POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mardi 28 mars 2017

L'Ifop-Fiducial prend ses désirs de Macron pour des réalités

Quand les marges d'erreurs peuvent inverser le problème, le sondeur donne Macron en tête  

Emmanuel Macron, crédité de 25,5% des intentions de vote, devancerait toujours Marine Le Pen (25%) au premier tour

Une affirmation hasardeuse qui n'a rien de scientifique.

Résultat de recherche d'images pour "ifop"
Ils font confiance aux entreprises IFOP et Fiducial
pour soutenir leur candidat banquier
Rappelons à ce pseudo-"institut" français d'opinion publique" (IFOP) que cette nouvelle embrouille sondagière, publiée lundi avec le concours de Fiducial, Paris Match, Cnews et Sud Radio en vue de fausser le vote démocratique du premier tour de l'élection présidentielle, comporte un risque d'erreur d'au moins 3%, appelée "marge d'erreur" convenue et accordée aux auteurs des estimations politiques (politiciennes?) orientées en fonction des commanditaires de l'enquête d'opinion. 
Rappelons aussi aux lecteurs que 
Fiducial est une entreprise privée spécialisée dans les services aux entreprises et la gestion de patrimoine,Paris Match appartient au groupe également détenteur de Elle ou Télé 7 Jours dans la presse, et RFM, Virgin radio et Europe1 en radio, CNews, c'est Canal+, avec ses chaînes C8 (anciennement D8) et CStar (anciennement D17),et que Sud Radio est une radio privée (en rivalité avec RMC Découverte du groupe de Patrick Drahi, propriétaire de BFMTV, 6Ter du groupe M6 et HD1 du groupe TF1), propriété de Fiducial Medias...Autant de groupes, parmi d'autres, dont BFM TV,  dévoués au candidat Macron.
L'écart se resserre légèrement entre l'ex-ministre de l'Economie, qui perd un demi-point par rapport à vendredi, et la présidente du Front national, dont la courbe est stable, à moins d'un mois de l'échéance.

François Fillon passe de son plancher de 13% à 17,5%

Ils en sont pour leurs frais, ces media engagés

Résultat de recherche d'images pour "ifop 2017"
qui, avec chacun de leurs invités successifs aux débats, ramènent sans cesse ses concurrents aux soupçons de la presse et de ses suiveurs de la justice. 

La ficelle à gauche est un peu grosse, si tant il était vrai que plus elle est grosse mieux elle passerait. Alors que Hamon, candidat officiel trahi par le Parti socialiste qui l'a porté, ne décolle pas dans les sondages, les entreprises commerciales de sondages font la promotion de Jean-Luc Mélenchon  - candidat révolutionnaire de "La France insoumise" derrière laquelle se dissimule le Parti communiste français - pour l'opposer à Fillon - tout en laissant Marine Le Pen prospérer -  donnant à croire que ses insultes tous azimuts lui feraient rencontrer un nombre grandissant d'électeurs.
 
Résultat de recherche d'images pour "ifop 2017"
Ces commerçants-là ont une bien piètre opinion des Français. Ils ne lui accordent d'ailleurs qu'un seul point, à 14% des intentions de vote, et achèvent ainsi d'écraser Benoît Hamon (58% des votes) et ses sympathisants de ce qui fut la primaire de la "Belle Alliance Populaire": son concurrent socialiste et ancien favori de l'Elysée, n'est plus crédité que de 10,5%. 
Hamon n'a d'autre soutien au gouvernement que Najat Vallaud-Belkacem, tandis que Jean-Marc Ayrault s'est replongé dans un sommeil profond... 
Résultat de recherche d'images pour "ifop fiducial match cnews sudradio"
Sondage sur mesures 
pour les besoins de la cause de Macron
Le président Hollande a, quant à lui, préféré féliciter l'équipe de France de handball qui a gagné la finale du championnat du monde face à la Norvège. Alors, dans trois semaines, le prédécesseur éphémère de la binationale à l'Education nationale sera-t-il encore remboursé de ses frais de campagne ?

Dans l'hypothèse d'un second tour Macron-Le Pen,
l'ancien conseiller de Hollande à l'Elysée (depuis 2012), puis ministre de l'Economie en faillite (depuis 2014) - responsable de la politique économique et financière calamiteuse du quinquennat - l'emporterait avec 60,5%.

Si les électeurs actuellement indécis (1 sur 3) et les autres se rebellent contre leur matraquage par la presse mercantile et les sondeurs réunis sous la caution fallacieuse de l'IFOP, les marges d'erreurs pourraient de surcroît rebattre les cartes de ce combat douteux et donner tort à la bande IFOP, Fiducial, Paris Match, Cnews et Sud Radio.
Macron atteindrait 22,5%, Marine Le Pen 22%, Fillon 20,5%Mélenchon 17,5% et Hamon 13,5% ! Les trois dernières semaines sont décisives.

Ce sondage manipulateur a été réalisé en ligne du 23 au 27 mars auprès d'un échantillon de 2.235 personnes inscrites sur les listes électorales. Dont l'écrivaine hystérique et bobo Christine Angot, comme Julien Hollande est réalisateur ?...

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):