POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mercredi 22 mars 2017

Un candidat insultant peut-il être président de la République ?

Jean-Luc Mélenchon traite un journaliste de "sale con"

Le candidat à la Présidentielle s'était jusqu'ici contenu

Mais le naturel a repris le dessus. On le disait apaisé et maître de ses pulsions par la magie de cette campagne présidentielle, agitée à souhait pour un révolutionnaire. Mis en vedette par l'extrême gauche, son ego semblait comblé et l'individu revivait, mais il s'est à nouveau abandonné à sa violence naturelle, en dépit de sa longue expérience des écarts de langage, voire des insultes.

Toujours imbu de sa personne et vindicatif, Jean-Luc Mélenchon s'est à nouveau révélé tel qu'en lui-même. Samedi 18 mars 2017,  il a fait une rechute : interrogé par un journaliste de C à Vous au sujet de Benoît Hamon - et de leur rapprochement fort compromis - le candidat de la gauche extrême n'a pas su se contrôler.

Le bateleur est plus habile à dissimuler son alliance avec l'extrême gauche sous le label de "France insoumise". C'est d'ailleurs la même - version syndicale - qui défile sous celui de "France ingouvernable": un défi donc pour un candidat à la présidentielle !


Simplement agacé, le "candidat ingouvernable" manque de respect à un journaliste de 'C à Vous'


Après un très peu citoyen "votre question me saoule, monsieur", 

Jean-Luc Mélenchon s'est attaqué frontalement à la personne du journaliste. La présence d'une perche avait échappé à la vigilance de ce professionnel de l'invective insultante.

Hier soir, dans "C à vous" sur France 5, les téléspectateurs ont pu découvrir la séquence qui disqualifie Jean-Luc Mélenchon.
Lorsqu'un reporter l'interroge sur ses chances de victoire sans une alliance avec le candidat socialiste officiel, Benoit Hamon, Jean-Luc Mélenchon s'est emporté. Se sentant provoqué par la question, le candidat de "la France insoumise" - méprisant des travailleurs -  a même lancé à son équipe "jette moi ça !" en parlant du journaliste de France 5.

Faisant mine d'ignorer le journaliste qui s'était déplacé pour couvrir sa prestation sur la chaîne du service public, la star de la gauche totalitaire poursuivit ses signatures d'autographes, mais Mélenchon prit  à témoin sa cour de militants et leur lança  : "Vous avez vu ce sale con ?"
Sa conseillère en communication dut lui glisser qu'un micro était au-dessus de sa tête.

VOIR et ENTENDRE  la scène qui, pour les "humanistes", vaut bien un détournement de fonds publics... 

Les dommages collatéraux devraient être sensibles sur la suite d'une campagne engagée dans une Bérézina donnant raison aux militants d'extrême gauche qui, contre l'avis de Pierre Laurent, le jugeaient inapproprié à la fonction visée.
"

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):