POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mercredi 1 mars 2017

PS: Vallaud-Belkacem choisit Hamon et sa radicalité, contrairement à Le Guen et Gérard Collomb

Najat Vallaud-Belkacem se reconnaît dans le communautarisme de Hamon

La ministre de l'Education a pris parti sans démissionner


Najat Vallaud-Belkacem a exprimé mercredi son soutien au candidat frondeur du PS à la présidentielle Benoît Hamon, dénoncé par l'aile droite de son parti pour son refus de la synthèse des propositions des autres candidats de la primaire.

Najat Vallaud-Belkacem a informé mardi l'ancien Premier ministre Manuel Valls, ainsi que d'autres membres du PS. Un temps qui "
comme je l'ai lu ici ou là, n'était pas un moment de dénigrement de la campagne de Benoît Hamon, sinon je n'y aurais pas participé parce que vous savez que je la soutiens pleinement cette campagne", a déclaré sur Europe 1 la promotrice de la théorie du genre et de l'ABCD de l’égalité jusqu'à l’été 2014.


La candidate des législatives à Lyon a appelé à un rassemblement plus large

La tentative d'union de la gauche du candidat socialiste désigné a partiellement échoué. Sa stratégie a "réussi avec les écologistes, très bien" auprès du candidat fantoche Yannick Jadot - lequel n'avait jamais eu l'intention de persévérer, seulement de râtisser pour le candidat le plus radical qui sortirait de la primaire - et "un peu moins bien marché avec Jean-Luc Mélenchon", qui a repoussé les avances d'un PS - affaibli par son bilan et ses divisions internes - , concède la ministre en campagne, au détriment de son ministère et de la jeunesse.

"Maintenant le rassemblement doit être plus large et s'adresser aux Français dans leur ensemble [sic] et il faut que chacun amène du sien dans ce rassemblement", a-t-elle péroré sur la radio, ajoutant : "mes camarades, qui visiblement ont des insuffisances dans le projet actuel de Benoît Hamon, je leur demande d'y contribuer".


Vallaud-Belkacem lance un appel au sauvetage de la candidature Hamon
 

"Les sondages qui donnent Hamon éliminé au 1er tour, je m'en tamponne allègrement", lance, en revanche, dans les Grandes Gueules, Jérôme Guedj, joueur de Scrabble de l'Assemblée en séance. Le porte-parole du candidat socialiste Benoît Hamon voulait ainsi défendre son candidat, ce mardi, alors que sa campagne patine et que peu de poids lourds du parti le soutiennent.


A la question
des Grandes Gueules: "Benoît Hamon est-il le pire des candidats socialistes à la présidentielle?",  son porte-parole, Jérôme Guedj a maintenu : "On a un très bon candidat. On continue à poser les thèmes qui ont fait le succès de Benoît Hamon à la primaire, notamment l'incarnation du renouvellement et le fait de tourner la page de ce qu'on a vécu avec le quinquennat de François Hollande. Il faut qu'on se tourne vers l'avenir avec Benoît Hamon qui pose les thèmes de demain, notamment les perturbateurs endocriniens".
"Les perturbateurs ministériels, je les invite plutôt à faire œuvre utile pour participer au rassemblement de la gauche"
, ose le porte-parole, lequel assure encore : "Non, Benoît Hamon n'est pas seul dans cette campagne. Vous avez les yeux rivés sur les sondages. Moi les sondages, je m'en tamponne allègrement."

Et Jérôme Guedj a un message à adresser à Jean-Marie Le Guen, qui trouve Benoît Hamon trop "radicalisé" et ne le parrainera pas: "Le vrai sujet, c'est que face à une droite qui s'assume, il faut une gauche décomplexée, qui s'assume."
"Il est temps maintenant d'être tous responsables et d'être en campagne", lui a fait écho la ministre.

"Dans l'état actuel des choses, moi et des dizaines et des dizaines d'autres parlementaires, nous ne pouvons pas donner notre parrainage à Hamon", a confirmé Le Guen, un proche de Manuel Valls. "Il faut qu'il rectifie l'orientation de sa campagne; il ne peut pas s'adresser simplement à 20% des Français qui (...) sont sensibles à des thèmes d'une gauche radicalisée. On est dans une élection présidentielle, il est le candidat d'un parti de gouvernement, nous ne sommes pas un parti altermondialiste là pour mener la contestation sociale. Le Parti socialiste, c'est une gauche de responsabilités qui a vocation à gouverner la France sur une base réformiste, pas sur une base de rupture.""Benoît Hamon est dans une impasse stratégique", estime @jm_leguen dans #RTLMatin avec @EliMartichoux pic.twitter.com/1hCLIlcfpu— RTL France (@RTLFrance) February 28, 2017
Il faut que Benoît Hamon "se reprenne" Pour Jean-Marie Le Guen, il faut que Benoît Hamon "revienne à ce qui est la logique du social-réformisme", dénonçant notamment son engagement à sortir du nucléaire à l'horizon 2025 - mesure de l'accord signé avec l'ex-candidat écologiste Yannick Jadot. Tandis que la binationale adhère.

La franco-marocaine se pose en opposante à son protecteur, Gérard Collomb

La candidate fait parler Valls
Interrogée sur le soutien de Manuel Valls à Benoît Hamon, Vallaud-Belkacem assure que Manuel Valls respecterait "les règles de la primaire qui veulent qu'on se range sur le vainqueur".

La ministre se plaint à la fois de la presse et des juges, elle aussi
"Cette campagne présidentielle ne ressemble à rien, dans le sens où la couverture médiatique qui lui est consacrée, malheureusement, nous fait passer à côté de l'essentiel", c'est-à-dire des "projets des uns et des autres", a-t-elle déploré, moins dans le soutien que dans la polémique, ajoutant que "c'est la responsabilité des affaires" mais "c'est la responsabilité aussi de certains autres candidats qui ne dévoilent pas leurs projets et dont on en sait rien", ciblant "notamment" Emmanuel Macron (En Marche !)

Le maire PS de Lyon apporte en effet son soutien à Macron

Depuis des semaines déjà, Jean-Christophe Cambadélis promet le pire aux socialistes qui rejoignent Emmanuel Macron. Le 7 février encore, le premier secrétaire du PS a réitéré ses menaces d'exclusion au micro de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV.
"Ceux qui le [Macron] parraineraient ne seront plus au Parti socialiste", a menacé Jean-Christophe Cambadélis. "Le maire de Lyon par exemple sera exclu ?", rebondissait le journaliste. "Bien sûr, sans problème. Je fais exactement la même chose que j'ai dite pour les frondeurs. (...) On ne peut pas être dans l'équipe du Parti socialiste et parrainer l'équipe adverse", répondait alors le patron de Solférino. 
En rejoignant l'équipe Hamon, la ministre des gouvernements Ayrault et Valls entre en dissidence et élargit la fracture au coeur du PS. 

A titre personnel, Vallaud-Belkacem tue le père. 
Déçu du quinquennat Hollande, le sénateur et maire de Lyon, Gérard Collomb, membre du Pôle des réformateurs, l’aile droite du PS, milite pour une candidature. 
L'ex-porte-parole de Ségolène Royal à l'élection présidentielle de 2007, puis à la Primaire citoyenne de 2011 est aussi une ancienne chargée de mission, en 2003, de Gérard Collomb qui l'a faite conseillère municipale de Lyon (2008-2013), avant que Jean-Jack Queyranne la fasse élire conseillère régionale Rhône-Alpes sur sa liste, en
Vallaud-Belkacem vise-t-elle la mairie de Lyon ?

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):