes. Il faut prendre le temps de la pédagogie"... Mais tant de sollicitude s'explique par l'impopularité d'une telle mesure faite pour durer. 
Selon la Ligue de défense des automobilistes, abaisser la limitation de vitesse coûterait 12 milliards d'euros, révèle Le Parisien. L'association s'appuie sur la thèse du très sérieux Jean Poulit, ancien chef du service de l'exploitation et de la sécurité routière, initiateur de l'opération Bison Futé, et ex-directeur général de l'Agence pour les économies d'énergie. Selon lui, un certain nombre d'emplois et de commerces accessibles en une heure aux alentours seraient pénalisés, car les employés et les clients potentiels mettraient plus de temps pour y aller, ce qui pourrait les en dissuader. Des employeurs n'arriveraient pas non plus à trouver des candidats pour certains postes, en raison de la durée plus importante du trajet domicile-travail. A l'inverse, des experts demandent au contraire la généralisation de la mesure.
 

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):