POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mardi 3 mars 2015

Les hôpitaux vont être amputés de 3 milliards d'euros

22.000 postes sacrifiés...

Hollande fait des économies sur la santé des Français

Touraine met les budgets des hôpitaux publics à la diète: une simple "économie" ! La ministre de la Santé envisage sereinement cette perte considérable de qualité des soinsMarisol Touraine a prévu une baisse de... 3 milliards d'euros sur les deux prochaines années.

Cette coupe passe d'abord par une mutualisation des moyens: une baisse des achats : il faudra faire avec 1,2 milliard en moins, en poussant par exemple les établissements à faire des commandes conjointes de matériel. 
Par ailleurs, le rapprochement administratif entre hôpitaux évitera une dépense de 450 millions d'euros, et une baisse du coût des médicaments permettrait d'économiser 350 autres millions.

Un effort uniquement public imposé aux plus défavorisés

Les Français devront se soigner à la maison, loin des hôpitaux et à la charge de l'entourage: le gouvernement prévoit en effet d'écourter les durées d'hospitalisation et de développer la chirurgie ambulatoire, ce qui devrait aboutir à une économie de 1 milliard d'euros.

La fédération des hôpitaux publics conteste ce projet, tandis que la mutualité positive sur quelques chaînes de radio et de télévision"L'hôpital a montré qu'il était capable de faire des économies. Le problème, c'est qu'il faudrait que ce soit juste. Or, ce n'est pas juste car on demande seulement à l'hôpital public de faire des économies, juge Gérard Vincent, pour qui une mesure est justifiée si elle frappe plus de monde. Les cliniques privées sont exonérées de tout effort." 

Un raisonnement populiste qui s'attaque essentiellement à ceux qui contribuent par leur travail et par l'impôt au financement du service hospitalier public.

Hollande pourrait supprimer 22.000 postes dans les hôpitaux publics

Le gouvernement prévoit de "maîtriser la masse salariale" de 860 millions d’euros en trois ans, révèle une couche fuitante de Challenges, de l'ex-groupe du patron des sanisettes et aujourd'hui du groupe L'Obs, propriété, avec le site Rue89, de la triade d'investisseurs capitalistes Bergé-Niel-Pigasse, également actionnaires principaux du groupe socialiste Le Monde.

Pour autant, avec l'énorme suppression de 22.000 postes, "il ne s’agit pas de mettre à la porte des praticiens hospitaliers, mais plutôt de jouer sur les non-remplacements de départs à la retraite – même si les vacataires, intérimaires, courent le risque d’être mis sur la touche", n'élude pas Les Echos.

Si le développement de la chirurgie ambulatoire ne dégage pas des postes, on peut se demander à quoi s'occupaient les personnels de soins.
 
Les hôpitaux seront-ils fermés la nuit ? "Le ministère affiche un objectif ambitieux de 57% d’opérations effectuées en ambulatoire en 2017, contre 43 % aujourd’hui, et estime à 15.000 le nombre de "ré-hospitalisations" qui pourraient être évitées", détaille Challenges, sans contester ces mises à la porte des hôpitaux des personnes en état de vulnérabilité.

La mutualisation des achats des hôpitaux et les baisses de prix des médicaments garantissent-ils une baisse du nombre des erreurs médicales? 

Valls convertira-t-il les infirmières de nuit en enseignantes ? 
Avec le soutien du Dr Patrick Pelloux, urgentiste à ses heures et chroniqueur à Charlie hebdo ?

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):