POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mercredi 25 juillet 2018

Emmanuel Macron : "Alexandre Benalla, lui non plus, n'a jamais été mon amant !"

Macron assume les dérives et ambiguïtés de Jupiter

Le président Macron réserve sa déclaration à ses invités de LREM

Les Français n'ont pas droit à la primeur de ses propos...

Le président Macron a mis six jours pour sortir de son silence et évoquer publiquement l'affaire Benalla, du nom de ce chargé de mission de l'Elysée filmé en train de tabasser deux manifestants le 1er mai 2018 à Paris. Ce mardi 24 juillet en début de soirée, le président de la République s'est adressé aux députés LREM, qui l'avait convié à leur "pot de fin de session" à deux pas de l'Assemblée nationale, à la Maison de l'Amérique latine, espace culturel, restaurant et salle de réunion, occupant deux hôtels particuliers (Hôtel de Varengeville et Hôtel Amelot de Gournay )situé 217 Boulevard Saint-Germain, 75007 Paris. 10.000 euros, c'est ce qu'il en coûte (hors taxes) pour louer l'ensemble des salons de la Maison de l'Amérique latine (photo) durant une journée (janvier 2012), sans ristourne...
Le jardin de la maison de l'Amérique latine.jpg
Vue de la Maison de l'Amérique latine, côté jardins

L'état d'agitation et les propos d'Emmanuel Macron ont été largement relayés sur les réseaux sociaux par les députés présents

Le chef de l'Etat a dit "assumer" (?) entièrement sa part (antithétique!) de responsabilité dans cette affaire Benalla: "S'ils cherchent un responsable, le seul responsable, c'est moi et moi seul," a-t-il lancé fièrement, dans sa zone de confort, au milieu de ses courtisans, 

Il s'est ensuite livré sur Alexandre Benalla, qui s'est occupé de sa sécurité lors de la campagne présidentielle l'année dernière. La vidéo a été mise en ligne par de nombreux media, depuis l'AFP jusqu'à Twitter, en passant par BFM TV.

Voici l'intégralité de ce que le président Macron consent à dire sur Alexandre Benalla:
"Alexandre Benalla n'a jamais occupé un 300 m2 à l'Alma [il n'a pas eu le temps d'emménager: des travaux ne sont-ils pas en cours pour accueillir le couple?]. Alexandre Benalla n'a jamais gagné 10.000 euros [combien ?]. Alexandre Benalla, lui non plus, n'a jamais été mon amant. Alexandre Benalla, quoique bagagiste d'un jour [comme également prétendu par Castaner], n'a jamais eu ces fonctions dans la durée. Toutes ces choses qu'on a entendues ces derniers jours, les mêmes vous disant tout et n'importe quoi. Sans que ça les fasse rougir ou s'interroger sur eux-mêmes. Qu'ils soient parfois parlementaires, commentateurs ou journalistes. Les mêmes ont dit des sornettes.
De quoi s'agit-il ? Alexandre Benalla, c'est quelqu'un qui nous a accompagnés pendant la campagne avec beaucoup de courage et d'engagement. C'est quelqu'un qui a permis à un moment, sortant de nulle part [gens de rien],
n'étant pas protégé et aidé, c'est normal, ni par l'état et les services publics. Il était légitime d'avoir des gens qui organisent des déplacements et des réunions. Il a été engagé par le mouvement. Il m'a accompagné avec beaucoup d'engagement et quoiqu'il advienne et ce qu'il se passe dans cette affaire, je n'ai pas à oublier cet engagement ou à ne pas m'en souvenir."
Cette sortie d'Emmanuel Macron renvoie à l'épisode Mathieu Gallet pendant la campagne présidentielle. Lors d'un discours devant ses soutiens au théâtre Bobino à Paris en février 2017, le futur chef de l'Etat avait tenté de ridiculiser des rumeurs sur sa double vie et sa supposée liaison avec Matthieu Gallet, l'ex-président de Radio France. Mauvais signal pour Benalla, cette fois...  Là encore, Emmanuel Macron avait choisi un démenti frontal pour désamorcer ces on-dit, qui commençait à parasiter sa campagne : "Je ne peux pas me dédoubler. Si dans les dîners en ville on vous dit que j'ai une double vie avec Matthieu Gallet, c'est mon hologramme qui m'a échappé, ça ne peut pas être moi !" L'idée de l'hologramme était-elle suggérée par son secrétaire d'Etat chargé du Numérique, Mounir Mahjoubi ?

N'empêche qu'au détour d'un long portrait consacré au ministre de l'Economie,
The Times s'intéressa de près à sa vie personnelle et en particulier à son épouse Brigitte. "C'est en ancien banquier reconverti en ministre des Finances et il est connu pour emmener sa femme, âgée de près de vingt ans de plus que lui, au travail". La retraitée semblait missionnée pour contredire la rumeur de sa présence."Je ne cache pas ma vie privée parce que je considère que cela serait ridicule et que, quand vous vous engagez en politique, vous le faites complètement, commenta ainsi le ministre. Je pense que le fait que je suis marié à quelqu'un qui, il est vrai, est plus âgée que moi, suscite la curiosité. C'est singulier. Mais au moins, les gens savent qu'ils ont affaire à quelqu'un qui veut s'engager, ils savent dans quoi vous vous projetez sur une certaine période, comment vous vivez votre vie privée, et cela a du sens." expliqua même Macron pourtant peu bavard quand il s'agit d'évoquer son épouse. Sur le plateau du Supplément, le locataire de Bercy avait pourtant évoqué le rôle prépondérant de Brigitte à ses côtés, expliquant qu'elle assistait (bénévolement) à certaines réunions...

Macron : "Alexandre Benalla, lui non plus, n'a jamais été mon amant !"
Pour se sortir de ce mauvais pas, le chef de l'Etat tente de ridiculiser les observateurs sains :
idéo en cours

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):