POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

Ce blog est actuellement soumis à des difficultés "techniques" inédites en dix ans:
elles laissent augurer sa disparition prochaine,
"à l'insu de son plein gré"...

Accessoirement, grâce à la complicité active de quelques fidèles, je constate que
tous les articles comportant le mot 'Macron' en titre sont bloqués au compteur !

samedi 5 avril 2014

Ecotaxe: Royal soulève la polémique et joue l'étonnement

C'est pas moi, c'est le rapport parlementaire, nie Ségolène Royal 

La méthode n'a pas changé
Royal procède à une mise à plat radicale 
La nouvelle ministre de l'Ecologie assure que le gouvernement attendra la remise d'un rapport parlementaire, avant toute décisionQuinze jours suffiront pour conclure dans le sens de la ministre. 

Les écologistes s'inquiètent et les "Bonnets rouges" entendent faire preuve de prudence. Mais Ségolène Royal, elle, dit ne pas comprendre la polémique suscitée par son souhait de remettre à plat l'écotaxe.

A peine nommée, la nouvelle ministre de l'Ecologie a rallumé, jeudi, la controverse sur cette taxe qui avait provoqué, à l'automne 2013, de violentes manifestations en Bretagne. Vendredi 4 avril, elle s'est justifiée sur Twitter.


Une décision éclair ?
La numéro 3 du nouveau gouvernement de Manuel Vall tweete également que le gouvernement attendra la remise d'un rapport parlementaire dans quinze jours avant toute décision.


La nouvelle ministre a pourtant rouvert ce dossier délicat, sans attendre la remise du rapport de la mission parlementaire créée à l'Assemblée. 
Des députés lui reprochent à juste titre d'essayer de trouver un consensus sur l'enterrement de l'application de l'écotaxe. Une critique reprise le 3 avril par l'ex-ministre des Transports et prédécesseur de Ségolène Royal sur ce dossier, le socialiste Frédéric Cuvillier.

L'écotaxe était destinée à taxer, à partir du 1er janvier 2014, les poids lourds de plus de 3,5 tonnes 
et à financer les infrastructures de transport. Sa mise en œuvre avait été suspendue en octobre par l'ex-Premier ministre Jean-Marc Ayrault.


Le ferroutage retrouve-t-il un avenir?




Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):