POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

lundi 23 mars 2015

Circulation alternée: près de 3.000 amendes malgré un risque sanitaire faible à Paris

Décision tardive, voire inutile, mais lucrative

Un risque de pollution devenu faible après une semaine de tergiversations

La circulation alternée a pourtant été mise en vigueur toute la journée de lundi à Paris et en proche banlieue. Depuis 05h30 et jusqu'à minuit, seules les plaques impaires peuvent circuler en ce lundi 23, jour impair, dans la capitale et 22 communes limitrophes.

Or, les prévisions donnent à penser que la situation va s'assainir mardi à la faveur du retour de la pluie. Cette mesure ne sera donc pas prolongée du fait de son inutilité. "En raison d'une amélioration de la situation aujourd'hui et demain, la circulation alternée n'est pas reconduite mardi", a annoncé la ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal. Celle-ci prétend que la chute de la production serait due au " comportement citoyen des automobilistes qui ont compris la nécessité de cette mesure"...
A la véritéil est reproché à la ministre d'avoir résisté pendant plusieurs jours à la pressions de la maire, Anne Hidalgo, au prétexte que la mesure aurait... pénalisé les populations défavorisées des banlieues.

Pour des raisons politiciennes de ménagement des responsables de la Mairie de Paris qui, dès jeudi, avaient poussé à la mise en place de la circulation alternée, l'organisme chargé de la surveillance de la qualité de l'air en région parisienne, Airparif, ne voulait pas exclure un nouveau dépassement possible du seuil d'information aux particules lundi. Il s'agit d'une association agréé et conjointement financée par le ministère de l'Environnement et la Région d’Île-de-France.

Les automobilistes se sont fait allègrement verbaliser  

La préfecture de police (PP) s'était engagée à tenir compte de la "bonne foi" des automobilistes pris en faute, une évaluation encore plus fantaisiste que celle de la pollution aux particules fines. Elle assure avoir verbalisé 2.803 contrevenants sur les 7.823 véhicules contrôlés à la mi-journée. Lors de la précédente mise en place de la circulation alternée, le 17 mars 2014, 3.859 infractions avaient été relevées à la même heure, et plus de 5.000 sur l'ensemble de la journée.

Les 750 policiers mobilisés sur 154 points de contrôle devront être indemnisés pour ce surcroît de travail. C'est pourquoi les conducteurs interceptés doivent s'acquitter d'une amende de 22 euros.
Beaucoup ont affirmé n'avoir pas eu connaissance du dispositif, annoncé samedi après des "si" et des "peut-être". Ainsi, Lionel, qui habite dans l'Essonne et se rendait à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière pour prendre son poste d'infirmier: "Je n'ai pas écouté les infos. J'ai juste entendu un flash il y a 20 minutes mais j'étais déjà dans ma voiture."

Les transports en commun gratuits ont un coût pour le contribuable
"Le maître mot, c'est 'pédagogie active', raconte les autorités. On verbalise les personnes les plus récalcitrantes ou ceux qui se moquent de nous", explique le commandant Jean-Pierre Meutelet, chef de service des compagnies centrales de circulation à la PP. Ainsi, une mère de famille qui accompagnait sa fille à l'école a échappé à l'amende: rentrée la veille d'une semaine au ski, elle a plaidé s'être "coupée des infos." Selon les a priori édifiants, les mères et les enfants sont toujours insoupçonnables, les vieillards invisibles, mais les hommes et les femmes de caractère n'échappent pas à la rigueur policière. La police se targue d'ailleurs de n'avoir eu à déplorer aucun incident.. "majeur" et, selon Bison futé, le trafic était beaucoup plus "fluide" que d'habitude.

En contrepartie de la circulation alternée, les transports en commun sont gratuits, ainsi que la première heure de location d'un Autolib' ou le ticket journée pour un Vélib' (dans la limite de 30 minutes de circulation). A qui fera-t-on croire que la RATP ou la SNCF et Autolib' ou Vélib' ne devront pas répercuter un jour ou l'autre les coûts de fonctionnement et les frais de maintenance  sur les usagers ?

Gratuits aussi, les stationnements résidentiels, tandis que les voitures dont la plaque est paire peuvent se garer sur les places dites "visiteur", dont l'occupation ne peut habituellement excéder deux heures. Tout est hyper simple, mais les speedés et les poètes ont-ils échappé aux contrôles ?

Tout le monde n'est pas soumis à la règle. 
Les véhicules "propres" (électriques, hybrides, au gaz) ou transportant au moins trois "covoitureurs" peuvent circuler, mais il se dit que certains Parisiens disposent des poupées gonflables chaudement vêtues pour tromper la maréchaussée... 
Egalement exempté de contraintes, les véhicules assurant des missions de service public (forces de l'ordre, pompiers...) et certains véhicules professionnels (commerciaux et... journalistes). On ose espérer que les médecins ne sont pas obligés de transporter leurs mère et belle-mère pour faire nombre...
La circulation alternée n'avait jusque-là été mise en place que deux fois: en 1997 et 2014. Seuls les écologistes radicaux ne comprennent pas pourquoi.

Un lamentable conflit d'ego féminins surdimensionnés
La réalité de la pollution réelle est tout autre

La circulation alternée est entrée en vigueur au septième jour d'un épisode de pollution aux particules fines en Ile-de-France. Elle était réclamée depuis plusieurs jours par la maire de Paris, Anne Hidalgo, et les Verts, inquiets du niveau de ces particules à l'origine de cancers, maladies respiratoires ou cardio-vasculaires, ou d'allergies.

Critiquée pour avoir tardé à prendre cette décision, Ségolène Royal s'est défendue en énonçant de grands principes avec de grands mots: "une décision de restriction des libertés, ça se fait dans le respect de l'Etat de droit. Il ne faut pas confondre vitesse et précipitation".

Le chef du gouvernement l'a soutenue lundi matin. Manuel Valls a lâché une nouvelle contre-vérité certifiant que la mise en place du dispositif s'était déroulée "dans de bonnes conditions".

Mais Pierre Chasseray, le président de l'association 40 millions d'automobilistes, est d'un tout autre avis. Il voit dans cette mesure "la preuve par A+B qu'on est uniquement dans la politique".

1 commentaire :

  1. Ne fait que confirmer l'autophobie de Madame Hidalgo qui incarne une médiocrité dogmatique pour ne pas se coper de ses électeurs écologistes,voire les plus radicaux.
    cOMME D4HABITUDE LE CONTRIBUABLE PAIRA LE MANQUE 0 GAGNER DE la RATP
    pour un gain en pollution dérisoire à peine mesurable.

    RépondreSupprimer

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):