POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

Ce blog est actuellement soumis à des difficultés "techniques" inédites en dix ans:
elles laissent augurer sa disparition prochaine,
"à l'insu de son plein gré"...

Accessoirement, grâce à la complicité active de quelques fidèles, je constate que
tous les articles comportant le mot 'Macron' en titre sont bloqués au compteur !

jeudi 19 août 2010

Coût de la rentrée scolaire: l'intox politicienne des estimations

France Info: une grossière manipulation des parents d'élèves

Titre France Info prévisible: « légèrement plus chère cette année » !

La manipulation monte en puissance

D'abord le Professeur Henri Joyeux avant 9h00
Il avoue qu'il ne connaîtra les chiffres que plus tard, mais annonce néanmoins une hausse, après deux années de baisse. « L'année dernière, c'était moins 7%. Cette année, c'est plus » Pas de précision, du flou artitique !... 10% ou 20% ?, s'alarme la journaliste. Et le président de Familles de France d'avouer que ce sera beaucoup moins !
Il est en revanche en mesure d'incriminer le manque de concertation entre le ministère de l'Education nationale et le ministère de la Consommation: « C'est manifeste !» et il se permet un commentaire destiné à conditionner les parents: « Les familles, donc, ne peuvent pas être satisfaites ». Le « donc » en absence de tout raisonnement, est admirable.
Les magasins sont également rendus responsables, car « certains » supermarchés (on ne saura pas lesquels) ont fait, quant à eux, des efforts. Mais « grosso modo », il est affirmatif, « c'est quand même une hausse ». On aura compris que c'est l'essentiel de son message. Et il revient au départ pour finir et bien confirmer « encore une fois » (sic) que les deux ministères: « il n'y a pas eu un suivi régulier, comme nous l'avions souhaité », accuse-t-il.
La chaîne radio complétera les impressions du président Joyeux qui, lors de l'entretien, ne disposait d'aucune donnée précise; seulement des sentiments et convictions politiques.
(temps octroyé : 0'46 seulement -et c'est déjà trop)

Puis vient la polémique dont la PEEP fera les frais
Le ministère de l’Education nationale a en effet établi une liste de fournitures scolaires essentielles, après consultation avec les représentants des parents d’élèves, FCPE et PEEP.
Alors cette liste de produits essentiels à bas prix est-elle vraiment à bannir ?
Non, répond l’une des deux principales fédérations de parents d’élève, la PEEP, qui a participé à son élaboration avec le ministère de l’éducation. Tout comme l'autre, il faut y insister, puisqu'avant de passer à l'attaque, la chaîne de service public oblitère la FCPE de sa responsabilité partagée...
Interrogée en début de reportage sur le dispositif de rentrée, la PEEP ne pourra reprendre la parole.
(temps accordé: 1'17- sensiblement plus)

Les 40 produits de base listés par le ministère de l'Education nationale ne satisfont ni Joyeux qui a de nouveau voix au chapître et les déclare de mauvaise qualité, ni une responsable d'association de consommateurs, Brigitte Masure, de la Confédération syndicale des Familles, qui reste « dubitative » sur la qualité et la durée de vie d'un cartable à 5€ pour un enfant de section maternelle, si encore il ne le 'stigmatise' pas...
Autre reproche: les produits à petits prix seraient aussi en nombre trop limité.
Les familles auraient donc boudé les "essentiels de la rentrée" bon marché mais de trop faible qualité. Les produits de meilleure qualité seront ainsi rendus responsables de la hausse et la liste des essentiels méprisée.
Cette association altermondialiste, qui milite contre le capitalisme sauvage, est membre du Mouvement anti-OGM. Mais pourquoi France Info en informerait-il son public, n'est-ce pas ?

Il manquait encore l'incontournable association contestataire pour finir

A Caen, elles sont même plusieurs à dénoncer – devinez ! - une « stigmatisation » (gagné !) des aides versées aux familles modestes (notons le temps consacré: 1'55 -c'est nettement mieux...)
Ponctuellement à Caen, un responsable de rayon de supermarché n'avait pas encore noté d'effet particulier du versement de l'ARS au rayon Hi-Fi, à la date du reportage, le 17 août, et pour cause, puisque les aides sont versées aux familles modestes à compter du 19 août et que le pic -30% de l'activité de rentrée des classes- se situera, avoue-t-il, en dernière semaine d'août et première de septembre ! Le responsable conclut dans le 'sens de l'histoire' développée par la radio publique: seul le rayon textile enregistre actuellement une augmentation de fréquentation (toujours avant ARS...) et le rayon Hi-Fi ne connaîtra pas d'affluence particulière, anticipe le « plausible » représentant syndical de la surface. Chacun appréciera donc la qualité du reportage, mais 5€ serait bien trop cher payé.

Toute cette mise en scène grossière pour en arriver à la polémique sur le versement de l'ARS en bons d'achat.

Ils font bondir le Secours Catholique du Calvados.
Il accuse « on » de stigmatisation des plus modestes: « on leur complique la vie ». D'abord, les fournitures scolaires seraient achetées en juillet et non pas fin août.
La représentante du Secours catholique estime ensuite que le passage en caisse avec des « essentiels » est « une perte de dignité ». La journaliste s'étonne: elle a trouvé une consommatrice qui ne se sent « pas coupable » d'acheter des cahiers marqués ARS ! La maman explique qu'elle « permet de donner plus d'activités au cours de l'année: que ce soit piscine ou foot » Mais elle s'inquiète: « les associations vont-elle pouvoir accepter les bons d'achat? ». Bien que l'ARS ne soit pas destinée à cet usage, pourrait-elle être détournée et, à son tour, subventionner les associations indirectement? Une prochaine affaire "plausible" de conflits d'intérêts pour Mediapart, donc...
La longueur de la liste est enfin incriminée. Une maman énonce, accablée, la liste des matières enseignées.

Tout cela pour en venir à un aveu de France Info

« Cette traditionnelle enquête de Familles de France est publiée [après la diffusion de l'entretien de son Joyeux président] sur fond de querelles entre associations, dont les chiffres divergent.

Le coup classique
L’Union des familles en Europe réclame donc que le coût de la rentrée scolaire fasse l’objet d’une enquête "indépendante" sous contrôle de l’INSEE.
"Le coût de la rentrée scolaire doit pouvoir être évalué de façon objective et fiable, loin des coups de pub médiatiques, car le montant de l’allocation de rentrée scolaire en dépend" affirme l’UFE.

Un gag, puisque la gauche critique systématiquement les chiffres de l'INSEE
: ainsi l'IFRAP.
Et quand le 23 juin dernier l'INSEE annonce qu'après s'être repliée de 2,5% en 2009, l'économie française devrait croître de 1,4% en 2010 et l'emploi connaître un "léger rebond" en 2010, Michel Sapin, député PS, ancien ministre de l’Economie et actuel secrétaire national du PS à l'économie considère de son côté que les données sur la croissance française au deuxième trimestre sont "contrastées". "Le chiffre d'aujourd'hui est plus le produit d'un effet statistique que d'une réalité économique", estime le député. A lui, les données révèlent notamment un recul "inquiétant" [sic] des exportations, ce qui montre que "la France n'est toujours pas sortie la crise", se félicite-t-il. Les chiffres de l'Insee "ne pourraient être l'occasion pour la ministre de l'Economie Christine Lagarde d'entonner son air favori tout va très bien".

En conclusion, pour le PS, pourvu que l'économie de la France ne se redresse surtout pas avant 2012. Alors si Joyeux pouvait convaincre les familles d'une hausse du coût de la rentrée scolaire, ce serait mauvais pour le moral des Français, mais si bon, bon, bon pour les désirs d'avenir du PS.
Prochaine polémique?
Le poids des cartables, un "essentiel" de la FCPE depuis des années.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):