POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

samedi 18 mars 2017

Le ministre Macron a-t-il financé "En marche!" du candidat Macron ?

Le Parquet National Financier peut ignorer ce détournement de fonds publics présumé ?

Le Parquet National Financier ne tracasse que la droite,
sur incitation de la presse anarcho-révolutionnaire ou du gouvernement

Macron et El Khomri font ...marcher
la cuisine orientale !
Les chefs de file des députés LR et UDI, Christian Jacob et Philippe Vigier, ont repris les révélations d'un livre-enquête. C'est en vain que, le vendredi 25 janvier dernier, les élus ont dénoncé le "mensonge" et l' "imposture" d'Emmanuel Macronancien ministre de l’Économie qui aurait financé le lancement de son mouvement "A table !  En Marche!" sur des frais de représentation lorsqu’il occupait Bercy.
L’un des porte-parole de campagne présidentielle de François Fillon, candidat de la droite et du centre, Philippe Vigier, président du groupe centriste, avait déclaré lors d’une conférence de presse qu’il faisait une demande de "clarification" sur l’utilisation par Emmanuel Macron des frais de représentation lorsqu’il était ministre de l’Économie. 
Cette demande de transparence intervenait à la suite de la sortie du livre Dans l’enfer de Bercy : Enquête sur les secrets du ministère des Finances (JC Lattès, 2017) écrit par deux journalistes de Radio France, Marion L’Hour et Frédéric Says. Ils y racontent notamment que lorsqu’il a quitté Bercy, en août 2016, Emmanuel Macron avait déjà utilisé pour son compte 80 % de son enveloppe annuelle des frais de représentation (150.000 €), soit 120.000 €. 

Le Parquet financier considère-t-il que "120.000 €, c’est une petite somme ?

"Il y a des choses importantes qu’on a apprises hier (lundi 23 janvier), notamment au niveau des frais de bouche, puisque 120.000 € des crédits du ministre [détournement de fonds publics] à Bercy (ont été utilisés) pour des agapes En marche ! [conflit d'intérêts], pour réunir tel ou tel [corruption?], pour préparer sa campagne présidentielle", a ajouté l'élu centriste (et donc modéré) d’Eure-et-Loir. " Franchement, celui qui nous expliquait dans une déclaration, que pas un seul euro d’argent public serait utilisé pour sa campagne, manifestement, c’est un mensonge", a dénoncé Philippe Vigier. "Nous, on demande simplement la transparence"

Et Michel Sapin qui dit : "J’ai rien vu." 
"On n’a pas vu qu’il avait une ambition présidentielle et qu’il consommait quasiment à lui seul une immense partie des crédits de représentation du ministère, notamment des frais de bouche ? On va demander la clarification. C’est de l’argent public, 120.000 €, ce n’est pas une petite somme. A quoi ont servi ces 120.000 € ?" a demandé le responsable centriste. 

Sapin n'a rien vu et la HATVP ne veut rien savoir

Résultat de recherche d'images pour "frais de bouche de Macron"
Publié chez Flammarion
qui emploie la concubine
du trotskiste Besansenot
L'élu d'opposition suggère que "ce serait bien que la HATVP [Haute autorité pour la transparence de la vie publique] puisse nous apporter des éléments".
" Une imposture", selon Christian Jacob 
Interrogé dans les couloirs sur ces frais de bouche d’Emmanuel Macron, le chef de file des députés Les Républicains, Christian Jacob, a répondu à la presse qu'"Emmanuel Macron est l’incarnation de l’imposture, l’imposture sur toute la ligne". "Celui qui se prétend aujourd’hui l’ami des grands patrons et des grands media, qui était le conseiller aux affaires économiques de François Hollande au moment où il a imaginé la taxation à 75%, ne veut rien savoir. Celui qui méprise le peuple, qui a parlé d’ouvrières illettrées (GAD), de gens du Nord pratiquement alcooliques [il est d'Amiens et possède une villa au Touquet !]ou des autocars pour les pauvres, c’est révélateur. C’est une imposture", a asséné le député-maire de Provins (Seine-et-Marne). 

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):