POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

dimanche 11 février 2018

Deux hommes accusent une parlementaire américaine de ...harcèlement sexuel

La députée accusée de harcèlement sexuel est une figure du mouvement ...#MeToo !

Poursuivie pour avoir mis la main aux fesses d'un assistant...

États-Unis : une députée, figure du mouvement #MeToo,  accusée de harcèlement sexuelFéministe reconnue et militante de #MeToo accusée d'avoir attrapé les fesses d'un assistant parlementaire contre son gré, elle se retrouve ainsi l'une des rares femmes à être montrée du doigt pour comportement sexuel abusif à l'heure de l'affaire Weinstein et du mouvement #MeToo: elle est au nombre des dizaines de femmes qui ont dénoncé un vécu personnel de harcèlement sexuel. 
Le magazine Politico a révélé le 2 février dernier qu'une enquête interne au parlement de Sacramento avait été ouverte pour "mauvaise conduite sexuelle".
En décembre dernier, le magazine américain 'Time' dédia sa Une aux femmes, qui, depuis le début de l'affaire Weinstein dénoncent le harcèlement sexuel aux Etats-Unis. Des témoignages qui ont déclenché une vague mondiale d'accusations contre des hommes de pouvoir accusés d'abus sur de nombreuses femmes.
Les "briseuses de silence" sont cinq à la Une du magazine qui leur décerne le titre de "personnalités de l'année". Avec elles, le tabou du harcèlement sexuel exercé par des hommes de pouvoir est tombé.
Mais aucun homme n'est honoré : une discrimination qui en dit long sur le
préjugé féministe qui discrimine les hommes victimes du harcèlement sexuel des femmes...
"Je suis certaine de ne pas avoir fait ce dont je suis accusée", mais "toute accusation de harcèlement sexuel doit être considérée sérieusement et je pense que les élus doivent particulièrement être tenus à des normes de comportement" strictes, a écrit vendredi Cristina Garcia dans un communiqué. 

Deux hommes se sont signalés, contre une quarantaine de femmes

De quoi donner à Hulot matière à réflexion
"Je me mets donc immédiatement en congé sans solde de ma fonction à l'assemblée de Californie", dans l'ouest des Etats-Unis, et "implore la commission des règlements de l'assemblée de mener une enquête rapide", a-t-elle ajouté, espérant revenir au plus vite au travail pour ses administrés.
Deux témoignages mettent en cause la parlementaire 


Daniel Fierro a déclaré au site internet Politico qu'en 2014, âgé de 25 ans lorsqu'il travaillait pour le député californien Ian Calderon, Cristina Garcia - qui semblait ivre - a commencé à lui caresser le dos après une petite fête entre parlementaires à Sacramento, puis lui a attrapé les fesses et a tenté de toucher son entrejambe avant qu'il ne se dégage d'elle et parte. 

Un lobbyiste qui préfère garder l'anonymat a rapporté à Politico que lors d'une soirée de levée de fonds en mai 2017, la parlementaire démocrate lui avait fait des avances avec des mots crus, avait tenté de lui mettre la main à la braguette, semblant également en état d'ébriété. 

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):