POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mercredi 13 juin 2012

Législatives: Ayrault-Hollande veulent le pouvoir sans partage

Ayr-Aubry battent le rappel pour le 2e tour 

Herr Ayrault et la Ch'tite Aubry ont appelé à la mobilisation 


Lors d'un dernier meeting commun - qui a peu mobilisé mercredi soir à J-4 du deuxième tour des législatives- ils ont tenté de dramatiser les législatives en mettant en garde contre l'abstention qui priverait la gauche de la majorité absolue.

Diabolisant le FN du fait de sa forte poussée, les alliés de l'extrême gauche ont dénoncé des "petits arrangements" entre l'extrême droite et l'UMP
Devant quelques curieux au Zénith de Paris (les organisateurs ont dû réduire la salle en tirant des rideaux), le Premier ministre et la première secrétaire du PS ont occulté la polémique autour du tweet de Valérie Trierweiler contre sa rivale Royal. Dans la journée, comme l'amère de Lille avait pris soin d'apporter de nouveau son soutien à l'ex-candidate à la présidentielle, le Premier ministre Ayrault, autrement appelé "la Voix de son Maître", demanda fermement au rival dissident socialiste, mais désigné par le vote démocratique des militants, Olivier Falorni, de se désister en faveur de la pistonnée de la direction parisienne. 
Les pressions exercées par la troupe des éléphants parisiens sur cet ex-socialiste exclu du PS sont restées sans effet, puisqu'il n'est plus  sensible aux oukases du patronat socialiste.

Ce terrain étant contourné, ils ont pointé le risque FN, dénonçant en choeur la règle "ni Front national, ni Front républicain" fixée par l'UMP. "C'est une équivalence coupable à laquelle les dirigeants de l'UMP se sont livrés", a jugé la Chtite Aubry. Mais avec ce "ni-ni", l'UMP "ne récoltera dimanche prochain que le 'et, et': et la défaite et le déshonneur", a estimé le premier secrétaire du PS. 
Elle a ainsi évoqué des "petits arrangements de désistements réciproques" entre le FN et l'UMP, tout en passant sous silence le ralliement du suppléant de Catherine Arkilovitch (PS) au candidat de l'UMP à Carpentras.

A noter en outre que la gauche plurielle connaît des ratés. 
Ainsi, en Seine-Saint-Denis, le député sortant communiste Patrick Braouezec (31,17% au 1er tour) se maintient-il au second avec le soutien du camarade Asensi, face au candidat PS, Mathieu Hanotin (36,51%) qui fait  se fissurer le
"front républicain". 
La candidate socialiste s'est en revanche désistée face à Marie-George Buffet, mais celle-ci n'est autre que l'ancienne n°1 du PCF et la socialiste sacrifiée est Najia Amzal, la beurette de service placée là pour faire illusion dans la communauté.

La paire Ayr-Aubry s'est concentrée sur la mobilisation des électeurs de gauche 

Pour réunir tous les pouvoirs dimanche prochain, Herr Ayrault a lui aussi appelé à la mobilisation: il revendique "une majorité large, cohérente et solidaire" pour François Hollande et lui permettre de "tenir ses engagements". 
Une majorité relative ne le satisferait pas. "Rien n'est joué, les législatives précédentes l'ont prouvé, de nombreux sièges peuvent se jouer à quelques dizaines de voix. Il faut mobiliser, mobiliser, mobiliser pour convaincre jusqu'à la dernière heure", a-t-il martelé. 
Il s'en est pris, lui aussi, à l'attitude de l'UMP traitant ses responsables de "Tartuffe et d'hypocrites" engagés dans "des positions de plus en plus extrémistes" "L'UMP court derrière" le FN"sans savoir qu'elle se précipite dans la gueule du loup", a-t-il craint pour elle !
 
L'alliance du PS et de l'extrême gauche communiste est pourtant l'équivalent des   "petits arrangements  qu'Herr Ayrault et Aubry stigmatisent à droite.
Mais le PS craint en vérité d'être "précipite dans la gueule du loup" des totalitaires communistes et des altermondialistes ingérables d'EE-LV, par le scrutin du 17 juin, car si le PS totalise 46,77% des voix, c'est en additiionnant celles du PCF et des écolos radicaux contre 34,07% à l'UMP et 13,6% au FN. 
Le FN fait donc particulièrement peur au PS qui n'est pas assuré d'obtenir à lui tout seul la majorité absolue à l'Assemblée.
La Ch'tite Aubry a aussi dit sa volonté de rejeter la pensée d'une nouvelle expérience - dont elle était pourtant - de la "gauche plurielle" voulue par Lionel Jospin, qui, au passage, aura donc reçu sa volée de bois vert 

A l'affaire du tweet de la Première concubine de France, le PS compte faire  porter la responsabilité de cet échec annoncé.

L'exécutif s'est jeté dans la mêlée malgré ses promesses
La twitteuse a en effet suscité un tel émoi en apportant son soutien au paria Olivier Falorni, alors que l'exemplaire François Hollande avait apporté son soutien à sa rivale, son ex-concubine et mère de ses quatre enfants, que le
Premier ministre a tenté à son tour de conjurer la future dégelée Royal. Il a d'abord affirmé la soutenir "à fond", puis il s'est à nouveau "sali" en haussant le ton mercredi dans une nouvelle déclaration à la place du Président Hollande retourné à son mutisme.
Le Premier ministre a en effet explicitement demandé à O. Falorni de se désister. 
Alors que l'Elysée tente de faire oublier son interventionnisme, Ayrault s'efforce de mettre la seconde concubine au pas, en lieu et place de la "gauche molle".  Il a fermement conseillé à l'hôtesse de l'Elysée de conserver "un rôle discret". 

Plusieurs responsables PS ont aussi critiqué mercredi la "faute" de Valérie Trierweiler, tandis que la droite brocardait cette nouvelle affaire de femme, un équivalent de l'hypermédiatisée affaire du Fouquet's en 2007 comme un "vaudeville" au sommet de l'Etat, rappelant irrésistiblement  l'affaire un équivalent de l'hypermédiatisée affaire du Fouquet's en 2007 du Fouquet's en 2007

Mardi, à La Rochelle, Martine Aubry venue soutenir son ex-rivale du congrès de Reims en compagnie de sa complice d'EE-LV, Cécile Duflot, a prétendu que l'entente entre les socialistes et leurs partenaires était bonne. Aussi bonne entre Ayrault et Aubry qu'entre Mélenchon et Hollande...
Il reste très peu de cas de dissidences à gauche pour le deuxième tour. 
C'est dire que si la Ch'tite Brochen-Aubry n'a pas su empêcher le duel fratricide et historique entre deux socialistes à La Rochelle, l'un élu par la base et l'autre nommée par la direction du parti, elle s'est copieusement salie au contact de l'extrême gauche et que leurs  "petits arrangements ont permis que  "sur 46 candidats investis par le PS ou ses partenaires, et confrontés à des dissidents au premier tour, 33 se sont qualifiés pour le second tour". 

Un "front républicain" d'orage s'est rassemblé sur Carpentras dans la 3e circonscription du Vaucluse, où la socialiste Catherine Arkilovitch a décidé de se maintenir dans une triangulaire face à la candidate FN Marion Maréchal-Le Pen.

5 commentaires :

  1. Je ne sais si Trierweller va dire merci à son Flamby1 qui met tout en oeuvre sans en avoir l'air pour que Royal occupe le perchoir.........

    Je ne sais si Hollande se rend compte qu'il passe pour une c...lle molle puisqu'il envoie les judas sur les plateaux utiliser la presse pour dire à Valerie de la fermer.........et aux rochellais de voter pour son ex......

    Les socialistes donneurs de leçons, Aubry en tête n'ont pas respecté la procédure et ont parachuté Royal à la Rochelle........parce qu'elle le vaut bien.

    A elle est belle la république président normal .........

    Les socialistes spécialistes des coups tordus, magouilleurs et menteurs patentés.......affairistes politiques maquilleurs des réalités pour se donner le meilleur profil.....blanc comme la neige, innocent de tout comme l'enfant qui vient de naitre....

    Ce n'est que le début de la cacophonie médiatique et politique, le cirque a commencé.....

    RépondreSupprimer
  2. Ca y est Royal joue la carte de la victime............

    "Ségolène Royal a confié ne pas avoir réagi à chaud au soutien de la première dame à son adversaire aux législatives car «le coup était trop violent». «Je demande le respect dû une mère dont les enfants entendent ce qui se dit...», a-t-elle ajouté."

    En gros, Sarkozy pére lui aussi de plusieurs enfants n'a pas eu droit au respect pour lui même et ses enfants. Il a été insulté, moqué, traité d'incapable, de menteur, par cette socialiste qui demande aujourd'hui le respect pour elle même........Les c..s ça osent tout, c'est a ça qu'on les reconnait.



    En gros je suis la mére des quatre zenfants du president normal, vous devez tous ceder à mes caprices et me donner le perchoir .....parce que je le vaux bien.......et taisez vous.

    Si jamais elle obtient le perchoir reservé par le president qui ne nommera personne parmi ses amis ou ex, il y aura bagarre à l'assemblée......ça je vous le dis.

    Mais qui va avoir la voix assez forte pour leur dire les quatre vérité sur leur opportunisme, leur vanité, leurs mensonges, l'échec annoncé du socialisme qui n'a jamais fait le bonheur des peuples....et la ruine des états..........

    Je voyais ce matin Boud'mou lors de l'hommage à nos soldats avec sa bouche en cul de poule et ses coups de menton pour faire le mec serieux et jouer le dur.......quel credit donner à ce type qui est n'est qu'une caricature de ce qu'il aurait aimé être.

    Beaucoup ont moqué Sarkozy qui voulait etre le plus grand alors qu'il était le plus petit.........que dire du flamby qui a toujours révé d'être un dur alors que ça a toujours été un bout de mou........Même les socialistes le disaient publiquement......même son ex greluche

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bravo anonymes ci-dessus pour vos commentaires.

      Je lis : Ayrault et Aubry battent le rappel pour avoir le plus de voix possible en comptant bien sûr sur leurs alliés d'extrême gauche

      Évidemment ils continuent de diaboliser l'extrême droite,

      MAIS DE QUEL DROIT

      Il me semblerait juste de faire comme eux et de faire appel à notre extrême droite pour les BATTRE. Personne n'en pâtira mais nous pourrons gagner et avoir DROIT À LA PAROLE, sinon nous serons réduit au silence pour 5 ans et cela c'est une perspective inssuportable
      Notre extrême droite a aussi le droit à la parole, Sarkozy en avait parlé et après tout ce qui s'est passé et se passe encore pouvons-nous avoir de la gêne et accepter des leçons, le moment de nous défendre est arrivé et le prix à payer est peu de chose comparé à ce qui nous attend sinon.
      Ce n'est qu'un avis personnel, je ne connais pas personnellement de gens du FN, du moins qui se sont déclarés comme tel.
      Que pense les lecteurs de ce blog ?
      Je dis STOP aux mensonges, perfidies et promesses impossible à tenir sans que nous ne soyons obligés d'en payer le prix ( dette de plus en plus lourde).

      Supprimer
  3. J'espere qu'elle va ramasser une veste...........à moins que des cdd ou des billets de banque soient distribués aux électeurs.......

    RépondreSupprimer
  4. Je pense la même chose et ce ne serait que mérité ......en fin de compte,..... pourvu qu'ils n'aient pas un stock d'Ipads à distribuer .

    RépondreSupprimer

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):