POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

samedi 14 juin 2014

"La gauche peut mourir", s'alarme Manuel Valls

Quand le croquemort tâte le pouls, c'est trop tard !

Déprimé, le Premier ministre s'exprimait devant le conseil national du parti socialiste
,

Mortifère
qui se tient ce samedi à Paris. Dans une tentative désespérée de culpabilisation de la gauche présidentielle, le croque-mort du gouvernement  a dit son inquiétude sur la "faiblesse de la gauche", elle "n'a jamais été aussi faible depuis 1958" et "peut mourir".

Avec sa gueule d'enterrement, le Premier ministre a prononcé le De Profundis devant les membres de la famille réunie à Paris samediAu conseil national éploré du PS, Manuel Valls a dit son inquiétude sur l'état de la gauche en France et ses conséquences possibles.

Sans fleurs ni couronnes

Le conseil national du parti socialiste se tient à huis-clos mais un texte signé du Premier ministre a été distribué à la presse, mettant en relief l'échec de la pharmacopée socialiste et la mort cérébrale du président selon la faculté, celle des sondeurs. Le Premier ministre y ajoute : "Notre pays peut se défaire et se donner à Marine Le Pen." 

A l'issue de la réunion, devant les journalistes, Manuel Valls a prononcé l'éloge funèbre :
"La gauche peut disparaître et la France peut se défaire tant il y a une succession de crises, crise économique, crise d’identité, crise culturelle, sentiment d’abandon qu’expriment beaucoup de nos compatriotes."
"La gauche peut disparaître" (Manuel Valls)

Le Premier ministre s'exprime comme s'il n'était pas aux responsabilités

Hollande déprime et s'avachit
SNCF : "il faut arrêter cette grève"
Valls affiche sa préoccupation face à la grève des syndicats ferroviaires dominants et renforce ainsi la détermination des rebelles de la SNCF. Le Premier ministre a lancé un message de fermeté et d’ouverture, qui égare les parties. Depuis jeudi, le pouvoir n'arête pas de répéter plusieurs fois par jour que la grève doit s’arrêter, bien qu'il comprenne évidemment bien l'inquiétude des salariés.  "La porte du gouvernement est ouverte" et le dialogue va "se poursuivre dans les heures qui viennent", mais les ministres du  gouvernement ne cessent de répéter qu'il ne cèdera pas.

Il mise sur le chantage et la division:
"J’en appelle à la responsabilité, au dialogue et à ne pas pénaliser les Français, les usagers , les salariés et bien sûr les candidats au bac à partir de lundi."

La gauche sociale promet de nous mettre à la diète
 
Sur le sujet des impôts, le Premier ministre a fait une mise au point sur le calendrier de l'austérité. Il maintient la pression fiscale sur les ménages et notamment "les classes moyennes": Manuel Valls donne la priorité à la réduction des dépenses publiques.
"Les impôts sont trop lourds, mais nous ne pourrons nous engager dans cette voie que si nous avons réduit la dépense publique".
.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):