POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mercredi 21 octobre 2009

Dynastie altermondialiste: Marie Bové sur les traces de son papa

Une fille de… future tête de liste Verts !
Cela pourrait passer pour un gag,
en pleine affaire Sarkozy-le-Jeune !
Mais chez ces gens-là, Monsieur, on n’a pas de pudeur.

L’amer Mamère coopte

Mercredi 22/10 dans le quotidien Sud-Ouest, le Verts Maître Noël Mamère a indiqué avoir décliné l'offre de mener la liste des Verts aux Régionales en raison de ses deux mandats de député et de maire de Bègles, lui en a fait la proposition.

Une inconnue de sang vert s'y est collée
"C'est une proposition de Noël Mamère que j'ai acceptée après y avoir réfléchi et qui est dans la continuité de mes engagements personnels", a déclaré Marie, la fille de … l’affreux Jojo Bové.

La pistonnée Verts brûle les étapes

  • Mais elle a déclaré s'être "sentie insultée" par la comparaison qui a été faite à droite avec le fils du président français, Jean Sarkozy, dont la nomination annoncée à la tête du quartier d'affaires de la Défense avait provoqué une polémique à gauche.
    A 34 ans, elle s’offusque donc d’être comparée à un fils de président de la République. "Mon parcours n'est pas celui de Jean Sarkozy, mes études sont terminées depuis un certain temps, je ne suis pas candidate à un poste de directeur d'un établissement public, et si on me désigne je me présenterai devant le suffrage universel", a-t-elle dit.
    Elle a toutefois cru bon d’affirmer que son papa n'avait "rien à voir" avec une candidature dont elle dit l'avoir informé mardi. Par SMS ?...
  • Arrivée au cabinet du président Rousset pour son seul 'talent’
    Sur sa seule bonne mine et peut-être pour sa compétence, allez savoir, Marie Bové travaille actuellement auprès du président socialiste de la Communauté urbaine de Bordeaux (CUB). Elle n’a pourtant pas craint d’affirmer n'être "encartée dans aucun parti". Or, si elle exerce des fonctions effectives, bien que non encore précisée au cabinet du président socialiste, Alain Rousset, elle reçoit à l’évidence une fiche de paie du PS.
    Dans le meilleur des cas, elle ne bénéficie sans doute pas d’un emploi fictif…

    Fille de… pour seul mérite
    Selon France 3, elle a travaillé sept ans pour le Comité catholique contre le Faim et pour le Développement (CCFD) à Marseille (très marqué à gauche), avant d'être embauchée par le groupe socialiste à la Communauté urbaine de Bordeaux (CUB).
    Combien de membres du cabinet d’Alain Rousset ont-ils de si brillantes références universitaires ? Si âgée de 34 ans, elle a passé sept ans au CCFD et une dizaine d’années à la CUB, avec l’arrivée de Tonton Alain en 1998, ce petit prodige a obtenu sa maîtrise en 1991, à 16 ans ? Sans doute élevée au poulet de grains sans OGM…
    Mais peut-être son stage de formation auprès de Rousset n’a-t-il pas été bien long, voire rudimentaire: elle aurait donc plutôt pris tout son temps pour copier-coller son mémoire depuis Internet, comme tout le monde …
    Tout bien considéré, elle ne peut se prévaloir que d’une simple maîtrise d’histoire sociale pour tout bagage et puisque son mémoire portait sur la traite des noirs à Bordeaux, était-elle naturellement destinée à un poste administratif ?

    Elle explique en outre s’être lancée dans la vie active, non pas parce qu’elle avait atteint son maximum, mais parce qu’elle n’était «pas sûre d’obtenir une bourse de troisième cycle pour continuer ses études» (lien France Info). A croire qu'elle a été élevée dans les roulottes de grèves de la faim de son père, mais quand on voit la maison familiale, on est pris d’un doute…

    La petite Bové est née sous une bonne étoile et super bien parrainée…

    Pour Noël Mamère, sa candidature aux élections régionales de mars 2010 représente donc un "risque" mais il est "utile pour le renouvellement politique et pour la vitalité démocratique". Combien de militants plus qualifiés n'auront pas eu ce privilège de la naissance ?
    Marie Bové devra convaincre le Comité d'animation et de pilotage de la Région Aquitaine (Capra), qui regroupe Verts et Europe Ecologie, et qui la recevra dimanche lors de la présentation des candidats, la désignation devant être effectuée dans le courant du mois de novembre.

    Une petite protégée qui crée la polémique

  • Objectivement, Daniel Cohn-Bendit a jugé mercredi qu'il y avait une "différence radicale" entre Jean Sarkozy et Marie Bové, soulignant que la fille de l'eurodéputé José Bové "a une histoire" (?), une "consistance" (?), "un militantisme" et que son père n'a "aucune action dans l'histoire". Un père absent ?

  • Mais déjà, le parti CPNT (Chasse, pêche, nature et traditions) a ironisé mercredi sur le "népotisme vert" après la candidature de Marie Bové comme tête de liste Europe-Ecologue –rien de moins– aux élections régionales en Aquitaine.

    On peut lire cet entretien à 20 minutes publié le 21.10.09

    Votre candidature a surpris tout le monde. Comment est-ce arrivé?

    C’est une aventure que je n’avais pas préparée. Je n’ai jamais été dans un parti politique et c’est la première fois que je m’engage dans une élection. J’avais plus ou moins imaginé que j’aurais des propositions pour être sur une liste électorale, étant donné que je travaille pour le groupe PS à la communauté urbaine de Bordeaux. Quand Noël Mamère (député Verts et maire de Bègles) m’a proposé d’être candidate à sa place à la tête de liste, je me suis accordée une semaine de réflexion. Il a été très rassurant, pour lui c’était le bon choix.

    Pourquoi avoir accepté?

    Cécile Duflot, inconnue du grand public, a crevé tous les écrans en six mois. Elle a prouvé qu’on pouvait renouveler la classe politique, notamment avec des jeunes femmes. Ce qui m’intéresse c’est de poursuivre mes engagements associatifs et syndicaux. J’ai plein d’étiquettes, comme altermondialiste, antinucléaire, bobo car membre d’une Amap, catho (?) puisque j’ai travaillé sept ans pour le comité catholique contre la faim… Hurler dans la rue, c’est bien, mais aujourd’hui j’ai envie d’être présente sur les lieux de décision.

    Comme Jean Sarkozy, on vous accuse d’être une «fille de» parachutée…

    Nos parcours n’ont rien à voir et je n’ai pas été pistonnée par mon père. Il a même été surpris quand je lui ai annoncé. Et puis je n’ai pas été nommée, je suis juste candidate à la candidature. Et si je suis retenue pour la tête de liste, je me présenterais devant le suffrage universel.

    De dix ans son cadet, Jean Sarkozy, 23 ans, n'en n'est déjà plus à solliciter un premier suffrage populaire.

  • 1 commentaire :

    1. on entrée officielle en politique serait passée inaperçue s'il n'y avait déjà le cas Jean Sarkozy, fils de son père. Marie Bové, la fille du leader écologiste candidate tête de liste pour les régionales en Aquitaine, n'imaginait pas qu'on puisse assimiler sa situation personnelle à l'ascension politique de Jean Sarkozy.

      RépondreSupprimer

    Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):