POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mercredi 28 octobre 2009

La Poste: boycottons le calendrier des postiers

Les usagers, otages de la CGT et SUD-PTT, se rebiffent !
Aujourd'hui, défendons La Poste contre elle-même
Des forces intérieures maléfiques poussent La Poste au suicide.

Devant certains bureaux de poste, les grévistes conservateurs ont distribué des tracts aux usagers, les invitant parfois à s'opposer au changement de statut de l'entreprise publique. A Martigues (lien PaSiDupes), ville communiste des Bouches-du-Rhône, un gréviste de la faim est au coeur d'un bras de fer que SUD-PTT a lancé contre la direction. Et depuis plusieurs semaines, les colis restent en souffrance et le courrier n'est plus distribué que deux fois par semaine. La colère monte dans la population.
Les syndicats à l'origine des mouvements divers, qui représentent 95% du personnel (singulièrement la CGT communiste et SUD-PTT trotskiste), sont soutenus par plusieurs partis politiques de gauche dont le PS, diverses associations -Attac, DAL (Droit au Logement, quel est le rapport?), etc.- et la FSU des enseignants de gauche qui sont de tous les conflits sociaux. Tous ont lancé un appel collectif pour un débat public sur La Poste et un référendum sur le service public postal. Ils se sont prêté à la mascarade de la « votation citoyenne » (autre lien PaSiDupes) qui a d'ailleurs discrédité le mouvement.(Lire PaSiDupes)

  • A force d'auto-mutilations au fil des mouvements, des journées d'action et des grèves, le service public n'est pas en état de subir les assauts de la concurrence européenne.
    "Oui au service public, non au service à fric !", a-t-on un jour entendu crié par des manifestants à Tours en 2008. Mais ce 'fric' n'est pas pas la propriété des syndicats, ni même de La Poste: c'est le nôtre et nous voulons qu'il soit bien géré plutôt que jeté dans le Rhône par des grévistes, avec les sacs postaux!
  • Les obstacles dressés par la gauche oblitèrent l'avenir de La Poste face aux entreprises européennes concurrentes, mais aussi dans sa capacité à leur faire concurrence sur leurs propres territoires.
    Bien que favorables au traité européen, le PS et le MoDem jouent un double-jeu. Ils reconnaissent d'une part que l'Union européenne a voté l'ouverture des services postaux européens à la concurrence, mais participent d'autre part à la désinformation du PCF et des syndicats CGT et SUD, entre autres.

    Cette manipulation de l'opinion par la gauche est multiface

  • L'intox langagière

    =>
    L'opposition s'entête à employer le terme mensonger de 'privatisation', alors que celui de capitalisation serait plus honnête. Le changement de statut de La Poste en Société anonyme n'est nullement l'occasion de « casser » le service public. L'endettement de La Poste et la concurrence européenne nécessitent une ouverture du capital, mais l'Etat ne fait pas appel à des fonds privés, comme l'affirme la propagande mensongère de la gauche. L'Etat garde en effet le contrôle du service public de La Poste en faisant entrer dans son capital la Caisse des Dépôts et Consignations.
    Il s'agit d'une institution financière publique française créée en 1816. Placée sous le contrôle direct du Parlement, elle exerce des activités d'intérêt général pour le compte de l'État et des collectivités territoriales, mais elle a aussi des activités concurrentielles. Sa devise est « Foi publique ».

    => Sans ostentation, Libération admet la manipulation.
    « Vieux mythe français », La Poste « totem français: l’attachement au service public, cette incarnation de la République. Qu’on le pense menacé et les Français se hérissent: l’intelligence [le mensonge] du "Comité contre la privatisation de La Poste", qui proclamera la suite du combat aujourd’hui à 18 heures, a été de le montrer.» Le mensonge érigé en vertu...

  • L'intox médiatique

    =>
    Le mardi 22 octobre 2009, le porte-parole du NPA et une cinquantaine de postiers (photo ci-dessus) ont tenu symboliquement une assemblée générale dans le Palais Brongniart (La Bourse, dans le 2e arrondissement de Paris), au matin d’une journée nationale de mobilisation contre le projet de réforme du statut de La Poste... (photo)
    «La Poste va entrer en bourse, les postiers entrent dans la Bourse», telle était la formule d'Olivier Besancenot, postier et porte-parole du Nouveau parti anticapitaliste (NPA), parti politique trotskiste et non syndicat.

    => Le 22 septembre, le journal Libération transmettait le mot d'ordre du Che-Besancenot:
    « Les prises de parole ont tourné autour de l'idée d'une grève générale reconductible de tous les services de la Poste, au moment fin octobre-début novembre de l'étude du projet de loi devant le Parlement.
    «Chacun d'entre vous doit faire monter la sauce. Il faut que la question de la grève reconductible se pose (à ce moment-là) mais pas comme un baroud d'honneur», a souligné Gaël Quirante, responsable Sud à la Poste des Hauts-de-Seine. »
    Nous en avons donc encore pour jusque la fin du mois !

    => Le jour de l'animation de rue par les extrémistes de gauche, Libération était dubitatif, mais prudent, autant dire 'faux-derche': «Le succès de la "votation citoyenne" a rendu un peuple à la gauche. Malgré quelques malentendus. » Et l'autre peuple ?

  • Le débat politique

    =>Libération - Estrosi: "On a interrogé les gens sur un mensonge"
    "Il y a aussi un malentendu. Pour l’heure, La Poste n’est pas privatisable. "On refuse d’entendre ce qu’est réellement notre projet, rage le ministre de l’Industrie, Christian Estrosi. On a interrogé les gens sur un mensonge." La Poste doit certes devenir une société anonyme, mais uniquement contrôlée par des capitaux publics, ou par ses personnels. Et c’est l’Etat et la Caisse des Dépôts qui mettront 2,7 milliards d’euros au pot pour moderniser l’entreprise. Mais il y a l’expérience…
    Un grand mensonge français, qui a vu souvent des privatisations être précédées de simples réformes menées au nom de l’efficacité du service public. Seul le premier pas coûte, et on bascule vite dans le privé. France Télécom, GDF, EDF sont autant de témoins de cette évolution, où la gauche a eu autant sa part que la droite. [Quant au "sens de l'Histoire"...] C’est le gouvernement Jospin qui a privatisé France Télécom, pour permettre la naissance d’Orange, et l’investissement dans la téléphonie sans fil. C’était un impératif industriel. C’est devenu aujourd’hui – à la suite de la vague de sucides– une forme de repoussoir.
    Samedi, à Audincourt, Moscovici s’est fait reprocher par des communistes ces privatisations passées. "Il n’y a pas de lien entre France Télécom, qui vit dans un univers de concurrence, et La Poste, qui est par essence un service public national", plaide le socialiste. Mais le passé affleure, et chacun peut en jouer.
    "Mon projet garantit une Poste à capitaux publics ; si, par malheur, les socialistes revenaient au pouvoir, ils privatiseraient La Poste, évidemment, comme ils l’ont toujours fait", dit Estrosi. L’exchampion de moto fait aussi du judo dialectique.
    59 % des Français souhaitent un référendum sur La Poste, selon un sondage Ifop-Sud Ouest. C'était le 4 octobre, en pleine désinformation...

    => L'opposition mène un combat politique d'arrière-garde

    Des associations sans statuts en rapport avec le sujet se joignent aux partis politiques et syndicats d'opposition pour bloquer des bureaux de poste, en affaiblissant le service public et en prenant en otage les usagers, au risque de mettre des entreprises en difficulté et de créer des drames sociaux en périodes difficile de crise économique internationale.

    => Les syndicats reprochent au ministre Christian Estrosi de n'injecter « que » 2,7 milliards d'euros pour préparer le groupe à la concurrence européenne, mais, dans le même temps, ils plombent l'économie nationale.
    La gauche porte donc une lourde responsabilité dans les problèmes à venir de redressement de l'économie, de l'emploi et du pouvoir d'achat.

    Boycottons les calendriers de La Poste

    Un
    « autre peuple » de Français ne manquera pas d'exprimer sa façon de penser aux postiers preneurs d'otages.

  • C'était le temps où les postiers avaient le sens du service public

    Ils ont failli à leur tâche et écorné l'image flatteuse de La Poste

    4 commentaires :

    1. En boycottant les calendriers de La Poste, ce n'est pas la direction de la poste que vous touchez mais les facteurs qui, contrairement à ce que vous semblez suggérer, ne sont pas tous syndiqués et/ou fonctionnaires. Par ailleurs, contrairement à ce que vous semblez croire, les facteurs achètent les calendriers, ils ne les vendent pas, les clients donnent ce qu'ils veulent ce qui fait office de compensation au 13ème mois qu'ils n'ont pas. Si vous voulez réellement agir, ce n'est pas en vous attaquant à ceux d'en bas, mais à ceux d'en haut ceux qui, derrière leur bureau décide sans vergogne de l'avenir de milliers de facteurs non fonctionnaires qui, du jour au lendemain risque de se retrouver chez Pôle Emploi.
      Potassez votre sujet plus avant et vous comprendrez.
      A titre d'information, je suis facteur non titulaire d'une tournée, de fait je n'ai pas la possibilité de distribuer de calendrier.
      Cordialement.

      RépondreSupprimer
    2. Je crois que Pasidupes connaît les sujets qu'il aborde au moins aussi bien que les journalistes moyens et il le démontre: comme moi, abonnez-vous.

      Mais ce que vous écrivez par ailleurs est exact. A ceci près que les facteurs revendent avec bénéfice ! Que ce soit pour eux ou pour les oeuvres sociales de La Poste, peu m'importe si je suis satisfait du service, mais admettez que le service public/le facteur fait du profit...

      Je ne suis pas d'accord avec vous car la mentalité de la plupart des fonctionnaires de La Poste est exécrable et le client a droit à un minimum de considération. J'espère la retrouver à partir du 1er mars. Car, en voilà assez d'un service public qui prend les contribuables en otage et perd le courrier.

      Votre couplet sur les "petits" malmenés par les "gros" derrière leurs bureaux me fait douter de votre capacité d'analyse.
      Il va falloir vous aligner sur les services postaux européens qui vont vous faire la démonstration de ce que signifie travailler.

      Puisque nous aurons la possibilité de choisir les meilleurs postiers, saurez-vous faire mieux pour conserver vos postes ? Je l'espère, car je suis un citoyen qui souhaite que le service postal fonctionne et que La Poste redevienne ce qu'elle était: compétente et serviable et non pas une chienlit.

      Puissiez-vous acquérir un meilleur état d'esprit, pour le bien de tous et de La Poste.

      RépondreSupprimer
    3. Votre réaction m'amuse, même si j'en connaissais le contenu avant même que de la lire.
      Alors selon vous, tous les facteurs sont a mettre dans le même panier, tous des fainéants qui ont oublié ce qu'était le service public.
      Dans un premier temps, si vous connaissiez réellement le monde des facteurs, vous devriez savoir que tous ne sont pas fonctionnaires.
      Par ailleurs, laissez-moi vous rappeler quelques points non dénué de sens : en ce moment il neige, il fait froid, un grand nombre de facteur distribuent tout de même le courrier, lorsqu'il pleut, les facteurs sont dehors, lorsue la canicule frappe, le facteur visite les personnes agées, dans les communes rurales, le facteur est parfois le seul lien avec les autres.
      J'ignore ce que vous a fait votre facteur ou factrice, mais ne généralisez pas ainsi. Vous parlez de l'ouverture à la concurence, là je suis d'accord avec vous, nous verrons ce qu'il en sortira, mais creusez les réactions des gens avec France Télécom et Edf, que se passe-t-il maintenant, les clients reviennent à France Télécom et Edf.
      La qualité vaut parfois aux coûts.

      Cordialement

      RépondreSupprimer
    4. J'ai pleuré pour avoir un calendrier aux facteurs jamais le même pas de calendrier cette année (je suis épouse d'un facteur à la retraite qui ne comprend pas que l'on n'offre plus le calendrier c'est les nouveaux facteurs!!! c'est triste mon époux lui faisait sa tournée...

      RépondreSupprimer

    Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):