POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

lundi 16 septembre 2013

La gauche qui veut alourdir le poids de la CSG pour certains

50 députés de la gauche présidentielle pour une CSG progressive

Les épargnants et investisseurs dans le collimateur de la gauche dure

Une cinquantaine de députés PS et de la gauche radicale ont plaidé à nouveau lundi pour une CSG progressive avec pour objectif apparent de "rendre du pouvoir d'achat" aux classes populaires et moyennes "sans accroître le déficit", au risque de casser l'investissement et de peser sur la courbe de l'emploi.
Raisonnement suivi: le taux de CSG, actuellement proportionnel au salaire, serait abaissé pour les bas salaires et plus pénalisant pour les hauts revenus. Lequel restant à déterminer...
Pour être social, faut-il être discriminant ?
Des députés de plusieurs "sensibilités" de gauche souhaitent déposer deux amendements en ce sens au projet de budget de la Sécurité sociale 2014, affirmant que "cette mesure de justice fiscale permettrait de rendre, de manière substantielle, du pouvoir d'achat aux catégories populaires et moyennes sans accroître le déficit public". "Un couple marié, rémunéré au SMIC, avec deux enfants à charge, verrait son pouvoir d'achat augmenter de près de 75 euros par mois", selon un exemple cité dans leur communiqué.

Ces partisans de la lutte des classes repartent à l'assaut

Ils avaient déjà appelé début juillet à un premier pas dès 2014 pour mener à bien une grande réforme fiscale au cours du quinquennat.
Ils sont membres de la Gauche Populaire, y compris le co-président des députés écologistes François de Rugy, 
de la Gauche Durable: Daniel Goldberg (SOS Racisme), Laurence Rossignol, Philippe Martin, nouveau ministre;
ou de l'aile gauche du PS:
courants Un Monde d'Avance, dont les principaux animateurs sont Benoît Hamon, ministre, Henri Emmanuelli, député et président du CG des Landes, Pascal Cherki, député-maire de Paris, Pouria Amirshahi, député des Français de l'étranger, Razzye Hammadi, député de Seine-Saint-Denis, ou Bruno Julliard, adjoint de Delanoë;
et Maintenant la Gauche: Emmanuel Maurel, Gérard Filoche,Paul Quiles, Marie-Noëlle Lienemann, Martine Chantecaille, Etienne Colin ou Jean Auroux et des altermondialistes

"Alors que s'ouvre, dans des conditions difficiles, le débat public sur les orientations budgétaires pour 2014 et que la préoccupation du pouvoir d'achat prend de l'ampleur dans nos territoires, il est temps de poursuivre cette initiative (...). Nous soutenons l'élargissement du mécanisme de la décote de l'impôt sur le revenu, mais nous pensons qu'il est possible d'aller plus loin sur le terrain du pouvoir d'achat", écrivent les signataires, à commencer par Pascal Cherki, Jérôme Guedj, Christian Paul, Laurent Baumel (ancien UNEF-ID) du collectif de la "Gauche populaire", avec Philippe Doucet, François Kalfon, et des intellectuels qui prônent un rapprochement avec le monde ouvrier.

François Hollande a pourtant tenté de faire croire à des baisses fiscales pour 2014

Avec Hollande,
à tous les coups, on perd
Lors de son tête à tête avec Claire Chazal sur FT1 Dimanche soir, il a indigné la France en portant à son crédit une baisse de la pression fiscale sur des mesures qui n'existent pas. Hollande assure avoir "annulé l'augmentation de la CSG qui était annoncée" et avoir touché à la TVA dans une moindre mesure que ne l'avait prévu la majorité précédente. On n'avait jamais fait aussi fort dans le boniment !

Le régime général de la sécurité sociale est financé par les cotisations sociales sur les salaires et par la CSG (Contribution sociale généralisée). 
De quoi accueillir la planète entière.


Aucun commentaire :

Publier un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):