POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

dimanche 22 septembre 2013

Transition énergétique : après avoir montré les dents, les Verts rentrent à la niche la queue basse

Quand les arrivistes Verts (EELV) sacrifient l'écologie aux municipales 2014
Le renard socialiste et la hyène écolo

Pascal Durand a enfilé sa muselière

Secrétaire national d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV), il avait pourtant posé un ultimatum au président samedi dernier: "six jours" et pas un de plus pour s'engager concrètement dans la transition énergétique, menaçant  sur un éventuel départ du gouvernement et assombrissant les relations entre écolos et socialistes. 

Or, ce vendredi, à l'issue des annonces faites par François Hollande, les réactions étaient passées au vert. 
"On n'a pas entendu tout ce qu'on aurait voulu entendre, mais on a un engagement très fort sur les économies d'énergies, sur la baisse des factures des ménages, sur la modernisation de l'économie au-delà de la protection de l'environnement", s'est ainsi réjoui l'eurodéputé vert Yannick Jadot, un ancien de Greenpeace.

VOIR et ENTENDRE Hollande annoncer la TVA sur la rénovation des logements réduite à 5%:


"On sait maintenant quel est le cap", s'est de son côté extasiée Cécile Duflot, la ministre écologiste du Logement. 
"C'est un signal ambitieux, c'est celui qui était souhaité par les écologistes dans le débat sur l'énergie", a renchéri le député écologiste de Paris Denis Baupin, soumis à ré-élection
"C'est un signal fort pour dire que réduire la consommation d'énergie, ce n'est pas contraire à l'économie, c'est au contraire être beaucoup plus efficace", a-t-il ajouté, en prévision des municipales de mars prochain.

VOIR et ENTENDRE Hollande sur une taxe carbone "juste, efficace et incontestable"


VOIR et ENTENDRE Pascal Canfin pour qui "le train de la transition écologique est lancé et ne s’arrêtera pas"...


VOIR et ENTENDRE Nicolas Hulot reprendre la parole pour assurer qu'  "il y a de bons signaux et des choses concrètes"


Pascal Durand : "Une bonne nouvelle, une très bonne nouvelle"

Malgré son ultimatum du week-end dernier et un délai annoncé d'une année, Pascal Durand, le secrétaire national du parti, se dit apaisé. "Le fait que la grande loi sur la transition énergétique soit votée avant fin 2014, ça, c'est très important", a lâché le Verts radical sur BFMTV, jouant clairement la carte de la soumission. François Hollande "met la priorité sur la transition énergétique. Cela fait partie évidemment des éléments que nous allons valoriser et c'est une bonne nouvelle, une très bonne nouvelle", a encore ajouté le numéro un du parti altermondialiste. "Un certain nombre des propositions que nous avions formulées et que nous souhaitions voir apparaître dans son discours sont là", a finalement estimé le responsable d'EELV retourné à la niche.

VOIR et ENTENDRE ce putschiste satisfait du discours de Hollande:
  

Même si Durand s'était défendu de tout ultimatum, certains cadres des Verts s'étaient émus de cette menace

"Ce n'est pas approprié [à six mois des municipales], ni équilibré",
avait commenté le président du groupe écologiste au Sénat, Jean-Vincent Placé. "On doit éviter de faire des ultimatums parce que ce n'est pas forcément la meilleure méthode", avait surenchéri la coprésidente du groupe EELV à l'Assemblée Barbara Pompili, qui n'est pas assurée de retrouver son siège. 
Bien qu'il occupe  la scène médiatiques par le comportement caractériel de ses 18 députés, le parti, associé à la majorité par la grâce de la Ch'tite Martine Brochen-Aubry qui leur avait gélé des sièges, ne compte que deux ministres au gouvernement, Cécile Duflot (Logement) et Pascal Canfin (Développement). 
Pas le moindre problème entre Durand et Ayrault !
Pascal Durand, secrétaire national d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV) l'assure : il a reçu vendredi un message du Premier ministre disant qu'il n'avait "jamais demandé" sa tête. RTL avait affirmé que Jean-Marc Ayrault avait demandé le départ du dirigeant écologiste après que ce dernier eut lancé samedi dernier un ultimatum au président de la République.
 
"Je peux vous indiquer de manière tout à fait claire que j'ai reçu un message du Premier ministre ce [vendredi] matin qui m'a confirmé que c'était une information totalement fausse" et "qu'il n'avait jamais demandé cela", a affirmé sur BFMTV Pascal Durand, mais que le sombre Ayrault n'a pas été appelé à confirmer. Il n'a d'ailleurs pas eu à rendre de comptes non plus devant la commission d'enquête parlementaire sur l'affaire Cahuzac.  Par respect pour la représentation nationale?

"Ce n'est pas le genre du Premier ministre" de demander la tête de quelqu'un, a-t-il fait valoir. Mais ce n'est pas non plus le genre d'un Chef de gouvernement "normal" de prendre parti en faveur d'un ministre à l'Assemblée nationale comme  ce fut pourtant le cas lors de la manifestation d'anti-militarisme de Xavier Canta, le concubin de Cécile Duflot... Duflot est-elle restée la ministre libre qu'elle prétend être ?


VOIR et ENTENDRE plus sur cette affaire tribale de trophée sa tête: 



Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):