POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mercredi 18 juin 2014

Bygmalion a fait affaires avec France Télévisions

La régie pub de France Télévisions a signé plusieurs avec Bygmalion 

France Télévisions Publicité (FTP) a bien travaillé avec Bygmalion 


La régie publicitaire du groupe audiovisuel a déclaré mercredi avoir conclu plusieurs contrats avec la société de communication entre 2009 et 2012. Selon Le Canard enchaîné, le montant global de ces contrats totalise près d'un million d'euros. Le scandale des fausses factures présumées avec Bygmalion au moment de la campagne présidentielle 2012 éclabousse large.

Le nouveau patron de la Régie juge les contrats "sans intérêt"… 
Ils ont été passés par l'ex-patron de la régie, Philippe Santini, qui n'en aurait pas informé Rémy Pflimlin, devenu président du groupe audiovisuel en 2010, a assuré le groupe. Ce n'est qu'en août 2012, lorsque Rémy Pflimlin a remplacé Philippe Santini par Daniel Saada, un ancien de Publicis, que ces contrats ont été rompus, Daniel Saada les jugeant "sans intérêt pour le groupe", selon la même source. "En octobre 2012, quelques semaines après mon arrivée comme directeur général de France Télévisions Publicité, j'ai mis fin aux contrats de prestations avec Bygmalion", a précisé Daniel Saada. Il a expliqué avoir découvert que FTP avait signé plusieurs contrats depuis 2009 avec Bygmalion, la société de Bastien Millot. Or, ce dernier a été directeur délégué de la stratégie de France Télévisions de 2005 à 2008, sous la présidence de Patrick de Carolis.

L'ère Carolis en question (juillet 2005-août 2010)


Un premier contrat de 2009-2010 confiait à Bygmalion le soin d'accompagner l'ouverture du capital de FTP, envisagée à l'époque, puis, en janvier 2012, un deuxième contrat visait à gérer l'image de la régie. Daniel Saada précise y avoir mis fin en octobre 2012, avec une dernière facture payée en janvier 2013. "Remy Pflimlin n'est pas responsable de ces contrats, il n'était pas au courant", a garanti son collaborateur. 

Daniel Saada a cité trois autres contrats entre FTP et Bygmalion de 2009 à 2011: une convention de mécénat pour un musée au Canet, fief de la députée-maire Michèle Tabarot, proche de Jean-François Copé, pour 40.000 euros, et deux contrats en 2009-2010.

D'autres contrats à France télévisions. 
Le directeur général de FTP dispose du statut de mandataire social et peut passer des contrats sans en informer sa maison mère, a souligné l'actuel patron de la régie. La régie n'est pas non plus soumise aux obligations d'appels d'offres des groupes publics.

Sa maison mère, France Télévisions, avait aussi conclu à partir de 2008 des contrats avec Bygmalion pour des prestations variées, sous l'ex-PDG Patrick de Carolis. Ce dernier a été mis en examen pour favoritisme, ainsi que Bastien Millot, ci-dessus) un ancien étudiant de Jean-François Copé. 

Et d'Anne Hidalgo, maire socialiste actuelle de Paris.
La maire de Paris n'avait jamais fait mystère de son amitié avec le fondateur de Bygmalion, mais assurait n'avoir jamais eu de "relation contractuelle" avec ce dernier. 
Car depuis juin 2008, le juge Renaud Van Ruymbeke enquête sur les 22 millions d'euros dépensés sous l'ère Carolis en "conseils", dont 1,2 million pour Bygmalion entre novembre 2008 et septembre 2010.
Depuis qu'elle est maire de Paris (2014) et qu'a éclaté l'affaire Bygmalion (qui touche l'UMP), Anne Hidalgo assure n'avoir pas eu de nouvelles de son ami. Le 17 juin 2014, Hidalgo déclarait : "je n'ai plus aucun contact avec Bastien Millot et je ne cherche pas à en avoir."
Lors de la campagne à Paris, sa rivale UMP, Nathalie Kosciusko-Morizet, l'avait interpelée à RTL sur ses relations avec Bastien Millot : "Bastien Millot est le conseiller de madame Hidalgo, elle pourra certainement vous renseigner sur ses tarifs." 
Interrogée lors d'un déjeuner avec la presse, Anne Hidalgo assure qu'elle a rompu avec Bastien Millot, celui par qui le scandale arrive: "J'ai eu un texto de félicitations lors de ma victoire, plus rien depuis. Je suis un peu choquée par tout ce qui se dit. Si ce qui se dit est vrai, je serais particulièrement déçue."
Affaire à suivre.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):